Âgé de 34 ans, le Ballon d'Or 2018, a publié le 20 août dernier son autobiographie intitulée "Mon jeu" chez Talent Éditions.

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Zinédine Zidane, en 2016, dont vous dites qu'il s'agit d'un des tournants de votre carrière ?

"Je m'en souviens mot pour mot. Il m'a dit : 'Je te vois comme un joueur capable de gagner le Ballon d'Or'. Je n'avais jamais pensé pouvoir un jour remporter le Ballon d'Or, mais quand quelqu'un comme 'Zizou' te dit cela, tu te sens pousser des ailes. On a toujours eu une excellente relation. J'espère qu'il restera à Madrid pendant de longues années encore."

Pourquoi Zidane réussit-il si bien au Real Madrid ?

"Il comprend les joueurs parfaitement. C'est l'un des meilleurs entraîneurs, c'est certain. Ce qu'on a accompli avec lui est inimaginable, certains disent encore qu'il a de la chance... On ne lui donne pas la reconnaissance qu'il mérite. Mais bon, il n'a pas besoin de ça. Ses résultats parlent pour lui."

Cette saison, le Real Madrid a reconquis la Liga en s'appuyant sur ses piliers (Modric, Casemiro, Ramos, Benzema...). Le Real a-t-il besoin de sang neuf pour rester au sommet ?

"On n'a pas une équipe jeune, certes, mais on a une équipe expérimentée. On a aussi de jeunes joueurs qui vont s'améliorer. On a suffisamment de qualité comme ça. On l'a prouvé cette saison en Liga, et on sait qu'on peut le refaire. Après la coupure, on est revenus ultra-motivés, on a travaillé dur, on était la meilleure équipe de Liga sur le plan physique, et je crois que c'est pour cela qu'on l'a gagnée. Le football nous manquait, et le fait de gagner des matches aussi. C'est mon 2e titre en Liga, et j'ai envie d'en gagner plus."

A bientôt 35 ans (le 9 septembre), comment avez-vous vécu cette saison sur le plan individuel ?

"J'ai eu deux blessures qui m'ont mis un peu sur le côté cette saison, et d'autres joueurs ont saisi leur chance pendant ce temps-là... Ce n'était pas facile pour moi, mais maintenant, peut-être que 'Zizou' me voit différemment, parce que je n'ai jamais lâché, et à la fin, j'ai rejoué. Désormais, je me sens bien, en forme, et motivé."

Dans votre livre, vous écrivez que Zidane vous a demandé d'assumer encore plus votre rôle de leader. Est-ce pour cela que vous avez offert votre soutien à Eden Hazard, qui a connu comme vous des débuts difficiles au Real ?

"Eden (Hazard) est un super mec, un joueur vraiment spécial. Mais il jouait avec des douleurs, et quand tu es sur un terrain, les gens attendent toujours le meilleur de toi. Ils s'en fichent que tu aies des petits soucis. Donc je suis allé lui parler pour lui dire : 'Eden, là, c'est une saison de découverte pour toi, mais peut-être que tu devrais te soigner maintenant, parce que la saison prochaine (2020-2021) on aura besoin de toi à ton meilleur niveau'. J'espère qu'il reviendra en ayant réglé tous ses pépins. On a vraiment besoin de lui."

Vous êtes le seul, avec Cristiano Ronaldo, à avoir battu Lionel Messi dans la course au Ballon d'Or depuis 2008. Que signifierait pour vous son départ vers un autre championnat ?

"Ce serait une grande perte pour le prestige de la Liga. Mais il ne faut pas ruminer ça. C'est le foot, c'est comme ça. Il faut aller de l'avant. D'autres joueurs deviendront des stars à leur tour. Quand Cristiano (Ronaldo) était parti, c'était pareil, la vie a continué sans lui au Real Madrid. Ce sera la même chose au FC Barcelone et au sein de la Liga sans Messi".

Que pensez-vous de l'annulation du Ballon d'Or 2020, qui semblait promis à Robert Lewandowski ?

"Je suis désolé pour lui, pour tous les joueurs qui ont fait une saison incroyable mais qui ne pourront pas avoir la chance de soulever ce trophée. Ils devront attendre. Il y a certains joueurs qui ont fait de grosses saisons mais qui n'ont jamais eu cette opportunité auparavant. C'est ce qui me rend d'autant plus fier, c'est une sensation indescriptible."

