Le trafic porte sur la revente de dizaines de milliers de billets en tribune VIP. À ce jour, onze personnes ont été arrêtées, mardi à Rio et São Paulo. Parmi elles figure un ressortissant franco-algérien, Lamine Fofana, résidant à Dubaï, que les enquêteurs ont d'abord considéré comme le responsable de l'organisation. "Mais après son arrestation, nous nous sommes rendu compte qu'il y avait quelqu'un au-dessus de lui, à la FIFA", a déclaré jeudi le commissaire de police Fabio Barucke, lors d'une conférence de presse à Rio. "L'Algérien(...) a obtenu les billets par le biais de Match Hospitality, ce qui suggère la participation de la FIFA", a ajouté le policier. En effet, la société citée est le prestataire exclusif de la FIFA. Cette entreprise qui s'occupe de l'hébergement et des services aux clients "privilégiés" se trouve, désormais, au centre d'une enquête sérieuse. Le commissaire demande la collaboration de la FIFA afin d'identifier cette personne.

Blatter sort la carte ignorance, la FIFA botte en touche

Selon des propos rapportés par le site du quotidien Estadao, le président de la FIFA Joseph Blatter a assuré tout ignorer de cette affaire. "Je ne suis au courant de rien. Je ne m'occupe pas des tickets, je m'occupe de politique", a-t-il déclaré.

La Fédération internationale, via sa porte-parole Delia Fisher, a réagi prudemment. "Nous attendons d'avoir tous les éléments de cette enquête et ne pouvons pas faire de commentaire pour le moment".

L'ancien président du Brésil crie au scandale

L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, qui avait décroché l'organisation du Mondial au Brésil, a également réagi à ce scandale, déclarant que "si la FIFA est effectivement impliquée, il faut enquêter". "Il n'est pas normal qu'il existe un marché parallèle pour un événement de cette importance. Il y a des gens qui gagnent beaucoup d'argent avec cela. Nous ne pouvons pas le permettre", a-t-il déclaré devant des correspondants étrangers.

1000 billets par match

L'ancien président Lula voit juste. En effet, la bande facturait beaucoup d'argent pour chaque match. Elle vendait environ mille entrées par match avec un prix de base de 1.000 euros la place. Ces billets provenaient de Match Hospitality qui recevait ces billets directement de la FIFA. Ces billets étaient en fait destinés à des parraineurs, fédérations, ONG ou joueurs.

D'après le quotidien brésilien O'Dia, ce système a été utilisé durant les quatre précédentes Coupe du Monde, générant à peu près 70 millions d'euros.

Le frère de Ronaldinho impliqué ?


Par ailleurs, le frère de la star brésilienne Ronaldinho - qui est également son agent - aurait dit à certains de ses amis qu'ils pouvaient acheter des billets via ce système pour assister à des matches dans des tribunes VIP. C'est en tout cas ce qu'a dit le procureur M. Kac à l'AFP. "Si nous établissons une relation avec le groupe, si nous constatons qu'il a collaboré, alors il serait impliqué. Pour l'instant il ne l'est pas", a précisé le procureur.

Eric L. (st.)

Le trafic porte sur la revente de dizaines de milliers de billets en tribune VIP. À ce jour, onze personnes ont été arrêtées, mardi à Rio et São Paulo. Parmi elles figure un ressortissant franco-algérien, Lamine Fofana, résidant à Dubaï, que les enquêteurs ont d'abord considéré comme le responsable de l'organisation. "Mais après son arrestation, nous nous sommes rendu compte qu'il y avait quelqu'un au-dessus de lui, à la FIFA", a déclaré jeudi le commissaire de police Fabio Barucke, lors d'une conférence de presse à Rio. "L'Algérien(...) a obtenu les billets par le biais de Match Hospitality, ce qui suggère la participation de la FIFA", a ajouté le policier. En effet, la société citée est le prestataire exclusif de la FIFA. Cette entreprise qui s'occupe de l'hébergement et des services aux clients "privilégiés" se trouve, désormais, au centre d'une enquête sérieuse. Le commissaire demande la collaboration de la FIFA afin d'identifier cette personne. Blatter sort la carte ignorance, la FIFA botte en touche Selon des propos rapportés par le site du quotidien Estadao, le président de la FIFA Joseph Blatter a assuré tout ignorer de cette affaire. "Je ne suis au courant de rien. Je ne m'occupe pas des tickets, je m'occupe de politique", a-t-il déclaré. La Fédération internationale, via sa porte-parole Delia Fisher, a réagi prudemment. "Nous attendons d'avoir tous les éléments de cette enquête et ne pouvons pas faire de commentaire pour le moment". L'ancien président du Brésil crie au scandale L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, qui avait décroché l'organisation du Mondial au Brésil, a également réagi à ce scandale, déclarant que "si la FIFA est effectivement impliquée, il faut enquêter". "Il n'est pas normal qu'il existe un marché parallèle pour un événement de cette importance. Il y a des gens qui gagnent beaucoup d'argent avec cela. Nous ne pouvons pas le permettre", a-t-il déclaré devant des correspondants étrangers. 1000 billets par match L'ancien président Lula voit juste. En effet, la bande facturait beaucoup d'argent pour chaque match. Elle vendait environ mille entrées par match avec un prix de base de 1.000 euros la place. Ces billets provenaient de Match Hospitality qui recevait ces billets directement de la FIFA. Ces billets étaient en fait destinés à des parraineurs, fédérations, ONG ou joueurs. D'après le quotidien brésilien O'Dia, ce système a été utilisé durant les quatre précédentes Coupe du Monde, générant à peu près 70 millions d'euros. Le frère de Ronaldinho impliqué ? Par ailleurs, le frère de la star brésilienne Ronaldinho - qui est également son agent - aurait dit à certains de ses amis qu'ils pouvaient acheter des billets via ce système pour assister à des matches dans des tribunes VIP. C'est en tout cas ce qu'a dit le procureur M. Kac à l'AFP. "Si nous établissons une relation avec le groupe, si nous constatons qu'il a collaboré, alors il serait impliqué. Pour l'instant il ne l'est pas", a précisé le procureur. Eric L. (st.)