Les Lusitaniens ont ouvert le score par l'intermédiaire du luso-brésilien Otavio (15e, 1-0), avant de faire le break sur une réalisation de Diogo Jota (43e, 2-0). L'attaquant de Lille Burak Yilmaz a réduit l'écart en seconde période (65e, 2-1) et Matheus Nunes a marqué en toute fin de rencontre (90e+4).

En finale des barrages mardi pour une place au Qatar (21 novembre-18 décembre), ils recevront à nouveau au stade du Dragon la Macédoine du Nord, tombeur surprise de l'Italie championne d'Europe en titre dans l'autre demi-finale (1-0).

Les vainqueurs de l'Euro-2016 ont réalisé une entame de match convaincante en se ruant sur les cages turques.

Cristiano a allumé la première mèche, mais sa reprise sur un centre en retrait de son coéquipier à Manchester United Diogo Dalot s'est envolée largement au-dessus (9e).

Puis, Diogo Jota a gâché une occasion en or de mettre le Portugal devant. La reprise de l'attaquant de Liverpool a fui le cadre alors qu'il se trouvait seul dans la petite surface après un bon coup franc de Bruno Fernandes (11e).

C'est finalement Otavio qui a fait sauter le verrou turc, le milieu du FC Porto a bien suivi une frappe sur le poteau de Bernardo Silva pour ouvrir le score (1-0, 15e).

Léthargie portugaise

Après ce but, les Portugais sont retombés dans leurs travers: une sorte de léthargie à chaque fois qu'ils mènent.

Ils auraient pu être sanctionnés mais Cengiz Under n'a pas su profiter d'une erreur de relance de Danilo (21e), la tête de Berkan Kutlu en pleine surface n'a pas attrapé le cadre (23e) et Burak Yilmaz a frappé à côté (26e).

Heureusement pour les Portugais, ils ont marqué dès qu'ils se sont décidés à ressortir. Sur le côté droit, Otavio a adressé un centre téléguidé vers Diogo Jota qui a inscrit le second but portugais d'une tête puissante (42e, 2-0).

Au retour des vestiaires, les hommes de Fernando Santos sont à nouveau partis à l'assaut des buts turcs sans parvenir à concrétiser leurs occasions.

Bernardo Silva a vu son tir repoussé par le gardien turc Ugurcan Cakır (48e) tandis que Diogo Jota a envoyé son tir longue distance à côté alors que ce même Cakir était sorti loin de ses buts (56e).

Le Portugal a été logiquement sanctionné quand Burak Yilmaz a trompé Diogo Costa après un bon une-deux avec Cengiz Under (65e, 2-1).

Penalty manqué

Cette réalisation turque a entamé le moral des Portugais, qui se sont mis à reculer face à des adversaires déterminés.

Et à force de subir, ils ont logiquement concédé un penalty après recours à la VAR, quand José Fonte a mis à terre Enes Unal de manière illicite.

Avec une opportunité en or d'égaliser, Burak Yilmaz a envoyé son tir dans les nuages, déclenchant une énorme liesse dans le stade du Dragon (85e).

Finalement, le milieu du Sporting, Matheus Nunes, a mis fin au suspense en marquant le troisième but portugais à la conclusion d'une contre-attaque sur un bon service de Rafael Leao (90e+4).

Ronaldo, entré sur le podium mondial des joueurs les plus sélectionnés en équipe nationale avec 185 capes n'aura donc pas marqué pour fêter ce nouvel grand accomplissement dans sa carrière.

Les Lusitaniens ont ouvert le score par l'intermédiaire du luso-brésilien Otavio (15e, 1-0), avant de faire le break sur une réalisation de Diogo Jota (43e, 2-0). L'attaquant de Lille Burak Yilmaz a réduit l'écart en seconde période (65e, 2-1) et Matheus Nunes a marqué en toute fin de rencontre (90e+4).En finale des barrages mardi pour une place au Qatar (21 novembre-18 décembre), ils recevront à nouveau au stade du Dragon la Macédoine du Nord, tombeur surprise de l'Italie championne d'Europe en titre dans l'autre demi-finale (1-0).Les vainqueurs de l'Euro-2016 ont réalisé une entame de match convaincante en se ruant sur les cages turques.Cristiano a allumé la première mèche, mais sa reprise sur un centre en retrait de son coéquipier à Manchester United Diogo Dalot s'est envolée largement au-dessus (9e).Puis, Diogo Jota a gâché une occasion en or de mettre le Portugal devant. La reprise de l'attaquant de Liverpool a fui le cadre alors qu'il se trouvait seul dans la petite surface après un bon coup franc de Bruno Fernandes (11e).C'est finalement Otavio qui a fait sauter le verrou turc, le milieu du FC Porto a bien suivi une frappe sur le poteau de Bernardo Silva pour ouvrir le score (1-0, 15e).Après ce but, les Portugais sont retombés dans leurs travers: une sorte de léthargie à chaque fois qu'ils mènent. Ils auraient pu être sanctionnés mais Cengiz Under n'a pas su profiter d'une erreur de relance de Danilo (21e), la tête de Berkan Kutlu en pleine surface n'a pas attrapé le cadre (23e) et Burak Yilmaz a frappé à côté (26e).Heureusement pour les Portugais, ils ont marqué dès qu'ils se sont décidés à ressortir. Sur le côté droit, Otavio a adressé un centre téléguidé vers Diogo Jota qui a inscrit le second but portugais d'une tête puissante (42e, 2-0).Au retour des vestiaires, les hommes de Fernando Santos sont à nouveau partis à l'assaut des buts turcs sans parvenir à concrétiser leurs occasions.Bernardo Silva a vu son tir repoussé par le gardien turc Ugurcan Cakır (48e) tandis que Diogo Jota a envoyé son tir longue distance à côté alors que ce même Cakir était sorti loin de ses buts (56e).Le Portugal a été logiquement sanctionné quand Burak Yilmaz a trompé Diogo Costa après un bon une-deux avec Cengiz Under (65e, 2-1). Cette réalisation turque a entamé le moral des Portugais, qui se sont mis à reculer face à des adversaires déterminés.Et à force de subir, ils ont logiquement concédé un penalty après recours à la VAR, quand José Fonte a mis à terre Enes Unal de manière illicite.Avec une opportunité en or d'égaliser, Burak Yilmaz a envoyé son tir dans les nuages, déclenchant une énorme liesse dans le stade du Dragon (85e).Finalement, le milieu du Sporting, Matheus Nunes, a mis fin au suspense en marquant le troisième but portugais à la conclusion d'une contre-attaque sur un bon service de Rafael Leao (90e+4).Ronaldo, entré sur le podium mondial des joueurs les plus sélectionnés en équipe nationale avec 185 capes n'aura donc pas marqué pour fêter ce nouvel grand accomplissement dans sa carrière.