Âgé de 34 ans, le Ballon d'Or 2018, a publié le 20 août dernier son autobiographie intitulée "Mon jeu" chez Talent Éditions.Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Zinédine Zidane, en 2016, dont vous dites qu'il s'agit d'un des tournants de votre carrière ?"Je m'en souviens mot pour mot. Il m'a dit : 'Je te vois comme un joueur capable de gagner le Ballon d'Or'. Je n'avais jamais pensé pouvoir un jour remporter le Ballon d'Or, mais quand quelqu'un comme 'Zizou' te dit cela, tu te sens pousser des ailes. On a toujours eu une excellente relation. J'espère qu'il restera à Madrid pendant de longues années encore."Pourquoi Zidane réussit-il si bien au Real Madrid ?"Il comprend les joueurs parfaitement. C'est l'un des meilleurs entraîneurs, c'est certain. Ce qu'on a accompli avec lui est inimaginable, certains disent encore qu'il a de la chance... On ne lui donne pas la reconnaissance qu'il mérite. Mais bon, il n'a pas besoin de ça. Ses résultats parlent pour lui."Cette saison, le Real Madrid a reconquis la Liga en s'appuyant sur ses piliers (Modric, Casemiro, Ramos, Benzema...). Le Real a-t-il besoin de sang neuf pour rester au sommet ?"On n'a pas une équipe jeune, certes, mais on a une équipe expérimentée. On a aussi de jeunes joueurs qui vont s'améliorer. On a suffisamment de qualité comme ça. On l'a prouvé cette saison en Liga, et on sait qu'on peut le refaire. Après la coupure, on est revenus ultra-motivés, on a travaillé dur, on était la meilleure équipe de Liga sur le plan physique, et je crois que c'est pour cela qu'on l'a gagnée. Le football nous manquait, et le fait de gagner des matches aussi. C'est mon 2e titre en Liga, et j'ai envie d'en gagner plus."A bientôt 35 ans (le 9 septembre), comment avez-vous vécu cette saison sur le plan individuel ? "J'ai eu deux blessures qui m'ont mis un peu sur le côté cette saison, et d'autres joueurs ont saisi leur chance pendant ce temps-là... Ce n'était pas facile pour moi, mais maintenant, peut-être que 'Zizou' me voit différemment, parce que je n'ai jamais lâché, et à la fin, j'ai rejoué. Désormais, je me sens bien, en forme, et motivé."Dans votre livre, vous écrivez que Zidane vous a demandé d'assumer encore plus votre rôle de leader. Est-ce pour cela que vous avez offert votre soutien à Eden Hazard, qui a connu comme vous des débuts difficiles au Real ?"Eden (Hazard) est un super mec, un joueur vraiment spécial. Mais il jouait avec des douleurs, et quand tu es sur un terrain, les gens attendent toujours le meilleur de toi. Ils s'en fichent que tu aies des petits soucis. Donc je suis allé lui parler pour lui dire : 'Eden, là, c'est une saison de découverte pour toi, mais peut-être que tu devrais te soigner maintenant, parce que la saison prochaine (2020-2021) on aura besoin de toi à ton meilleur niveau'. J'espère qu'il reviendra en ayant réglé tous ses pépins. On a vraiment besoin de lui."Vous êtes le seul, avec Cristiano Ronaldo, à avoir battu Lionel Messi dans la course au Ballon d'Or depuis 2008. Que signifierait pour vous son départ vers un autre championnat ?"Ce serait une grande perte pour le prestige de la Liga. Mais il ne faut pas ruminer ça. C'est le foot, c'est comme ça. Il faut aller de l'avant. D'autres joueurs deviendront des stars à leur tour. Quand Cristiano (Ronaldo) était parti, c'était pareil, la vie a continué sans lui au Real Madrid. Ce sera la même chose au FC Barcelone et au sein de la Liga sans Messi".Que pensez-vous de l'annulation du Ballon d'Or 2020, qui semblait promis à Robert Lewandowski ?"Je suis désolé pour lui, pour tous les joueurs qui ont fait une saison incroyable mais qui ne pourront pas avoir la chance de soulever ce trophée. Ils devront attendre. Il y a certains joueurs qui ont fait de grosses saisons mais qui n'ont jamais eu cette opportunité auparavant. C'est ce qui me rend d'autant plus fier, c'est une sensation indescriptible."