Radja Nainggolan "impressionne" à l'AS Rome, il a d'ailleurs été élu joueur du mois de janvier 2016, notamment grâce à ses deux buts inscrits en cinq matchs. En équipe nationale, il est devenu un titulaire indispensable pour Marc Wilmots. Ainsi, il a joué quasiment l'entièreté de 11 des 13 derniers matchs de la Belgique, avec à son palmarès 3 goals et 2 passes décisives.

Après le match contre Chypre (gagné 5-0 par la Belgique), l'entraîneur belge avait été élogieux envers Radja : "Radja a fait un match énorme. Il a la capacité de faire des diagonales de 40-50 mètres". Et là est certainement l'une de ses plus grandes forces. Mais au-delà de ça, l'Anversois a un esprit de guerrier (la coiffure aussi ). Parfois un peu trop...

Cela dit, le joueur s'est révélé être un milieu des plus efficaces en zone de récupération. Mais offensivement aussi, son apport n'est pas négligeable puisque sa précision de passe a le don d'ouvrir le jeu. Et si Nainggolan est en forme, les amateurs belges ou italiens ne sont pas les seuls à l'avoir remarqué. Le Ninja de 27 ans est convoité de toutes parts.

Ainsi, les médias anglais annonçaient, jeudi passé, que Radja Nainggolan est une cible de choix pour José Mourinho. Ce dernier aimerait faire signer le joueur belge à Manchester United.

Aujourd'hui, selon Het Laatste Nieuws, ce serait à Chelsea que Nainggolan pourrait poser ses crampons si Antonio Conte devient l'entraîneur des Blues.

Rien d'étonnant quand on voit la "super" forme actuelle de Radja... car Manchester United patauge depuis le retrait de Sir Alex Ferguson. Le club a ainsi terminé 7e et 4e ces deux dernières années. Or, être hors du podium n'était plus arrivé aux Red Devils depuis la saison... 1990-1991. Cette année encore, les hommes de Van Gaal pointent à la 5e place du classement à... dix points du 3e. Le coach batave semble plus que jamais sur la sellette. Et s'il résiste cette saison, il y a fort à parier à ce qu'il soit remplacé cet été. Son substitut ne saurait être autre que José Mourinho, écarté en décembre dernier par Chelsea. Le Special One bénéficierait alors d'une enveloppe de 380 millions d'euros pour réaliser des transferts, selon les médias anglais. L'un de ceux-là serait le Ninja, véritable homme à tout faire.

Quant à Chelsea, l'équipe déçoit énormément, avec notamment un début de saison "catastrophique", ayant valu le licenciement du même Mourinho. Depuis, les choses vont mieux sous le règne de Guus Hiddink. Ainsi sur 14 matchs, les Blues n'en ont perdu qu'un (2-1 face au PSG en Champion's League). Néanmoins, le Batave ne veut pas rester et les recherches d'un nouvel entraîneur ont d'ores et déjà commencé. Si certains annonçaient Diego Simeone comme favori à la reprise de l'équipe, il semblerait aujourd'hui que cela soit Antonio Conte qui ait les faveurs du président des Blues. Un tel cas de figure verrait certainement débarquer Radja dès l'été prochain à Londres. Le Belge était déjà convoité par ce coach lorsque celui-ci officiait à la Juventus.

Evolution fulgurante

Le joueur était pourtant encore méconnu de tous jusqu'en 2013. Il évoluait alors à Cagliari, en Serie A. Radja n'avait effectué que quatre petites apparitions pour l'équipe nationale belge lors de matchs amicaux. Le natif d'Anvers avait eu du mal à accepter de ne pas être repris dans les qualifications pour la Coupe du Monde 2014 : "C'était dur de ne pas être dans le groupe pour les rencontres qualificatives pour la Coupe du monde. Je les ai suivies sur internet, comme un supporter. La Coupe du monde ? Bien sûr que j'aimerais y aller, c'est le rêve de tout footballeur. C'est la plus grande compétition à disputer", avait-il déclaré à la RTBF.

Néanmoins, ses performances à Cagliari allaient être remarquées cette année-là. Ainsi, il a décroché un transfert à l'AS Rome en janvier 2014. Certainement s'était-il dit qu'être un équipier de Totti allait lui garantir une place pour le Brésil. Malheureusement pour lui, ce ne fût pas le cas. "Un joueur doit être critique envers lui-même mais aussi confiant en lui. Sur base de ma saison, je méritais d'être au Brésil."

Aujourd'hui, le Belgo-Indonésien épate la galerie et semble avoir intégré l'équipe nationale en tant qu'élément-clé de celle-ci.

Chaque semaine, un nouveau club semble être intéressé par ses services. En 3 ans de temps, le joueur a connu une évolution "exceptionnelle" et est passé de l'ombre à la lumière.

