Vainqueur de la Croatie (3-1) en ouverture, puis accroché par le Mexique (0-0), le Brésil balbutie son football depuis le début du Mondial. Le collectif semble grippé, et le manque d'efficacité est flagrant. Aussi, le Cameroun constitue l'adversaire idéal pour peaufiner les réglages. Les Lions Indomptables sont éliminés, minés par une bagarre sur le terrain (!) entre Assou-Ekotto et Moukandjo, lors de la défaite face à la Croatie (4-0) et ballotés entre les hésitations de leur leader Samuel Eto'o, genou fatigué et états d'âme en bandoulière.

Personne n'imagine donc que les quintuples champions du monde puissent rester à quai (ils n'ont manqué le 2e tour d'une Coupe de monde qu'à deux reprises en 1930 et 1966). Les Lions Indomptables ne possèdent pas en Itanjde un gardien comparable au mexicain Guillermo Ochoa qui a tout repoussé face à Neymar et ses partenaires. Volker Finke devra en outre se passer de son capitaine Alexandre Song suspendu après son mauvais geste contre Mandzujic.

Luiz Felipe Scolari n'est officiellement pas inquiet du niveau de jeu affiché par ses joueurs. Il verrait sans doute avec plaisir, comme tout le Brésil derrière lui, un jeu plus inspiré en attaque que lors des deux premières sorties, question d'aborder les huitièmes de finale avec davantage de confiance. Car au prochain tour, le Brésil rencontrera les Pays-Bas ou le Chili, deux des meilleures formations de ce début de Mondial. Officiellement, la Seleçao n'a aucune préférence entre les 'Oranje' et la 'Roja de todos' qui ont renvoyé l'Espagne à la maison.

Contre le Cameroun, Scolari pourra de nouveau compter sur l'attaquant Hulk remis de sa blessure à la jambe gauche. L'avant-centre Fred, très critiqué, a été associé lors du dernier entraînement à Neymar et Hulk, soit le même trio offensif que celui choisi contre la Croatie. Beaucoup préférerait voir Jo titularisé au sein de la sélection Canarinha. Le Brésil pourrait aussi éventuellement laisser Thiago Silva et Luiz Gustavo sur le banc, afin d'éviter tout risque de 2e carton jaune, synonyme de suspension en 1/8e de finale.

Une finale pour la qualif'

Le Mexique et la Croatie vont eux s'affronter à Recife dans une finale d'accession aux huitièmes. L'issue sera d'autant plus cruelle que les deux équipes font partie de celles qui ont laissé une très bonne impression lors de ce début de tournoi. Mais on savait depuis le départ que ce groupe A était l'un des plus relevés de la compétition et qu'avec la présence en son sein du Brésil il n'y aurait sans doute qu'une place à prendre pour les autres.

Le remarquable match nul (0-0) obtenu mardi à Fortaleza face au Brésil permet au Mexique d'aborder cette "finale" en position de force. Un match nul et les hommes du sélectionneur Miguel Herrera seront en huitièmes de finale. Comme d'habitude, puisque c'était déjà le cas lors des cinq dernières Coupes du monde.

Mais les coéquipiers de Modric et Rakitic croient aussi en leurs chances. Car après une défaite inaugurale face au Brésil (3-1) qu'ils ont jugée injuste du fait du penalty généreusement accordé à Fred à 1-1, ils se sont promenés contre le Cameroun (4-0).

"Le Mexique n'a pas encore encaissé de but, il joue vertical, de façon agressive. Ça va être une bataille. On a montré notre vrai visage après cette défaite malheureuse. Tout le monde peut perdre contre le Brésil mais ces conditions me restent encore en travers de la gorge. On a pu voir que mon équipe a un vrai potentiel", a déclaré le sélectionneur Niko Kovac après cette démonstration.

Les Croates savent aussi qu'ils ne peuvent pas se contenter d'un nul et doivent attaquer pour gagner. Olic et Mandzukic, auteur d'un doublé contre le Cameroun, sont là pour ça.

