C'est un coup de tonnerre dans le petit monde du ballon rond. Un réseau criminel soupçonné d'avoir truqué 380 matches de football, dont des rencontres de Ligue des Champions et de qualification pour la Coupe du monde, a été démantelé, a annoncé lundi l'Office européen de police Europol.

"Il nous semble clair qu'il s'agit de la plus grande enquête de tous les temps sur des matches truqués présumés", a déclaré le directeur d'Europol Rob Wainwright lors d'une conférence de presse à La Haye, soutenant que 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs, notamment, sont soupçonnés d'avoir pris part au trucage des matches.

Deux matches de Ligue des Champions mis en cause


Le but du trucage était de gagner d'importantes sommes d'argent grâce à des paris sportifs. Quelque 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs, notamment, sont soupçonnés d'avoir pris part au trucage des matches. La plupart des matches truqués ont été joués dans les championnats turcs, allemands et suisses, a précisé Europol lors de la conférence de presse, mais aucun en Belgique. L'Union belge n'a du moins reçu aucune visite d'enquêteurs, a assuré son porte parole Stefan Van Loock à l'agence belga. Quelque 300 autres matches à travers le monde sont concernés.

Selon Europol, ces paris truqués ont généré 8 millions de profits pour 16 millions d'euros de mises. Ils ont donné lieu à 2 millions de pots de vin, dont le plus important s'élève à 140.000 euros. Un
cartel criminel basé à Singapour serait à la tête de ces opérations. L'identité des matches en cause n'a pas été communiquée en raison des procédures judiciaires en cours. Rob Wainwright a assuré qu'il écrirait au président de l'UEFA Michel Platini pour lui transmettre les résultats de l'enquête, dont le football "devrait prendre bonne note".

On sait toutefois que deux matches de Ligue des Champions européenne et des matches de qualification pour la Coupe du Monde sont concernés. Europol a notamment montré lors de la conférence de presse, une rencontre internationale entre l'Argentine et la Bolivie lors de laquelle un arbitre hongrois accorde un penalty plus que litigieux en faveur de l'Argentine.

C'est un coup de tonnerre dans le petit monde du ballon rond. Un réseau criminel soupçonné d'avoir truqué 380 matches de football, dont des rencontres de Ligue des Champions et de qualification pour la Coupe du monde, a été démantelé, a annoncé lundi l'Office européen de police Europol. "Il nous semble clair qu'il s'agit de la plus grande enquête de tous les temps sur des matches truqués présumés", a déclaré le directeur d'Europol Rob Wainwright lors d'une conférence de presse à La Haye, soutenant que 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs, notamment, sont soupçonnés d'avoir pris part au trucage des matches. Deux matches de Ligue des Champions mis en cause Le but du trucage était de gagner d'importantes sommes d'argent grâce à des paris sportifs. Quelque 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs, notamment, sont soupçonnés d'avoir pris part au trucage des matches. La plupart des matches truqués ont été joués dans les championnats turcs, allemands et suisses, a précisé Europol lors de la conférence de presse, mais aucun en Belgique. L'Union belge n'a du moins reçu aucune visite d'enquêteurs, a assuré son porte parole Stefan Van Loock à l'agence belga. Quelque 300 autres matches à travers le monde sont concernés. Selon Europol, ces paris truqués ont généré 8 millions de profits pour 16 millions d'euros de mises. Ils ont donné lieu à 2 millions de pots de vin, dont le plus important s'élève à 140.000 euros. Un cartel criminel basé à Singapour serait à la tête de ces opérations. L'identité des matches en cause n'a pas été communiquée en raison des procédures judiciaires en cours. Rob Wainwright a assuré qu'il écrirait au président de l'UEFA Michel Platini pour lui transmettre les résultats de l'enquête, dont le football "devrait prendre bonne note".On sait toutefois que deux matches de Ligue des Champions européenne et des matches de qualification pour la Coupe du Monde sont concernés. Europol a notamment montré lors de la conférence de presse, une rencontre internationale entre l'Argentine et la Bolivie lors de laquelle un arbitre hongrois accorde un penalty plus que litigieux en faveur de l'Argentine.