Quentin Droussin

Radja Nainggolan "impressionne" à l'AS Rome, il a d'ailleurs été élu joueur du mois de janvier 2016, notamment grâce à ses deux buts inscrits en cinq matchs. En équipe nationale, il est devenu un titulaire indispensable pour Marc Wilmots. Ainsi, il a joué quasiment l'entièreté de 11 des 13 derniers matchs de la Belgique, avec à son palmarès 3 goals et 2 passes décisives. Après le match contre Chypre (gagné 5-0 par la Belgique), l'entraîneur belge avait été élogieux envers Radja : "Radja a fait un match énorme. Il a la capacité de faire des diagonales de 40-50 mètres". Et là est certainement l'une de ses plus grandes forces. Mais au-delà de ça, l'Anversois a un esprit de guerrier (la coiffure aussi ). Parfois un peu trop...Cela dit, le joueur s'est révélé être un milieu des plus efficaces en zone de récupération. Mais offensivement aussi, son apport n'est pas négligeable puisque sa précision de passe a le don d'ouvrir le jeu. Et si Nainggolan est en forme, les amateurs belges ou italiens ne sont pas les seuls à l'avoir remarqué. Le Ninja de 27 ans est convoité de toutes parts. Ainsi, les médias anglais annonçaient, jeudi passé, que Radja Nainggolan est une cible de choix pour José Mourinho. Ce dernier aimerait faire signer le joueur belge à Manchester United. Aujourd'hui, selon Het Laatste Nieuws, ce serait à Chelsea que Nainggolan pourrait poser ses crampons si Antonio Conte devient l'entraîneur des Blues.Rien d'étonnant quand on voit la "super" forme actuelle de Radja... car Manchester United patauge depuis le retrait de Sir Alex Ferguson. Le club a ainsi terminé 7e et 4e ces deux dernières années. Or, être hors du podium n'était plus arrivé aux Red Devils depuis la saison... 1990-1991. Cette année encore, les hommes de Van Gaal pointent à la 5e place du classement à... dix points du 3e. Le coach batave semble plus que jamais sur la sellette. Et s'il résiste cette saison, il y a fort à parier à ce qu'il soit remplacé cet été. Son substitut ne saurait être autre que José Mourinho, écarté en décembre dernier par Chelsea. Le Special One bénéficierait alors d'une enveloppe de 380 millions d'euros pour réaliser des transferts, selon les médias anglais. L'un de ceux-là serait le Ninja, véritable homme à tout faire. Quant à Chelsea, l'équipe déçoit énormément, avec notamment un début de saison "catastrophique", ayant valu le licenciement du même Mourinho. Depuis, les choses vont mieux sous le règne de Guus Hiddink. Ainsi sur 14 matchs, les Blues n'en ont perdu qu'un (2-1 face au PSG en Champion's League). Néanmoins, le Batave ne veut pas rester et les recherches d'un nouvel entraîneur ont d'ores et déjà commencé. Si certains annonçaient Diego Simeone comme favori à la reprise de l'équipe, il semblerait aujourd'hui que cela soit Antonio Conte qui ait les faveurs du président des Blues. Un tel cas de figure verrait certainement débarquer Radja dès l'été prochain à Londres. Le Belge était déjà convoité par ce coach lorsque celui-ci officiait à la Juventus. Evolution fulguranteLe joueur était pourtant encore méconnu de tous jusqu'en 2013. Il évoluait alors à Cagliari, en Serie A. Radja n'avait effectué que quatre petites apparitions pour l'équipe nationale belge lors de matchs amicaux. Le natif d'Anvers avait eu du mal à accepter de ne pas être repris dans les qualifications pour la Coupe du Monde 2014 : "C'était dur de ne pas être dans le groupe pour les rencontres qualificatives pour la Coupe du monde. Je les ai suivies sur internet, comme un supporter. La Coupe du monde ? Bien sûr que j'aimerais y aller, c'est le rêve de tout footballeur. C'est la plus grande compétition à disputer", avait-il déclaré à la RTBF. Néanmoins, ses performances à Cagliari allaient être remarquées cette année-là. Ainsi, il a décroché un transfert à l'AS Rome en janvier 2014. Certainement s'était-il dit qu'être un équipier de Totti allait lui garantir une place pour le Brésil. Malheureusement pour lui, ce ne fût pas le cas. "Un joueur doit être critique envers lui-même mais aussi confiant en lui. Sur base de ma saison, je méritais d'être au Brésil."Aujourd'hui, le Belgo-Indonésien épate la galerie et semble avoir intégré l'équipe nationale en tant qu'élément-clé de celle-ci. Chaque semaine, un nouveau club semble être intéressé par ses services. En 3 ans de temps, le joueur a connu une évolution "exceptionnelle" et est passé de l'ombre à la lumière. Quentin Droussin