Un ancien haut responsable qatari aurait en effet versé des pots-de-vin pour s'assurer de soutiens en vue de l'attribution par la FIFA du Mondial 2022, selon le Sunday Times. Le Comité de candidature du Qatar a réfuté "avec véhémence toutes les allégations de mauvaise conduite".

Mais la FFA s'est dite prête à éventuellement présenter de nouveau son dossier si la IFA décidait de relancer la procédure pour l'organisation de ce Mondial. "Il est trop tôt pour dire si ces faits rouvrent la porte de quelque chose qui s'est passé il y a plusieurs années, en ce qui concerne l'Australie, mais à ce stade nous observons avec intérêt comment les choses évoluent", a déclaré M. Gallop.

La FFA est impliquée dans l'enquête menée par la FIFA sur les conditions d'attribution du Mondial 2022 au Qatar, a indiqué M. Gallop, en précisant que la Fédération australienne avait notamment été entendue par l'enquêteur de la FIFA Michael Garcia et lui avait fourni des documents.

Le vice-président de la FIFA Jim Boyce a indiqué être en faveur d'une nouvelle procédure d'attribution du Mondial 2022 si l'enquête confirmait les accusations de corruption.

Le Qatar avait obtenu en décembre 2010 l'organisation du Mondial 2022 aux dépens de la Corée du sud, des Etats-Unis, du Japon et de l'Australie.