Mercredi 9 janvier, à l'issue de l'instruction sur la falsification de matches à Bari, 36 personnes ont été inculpées, parmi lesquelles 27 joueurs et anciens footballeurs. Presque tous ont porté le maillot de Bari. Parmi eux, l'actuel capitaine, Francesco Caputo, et le Belge Jean-François Gillet, qui défend maintenant le but du Torino.

On les accuse d'avoir collaboré, au moins de manière passive, à une fraude sportive pendant les matches de Serie B Bari-Trévise de mai 2008 et Salternitana-Bari de mai 2009.

Les joueurs de Bari ont perçu 220.000 euros au total pour perdre ces deux parties. D'abord, pour se laisser battre par Trévise, dix joueurs de Bari ont reçu chacun 7.000 euros. Un an plus tard, menacée de relégation, Salernitana a fait appel à Bari, qui était déjà assuré de sa promotion en Serie A.

A l'insu de l'entraîneur, Antonio Conte, qui a fait l'objet d'une suspension sportive mais n'a pas été inculpé, les principaux joueurs ont alors réuni l'équipe. Trois joueurs ont refusé de collaborer, parmi lesquels l'international Andrea Ranocchia, l'actuel défenseur de l'Inter, et ils n'ont pas été inculpés.

Au printemps 2011, Bari a encore perdu deux matches contre paiement, en Serie A. En échange d'une défaite à Palerme, trois joueurs auraient reçu 140.000 euros. Un mois plus tard, au moins un footballeur de Bari aurait obtenu 50.000 euros pour perdre contre la Sampdoria.

Les autres accusés sont les ultras de Bari qui ont menacé des joueurs, dont Gillet, durant la saison 2010-2011, quand ils ne voulaient pas contribuer à la falsification de matches. Plusieurs anciens joueurs ont déjà reconnu les faits mais l'implication et le rôle d'autres, comme Gillet, qui réalise une brillante saison au Torino, ne sont pas encore tout-à-fait éclaircis.

Par Geert Foutré

Mercredi 9 janvier, à l'issue de l'instruction sur la falsification de matches à Bari, 36 personnes ont été inculpées, parmi lesquelles 27 joueurs et anciens footballeurs. Presque tous ont porté le maillot de Bari. Parmi eux, l'actuel capitaine, Francesco Caputo, et le Belge Jean-François Gillet, qui défend maintenant le but du Torino.On les accuse d'avoir collaboré, au moins de manière passive, à une fraude sportive pendant les matches de Serie B Bari-Trévise de mai 2008 et Salternitana-Bari de mai 2009.Les joueurs de Bari ont perçu 220.000 euros au total pour perdre ces deux parties. D'abord, pour se laisser battre par Trévise, dix joueurs de Bari ont reçu chacun 7.000 euros. Un an plus tard, menacée de relégation, Salernitana a fait appel à Bari, qui était déjà assuré de sa promotion en Serie A.A l'insu de l'entraîneur, Antonio Conte, qui a fait l'objet d'une suspension sportive mais n'a pas été inculpé, les principaux joueurs ont alors réuni l'équipe. Trois joueurs ont refusé de collaborer, parmi lesquels l'international Andrea Ranocchia, l'actuel défenseur de l'Inter, et ils n'ont pas été inculpés.Au printemps 2011, Bari a encore perdu deux matches contre paiement, en Serie A. En échange d'une défaite à Palerme, trois joueurs auraient reçu 140.000 euros. Un mois plus tard, au moins un footballeur de Bari aurait obtenu 50.000 euros pour perdre contre la Sampdoria.Les autres accusés sont les ultras de Bari qui ont menacé des joueurs, dont Gillet, durant la saison 2010-2011, quand ils ne voulaient pas contribuer à la falsification de matches. Plusieurs anciens joueurs ont déjà reconnu les faits mais l'implication et le rôle d'autres, comme Gillet, qui réalise une brillante saison au Torino, ne sont pas encore tout-à-fait éclaircis.Par Geert Foutré