Début avril, le Barça s'est incliné 1-2 face au Real. Ce revers a déclenché une sonnette d'alarme au sein du staff technique des blaugrana. La condition physique de Lionel Messi laissait à désirer et de fait, on pouvait dire la même chose de toute l'équipe durant les vingt dernières minutes du match alors que la saison passée, on avait vanté les méthodes ultra modernes de Luis Enrique, qui avait remis en forme tout le groupe, qui s'était endormi sous la direction de Tata Martino.

Messi avait des circonstances atténuantes. Le 29 mars, l'Argentin avait disputé un match de qualification pour le Mondial contre la Bolivie. C'était d'ailleurs le cas de Neymar et de Luis Suarez aussi. L'Uruguayen n'avait plus évolué en équipe nationale depuis sa suspension, il y a presque deux ans, au terme de la Coupe du Monde. C'était un moment chargé en émotions pour lui. Barcelone a enchaîné quelques prestations inquiétantes après son revers face au Real : il a perdu à la Real Sociedad et contre Valence. Il a également été éliminé de la Ligue des Champions par l'Atlético Madrid.

En championnat, le Barça a vu fondre son avance de huit unités sur l'Atlético et de douze sur le Real. Le staff a revu le programme d'entraînement. Comme le dit Paco Seirul.lo, le gourou des préparateurs physiques espagnols : " La tête court plus que les jambes. " Le staff a raccourci les séances et accordé deux jours de repos aux titulaires après chaque match. Ceux qui n'avaient pas joué étaient astreints à des séances spécifiques, axées sur le développement de la vitesse. Ici aussi, le Barça a prêté l'oreille à un adage de Seirul.lo : " Il ne faut pas courir plus mais courir mieux. "

Rafael Pol, le préparateur physique de Luis Enrique, pourtant adepte de Seirul.lo, a dû s'adapter. Il avait toujours suivi ce principe : " Les entraînements doivent être comme des matches. Sinon, les matches deviennent des séances d'entraînement. " En avril, il a revu l'intensité de ses exercices, même si le ballon est toujours resté central. Car, comme le dit Seirul.lo : " Exercer quelque chose qui ne se produit pas en match est ridicule. "

Grâce à son joli sprint final, le Barça peut présenter un excellent bulletin. C'est évidemment l'Atlético qui possède la meilleure défense mais le Barça a fait la différence dans le compartiment offensif. Le trio MSN a pris à son compte 80 % des buts catalans. A titre de comparaison, au Real, Karim Benzema, Cristiano Ronaldo et Gareth Bale ne sont impliqués que dans 70 % des buts.

Son 24e titre en poche, le Barça va tenter d'enlever sa 28e Copa del Rey ce dimanche soir, contre le FC Séville. Avec quelques jours de repos de plus que son adversaire, qui a disputé mercredi la finale d'Europa League contre Liverpool, ça ne devrait pas être mission impossible.

Début avril, le Barça s'est incliné 1-2 face au Real. Ce revers a déclenché une sonnette d'alarme au sein du staff technique des blaugrana. La condition physique de Lionel Messi laissait à désirer et de fait, on pouvait dire la même chose de toute l'équipe durant les vingt dernières minutes du match alors que la saison passée, on avait vanté les méthodes ultra modernes de Luis Enrique, qui avait remis en forme tout le groupe, qui s'était endormi sous la direction de Tata Martino.Messi avait des circonstances atténuantes. Le 29 mars, l'Argentin avait disputé un match de qualification pour le Mondial contre la Bolivie. C'était d'ailleurs le cas de Neymar et de Luis Suarez aussi. L'Uruguayen n'avait plus évolué en équipe nationale depuis sa suspension, il y a presque deux ans, au terme de la Coupe du Monde. C'était un moment chargé en émotions pour lui. Barcelone a enchaîné quelques prestations inquiétantes après son revers face au Real : il a perdu à la Real Sociedad et contre Valence. Il a également été éliminé de la Ligue des Champions par l'Atlético Madrid. En championnat, le Barça a vu fondre son avance de huit unités sur l'Atlético et de douze sur le Real. Le staff a revu le programme d'entraînement. Comme le dit Paco Seirul.lo, le gourou des préparateurs physiques espagnols : " La tête court plus que les jambes. " Le staff a raccourci les séances et accordé deux jours de repos aux titulaires après chaque match. Ceux qui n'avaient pas joué étaient astreints à des séances spécifiques, axées sur le développement de la vitesse. Ici aussi, le Barça a prêté l'oreille à un adage de Seirul.lo : " Il ne faut pas courir plus mais courir mieux. " Rafael Pol, le préparateur physique de Luis Enrique, pourtant adepte de Seirul.lo, a dû s'adapter. Il avait toujours suivi ce principe : " Les entraînements doivent être comme des matches. Sinon, les matches deviennent des séances d'entraînement. " En avril, il a revu l'intensité de ses exercices, même si le ballon est toujours resté central. Car, comme le dit Seirul.lo : " Exercer quelque chose qui ne se produit pas en match est ridicule. " Grâce à son joli sprint final, le Barça peut présenter un excellent bulletin. C'est évidemment l'Atlético qui possède la meilleure défense mais le Barça a fait la différence dans le compartiment offensif. Le trio MSN a pris à son compte 80 % des buts catalans. A titre de comparaison, au Real, Karim Benzema, Cristiano Ronaldo et Gareth Bale ne sont impliqués que dans 70 % des buts. Son 24e titre en poche, le Barça va tenter d'enlever sa 28e Copa del Rey ce dimanche soir, contre le FC Séville. Avec quelques jours de repos de plus que son adversaire, qui a disputé mercredi la finale d'Europa League contre Liverpool, ça ne devrait pas être mission impossible.