Deuxième du groupe A derrière le Brésil, le Mexique retrouvera sur sa route l'impressionnante armada offensive des Pays-Bas, dimanche prochain à Fortaleza (13H00 locales, 18H00 belges).

Luka Modric et les Croates devaient gagner face à une formation mexicaine dont la défense avait écoeuré Neymar et les Brésiliens. Et cette fois encore l'arrière-garde mexicaine dressée devant Ochoa a été impeccable. Ce n'est qu'en fin de match, alors que tout était joué, que les Mexicains ont concédé leur premier but dans la compétition.

Si le match promettait, il a plus valu par son suspense jusque dans la dernier quart d'heure que par la qualité. la faute à trop d'engagement, les deux camps ont souvent confondu stade de foot et champ de bataille.

Srna et ses partenaires n'avaient donc qu'une seule idée en tête à l'heure d'entrer sur la pelouse de l'Arena Pernambuco: presser, attaquer et marquer.

Mais les idées ne suffisent pas toujours, encore faut-il les concrétiser... Olic et Mandzukic, auteur d'un doublé contre le Cameroun (4-0), en avaient bien quelques unes en tête, mais n'en faisaient rien.

Les Mexicains ont d'abord laissé passer l'orage qui s'est abattu sur leur surface dans un premier quart d'heure à sens unique, se contentant de répondre au défi physique imposé par leurs adversaires et de pousser les assauts hostiles.

Mais à force d'attaquer, les Croates ont laissé des espaces dans lesquels leurs adversaires se sont empressés de plonger.

Ainsi Hector Herrera a conclu une contre-attaque éclair par un missile lancé en direction de Pletikosa, sauvé par l'arrête gauche de son but (16e).

Ragaillardis par ce sursaut offensif, les Mexicains ont enfin réussi à mettre leur jeu en place malgré une possession de balle favorable aux Croates.

La frustration s'est alors transformée en agressivité pour des Croates stériles et l'arbitre a eu bien du mal à faire retomber la température.

Le directeur de jeu n'a pas non plus été exempt de tout reproche, lui qui a "oublié" de siffler un penalty flagrant à l'heure de jeu sur une main dans la surface de Srna, le capitaine croate, qui a stoppé une frappe de Guardado (64).

Sur la même action, Javier Hernandez, entré deux minutes plus tôt, s'est écroulé après avoir été, semble-t-il, accroché par un Croate. Dans la foulée, Corluka a sauvé les siens en repoussant sur sa ligne un cornet direct.

Ironie du sort, c'est ce même Corluka qui s'est fait dominer peu après dans les airs par Rafael Marquez (72, 0-1), le capitaine et vétéran mexicain de 35 ans, buteur de la tête pour son quinzième match en Coupe du monde!

C'était le début de la fin pour des Croates incapables de sortir la tête de l'eau, noyés par les vagues mexicaines qui déferlaient sur leur but.

Guardado s'est d'abord fait justice en logeant un centre venu de la droite dans la lucarne du gardien croate (75, 0-2).

Puis Javier "Chicharito" Hernandez s'est chargé d'enfoncer les Damiers en reprenant de près un centre détourné de la tête par Marquez (82, 0-3).

Les Croates se sont ensuite offert un petit cadeau de départ en infligeant à Guillermo Ochoa son premier but dans le Mondial, sur un tir de Perisic lancé magnifiquement par une talonnade en aveugle de Modric (87, 3-1).

Le cauchemar croate se terminait sur une énième faute, synonyme d'exclusion pour Ante Revic après une vilaine semelle (89).

Le Mexicain Rafael Marquez choisi "Homme du Match" de Croatie-Mexique

Rafael Marquez (35 ans) est l'"Homme du Match" de la rencontre de Coupe du monde de football, Croatie-Mexique, lundi à Recife. Le capitaine mexicain, d'une très belle reprise de la tête, a inscrit le but d'ouverture à la 72e minute. Il a donné le signal à ses partenaires qui menaient 0-3 dix minutes plus tard avant de s'imposer 1-3 et de se qualifier pour les huitièmes de finale contre les Pays-Bas.

Deuxième du groupe A derrière le Brésil, le Mexique retrouvera sur sa route l'impressionnante armada offensive des Pays-Bas, dimanche prochain à Fortaleza (13H00 locales, 18H00 belges). Luka Modric et les Croates devaient gagner face à une formation mexicaine dont la défense avait écoeuré Neymar et les Brésiliens. Et cette fois encore l'arrière-garde mexicaine dressée devant Ochoa a été impeccable. Ce n'est qu'en fin de match, alors que tout était joué, que les Mexicains ont concédé leur premier but dans la compétition. Si le match promettait, il a plus valu par son suspense jusque dans la dernier quart d'heure que par la qualité. la faute à trop d'engagement, les deux camps ont souvent confondu stade de foot et champ de bataille. Srna et ses partenaires n'avaient donc qu'une seule idée en tête à l'heure d'entrer sur la pelouse de l'Arena Pernambuco: presser, attaquer et marquer. Mais les idées ne suffisent pas toujours, encore faut-il les concrétiser... Olic et Mandzukic, auteur d'un doublé contre le Cameroun (4-0), en avaient bien quelques unes en tête, mais n'en faisaient rien. Les Mexicains ont d'abord laissé passer l'orage qui s'est abattu sur leur surface dans un premier quart d'heure à sens unique, se contentant de répondre au défi physique imposé par leurs adversaires et de pousser les assauts hostiles. Mais à force d'attaquer, les Croates ont laissé des espaces dans lesquels leurs adversaires se sont empressés de plonger. Ainsi Hector Herrera a conclu une contre-attaque éclair par un missile lancé en direction de Pletikosa, sauvé par l'arrête gauche de son but (16e). Ragaillardis par ce sursaut offensif, les Mexicains ont enfin réussi à mettre leur jeu en place malgré une possession de balle favorable aux Croates. La frustration s'est alors transformée en agressivité pour des Croates stériles et l'arbitre a eu bien du mal à faire retomber la température. Le directeur de jeu n'a pas non plus été exempt de tout reproche, lui qui a "oublié" de siffler un penalty flagrant à l'heure de jeu sur une main dans la surface de Srna, le capitaine croate, qui a stoppé une frappe de Guardado (64). Sur la même action, Javier Hernandez, entré deux minutes plus tôt, s'est écroulé après avoir été, semble-t-il, accroché par un Croate. Dans la foulée, Corluka a sauvé les siens en repoussant sur sa ligne un cornet direct. Ironie du sort, c'est ce même Corluka qui s'est fait dominer peu après dans les airs par Rafael Marquez (72, 0-1), le capitaine et vétéran mexicain de 35 ans, buteur de la tête pour son quinzième match en Coupe du monde! C'était le début de la fin pour des Croates incapables de sortir la tête de l'eau, noyés par les vagues mexicaines qui déferlaient sur leur but. Guardado s'est d'abord fait justice en logeant un centre venu de la droite dans la lucarne du gardien croate (75, 0-2). Puis Javier "Chicharito" Hernandez s'est chargé d'enfoncer les Damiers en reprenant de près un centre détourné de la tête par Marquez (82, 0-3). Les Croates se sont ensuite offert un petit cadeau de départ en infligeant à Guillermo Ochoa son premier but dans le Mondial, sur un tir de Perisic lancé magnifiquement par une talonnade en aveugle de Modric (87, 3-1). Le cauchemar croate se terminait sur une énième faute, synonyme d'exclusion pour Ante Revic après une vilaine semelle (89).