Vainqueur de la Croatie (3-1) en ouverture, puis accroché par le Mexique (0-0), le Brésil balbutie son football depuis le début du Mondial. Le collectif semble grippé, et le manque d'efficacité est flagrant. Aussi, le Cameroun constitue l'adversaire idéal pour peaufiner les réglages. Les Lions Indomptables sont éliminés, minés par une bagarre sur le terrain (!) entre Assou-Ekotto et Moukandjo, lors de la défaite face à la Croatie (4-0) et ballotés entre les hésitations de leur leader Samuel Eto'o, genou fatigué et états d'âme en bandoulière. Personne n'imagine donc que les quintuples champions du monde puissent rester à quai (ils n'ont manqué le 2e tour d'une Coupe de monde qu'à deux reprises en 1930 et 1966). Les Lions Indomptables ne possèdent pas en Itanjde un gardien comparable au mexicain Guillermo Ochoa qui a tout repoussé face à Neymar et ses partenaires. Volker Finke devra en outre se passer de son capitaine Alexandre Song suspendu après son mauvais geste contre Mandzujic. Luiz Felipe Scolari n'est officiellement pas inquiet du niveau de jeu affiché par ses joueurs. Il verrait sans doute avec plaisir, comme tout le Brésil derrière lui, un jeu plus inspiré en attaque que lors des deux premières sorties, question d'aborder les huitièmes de finale avec davantage de confiance. Car au prochain tour, le Brésil rencontrera les Pays-Bas ou le Chili, deux des meilleures formations de ce début de Mondial. Officiellement, la Seleçao n'a aucune préférence entre les 'Oranje' et la 'Roja de todos' qui ont renvoyé l'Espagne à la maison. Contre le Cameroun, Scolari pourra de nouveau compter sur l'attaquant Hulk remis de sa blessure à la jambe gauche. L'avant-centre Fred, très critiqué, a été associé lors du dernier entraînement à Neymar et Hulk, soit le même trio offensif que celui choisi contre la Croatie. Beaucoup préférerait voir Jo titularisé au sein de la sélection Canarinha. Le Brésil pourrait aussi éventuellement laisser Thiago Silva et Luiz Gustavo sur le banc, afin d'éviter tout risque de 2e carton jaune, synonyme de suspension en 1/8e de finale. Une finale pour la qualif' Le Mexique et la Croatie vont eux s'affronter à Recife dans une finale d'accession aux huitièmes. L'issue sera d'autant plus cruelle que les deux équipes font partie de celles qui ont laissé une très bonne impression lors de ce début de tournoi. Mais on savait depuis le départ que ce groupe A était l'un des plus relevés de la compétition et qu'avec la présence en son sein du Brésil il n'y aurait sans doute qu'une place à prendre pour les autres. Le remarquable match nul (0-0) obtenu mardi à Fortaleza face au Brésil permet au Mexique d'aborder cette "finale" en position de force. Un match nul et les hommes du sélectionneur Miguel Herrera seront en huitièmes de finale. Comme d'habitude, puisque c'était déjà le cas lors des cinq dernières Coupes du monde. Mais les coéquipiers de Modric et Rakitic croient aussi en leurs chances. Car après une défaite inaugurale face au Brésil (3-1) qu'ils ont jugée injuste du fait du penalty généreusement accordé à Fred à 1-1, ils se sont promenés contre le Cameroun (4-0). "Le Mexique n'a pas encore encaissé de but, il joue vertical, de façon agressive. Ça va être une bataille. On a montré notre vrai visage après cette défaite malheureuse. Tout le monde peut perdre contre le Brésil mais ces conditions me restent encore en travers de la gorge. On a pu voir que mon équipe a un vrai potentiel", a déclaré le sélectionneur Niko Kovac après cette démonstration. Les Croates savent aussi qu'ils ne peuvent pas se contenter d'un nul et doivent attaquer pour gagner. Olic et Mandzukic, auteur d'un doublé contre le Cameroun, sont là pour ça.