L'ancien joueur de La Gantoise Bryan Ruiz avait ouvert la marque à la 52e minute et Papastathopoulos arraché l'égalisation de justesse à la 90e+1. Dans le premier quart de finale de son histoire, le Costa Rica, tombeur de l'Uruguay et de l'Italie au 1er tour, sera opposé aux Pays-Bas, difficile vainqueur 2-1 du Mexique dimanche dans son huitièmes de finale à Fortaleza. Le match se jouera le samedi 5 juillet à Salvador (22 heures belges).

Ce duel entre deux équipes qui aiment laisser le ballon à l'adversaire et procéder en contres, n'offrit que peu d'actions abouties en première mi-temps.

Après une alerte signée du Costaricien Bolanos (8e), la Grèce prit progressivement l'ascendant dans l'entre-jeu. Elle se créa la seule franche occasion à la 37e minute quand Salpingidis, à la réception d'un centre de Choleva, vit le portier costaricien Navas écarter du tibia son tir cadré.

Samaras loupa dès la reprise une nouvelle belle opportunité: sa reprise de la tête échouant sur Navas.

Il a suffi d'un mouvement limpide des attaquants centro-américains conclu d'un subtil tir placé de l'ancien joueur de La Gantoise Bryan Ruiz à l'entrée du rectangle pour ouvrir finalement la marque 1-0 (52e).

Remis dans les conditions du premier tour lors de leurs succès contre l'Uruguay (3-1) et l'Italie (1-0), les Ticos virent se compliquer les choses quand le joueur du FC Bruges Oscar Duarte se fit renvoyer aux vestiaires à la suite d'un second carton jaune (66e).

Navas devint alors le héros de son équipe. Il multiplia les arrâts. Il sortit avec peine un ballon aérien (71e) et intervint ensuite avec à propos sur un nouveau centre (87e). Après avoir repoussé l'envoi de Gekas, il devait finalement s'avouer battu dans le temps additionnel sur la reprise de Papastathopoulos: 1-1 (90e+1).

Sans une envolée de son portier, sur une tête de Mitroglou, le Costa Rica aurait connu un sort identique que le Mexique contre les Pays-Bas.

Sur sa lancée et à onze contre dix, la Grèce domina la prolongation et continua a procéder par de longs centres aériens dans le rectangle adverse. Gekas (94e et 107e) et Katsouranis (100e) furent très menaçants. Christodopoulos (113e) et Mitroglou (120e+1) aurait pu arracher la qualification sans des nouvelles parades de Navas.

Le Costa Rica, épuisé, résista jusqu'au bout.

La séance des tirs au but, après le renvoi aux vestiaires de Fernando Santos le coach de la Grèce par l'arbitre australien Benjamin Williams devait décider du sort du match. Les Ticos se montrèrent intraitables rentrant leurs cinq envois signés Borges, Ruiz, Gonzalez, Campbell et Umana. Les Grecs Mitroglou, Christodoulopoulos et Cholevas avaient convertis leurs envois avant que Gekas ne voit Navas réussir encore un de ses arrêts exceptionnels synonyme d'élimination.

L'ancien joueur de La Gantoise Bryan Ruiz avait ouvert la marque à la 52e minute et Papastathopoulos arraché l'égalisation de justesse à la 90e+1. Dans le premier quart de finale de son histoire, le Costa Rica, tombeur de l'Uruguay et de l'Italie au 1er tour, sera opposé aux Pays-Bas, difficile vainqueur 2-1 du Mexique dimanche dans son huitièmes de finale à Fortaleza. Le match se jouera le samedi 5 juillet à Salvador (22 heures belges). Ce duel entre deux équipes qui aiment laisser le ballon à l'adversaire et procéder en contres, n'offrit que peu d'actions abouties en première mi-temps. Après une alerte signée du Costaricien Bolanos (8e), la Grèce prit progressivement l'ascendant dans l'entre-jeu. Elle se créa la seule franche occasion à la 37e minute quand Salpingidis, à la réception d'un centre de Choleva, vit le portier costaricien Navas écarter du tibia son tir cadré. Samaras loupa dès la reprise une nouvelle belle opportunité: sa reprise de la tête échouant sur Navas. Il a suffi d'un mouvement limpide des attaquants centro-américains conclu d'un subtil tir placé de l'ancien joueur de La Gantoise Bryan Ruiz à l'entrée du rectangle pour ouvrir finalement la marque 1-0 (52e). Remis dans les conditions du premier tour lors de leurs succès contre l'Uruguay (3-1) et l'Italie (1-0), les Ticos virent se compliquer les choses quand le joueur du FC Bruges Oscar Duarte se fit renvoyer aux vestiaires à la suite d'un second carton jaune (66e). Navas devint alors le héros de son équipe. Il multiplia les arrâts. Il sortit avec peine un ballon aérien (71e) et intervint ensuite avec à propos sur un nouveau centre (87e). Après avoir repoussé l'envoi de Gekas, il devait finalement s'avouer battu dans le temps additionnel sur la reprise de Papastathopoulos: 1-1 (90e+1). Sans une envolée de son portier, sur une tête de Mitroglou, le Costa Rica aurait connu un sort identique que le Mexique contre les Pays-Bas. Sur sa lancée et à onze contre dix, la Grèce domina la prolongation et continua a procéder par de longs centres aériens dans le rectangle adverse. Gekas (94e et 107e) et Katsouranis (100e) furent très menaçants. Christodopoulos (113e) et Mitroglou (120e+1) aurait pu arracher la qualification sans des nouvelles parades de Navas. Le Costa Rica, épuisé, résista jusqu'au bout. La séance des tirs au but, après le renvoi aux vestiaires de Fernando Santos le coach de la Grèce par l'arbitre australien Benjamin Williams devait décider du sort du match. Les Ticos se montrèrent intraitables rentrant leurs cinq envois signés Borges, Ruiz, Gonzalez, Campbell et Umana. Les Grecs Mitroglou, Christodoulopoulos et Cholevas avaient convertis leurs envois avant que Gekas ne voit Navas réussir encore un de ses arrêts exceptionnels synonyme d'élimination.