Avec le Zimbabwe, tu vas bientôt disputer la Coupe d'Afrique des Nations. C'est un événement historique pour un pays qui n'en a joué que deux dans son histoire ?

MUSONA: C'est la première fois depuis très longtemps, mais on a mérité notre qualification. Elle était déjà acquise à un match de la fin des éliminatoires. Ce sera mon premier grand tournoi international pour mon pays, je suis vraiment impatient.

Quel est le secret de cette équipe : une bonne génération ? Une bonne formation ?

MUSONA: Avant, au Zimbabwe, on avait des gars qui jouaient en Premier League... Peter Ndlovu, c'était la grande star, tout le monde l'adorait, comme Benjani Mwaruwari, qui a joué à Portsmouth et Manchester City. Aujourd'hui, certains internationaux évoluent en Europe, mais ils ne reçoivent plus de traitements spéciaux comme les stars d'avant : arriver un jour avant le match, être d'office le capitaine, etc. Désormais, on s'assied tous ensemble et on discute. On fonctionne comme une vraie équipe dans laquelle on ose se dire les choses de manière constructive et où personne n'affirme : -Je suis le boss. Je pense que c'est la meilleure chose pour notre équipe nationale. C'est ça qui explique notre succès. Pour illustrer mes propos, je me souviens d'un match au Malawi où on a dû se rendre en bus parce qu'on ne nous avait pas payés assez tôt. On est arrivé quelques heures avant la rencontre... qu'on a gagnée !

Quelle est votre ambition dans un groupe où se trouvent aussi l'Algérie, la Tunisie et le Sénégal ?

MUSONA: On va essayer d'améliorer les performances de nos aînés qui n'avaient pas gagné un match et avaient donc été éliminés au premier tour. Si on arrive à faire mieux, on écrira l'histoire de notre équipe nationale. On ne participera par contre pas aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 : notre Fédération n'a pas payé à temps les excédents d'un sélectionneur qu'elle avait viré il y a quelque temps, la FIFA nous a donc exclus des qualifications.

Par Emilien Hofman

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Knowledge Musona dans votre Sport/Foot Magazine

Avec le Zimbabwe, tu vas bientôt disputer la Coupe d'Afrique des Nations. C'est un événement historique pour un pays qui n'en a joué que deux dans son histoire ? MUSONA: C'est la première fois depuis très longtemps, mais on a mérité notre qualification. Elle était déjà acquise à un match de la fin des éliminatoires. Ce sera mon premier grand tournoi international pour mon pays, je suis vraiment impatient. Quel est le secret de cette équipe : une bonne génération ? Une bonne formation ? MUSONA: Avant, au Zimbabwe, on avait des gars qui jouaient en Premier League... Peter Ndlovu, c'était la grande star, tout le monde l'adorait, comme Benjani Mwaruwari, qui a joué à Portsmouth et Manchester City. Aujourd'hui, certains internationaux évoluent en Europe, mais ils ne reçoivent plus de traitements spéciaux comme les stars d'avant : arriver un jour avant le match, être d'office le capitaine, etc. Désormais, on s'assied tous ensemble et on discute. On fonctionne comme une vraie équipe dans laquelle on ose se dire les choses de manière constructive et où personne n'affirme : -Je suis le boss. Je pense que c'est la meilleure chose pour notre équipe nationale. C'est ça qui explique notre succès. Pour illustrer mes propos, je me souviens d'un match au Malawi où on a dû se rendre en bus parce qu'on ne nous avait pas payés assez tôt. On est arrivé quelques heures avant la rencontre... qu'on a gagnée ! Quelle est votre ambition dans un groupe où se trouvent aussi l'Algérie, la Tunisie et le Sénégal ? MUSONA: On va essayer d'améliorer les performances de nos aînés qui n'avaient pas gagné un match et avaient donc été éliminés au premier tour. Si on arrive à faire mieux, on écrira l'histoire de notre équipe nationale. On ne participera par contre pas aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 : notre Fédération n'a pas payé à temps les excédents d'un sélectionneur qu'elle avait viré il y a quelque temps, la FIFA nous a donc exclus des qualifications.Par Emilien HofmanRetrouvez l'intégralité de l'interview de Knowledge Musona dans votre Sport/Foot Magazine