Le scandale du "calcioscommesse"

Entre 2011 et 2012, cette affaire a achevé la réputation du football italien, impliquant des joueurs de Serie A et B, reconnus coupables d'avoir truqué des matches pour favoriser des paris. Plus d'une cinquantaine de joueurs, dont l'ancien capitaine de l'Atalanta Bergame, Cristiano Doni, ont été suspendus de toute activité liée au football. De nombreux clubs ont été sanctionnés par des points en moins en championnat et des amendes.

Le sulfureux Ante Sapina

Cet Allemand d'origine croate est au coeur des scandales de paris truqués qui ont défrayé la chronique footballistique outre-Rhin depuis presque dix ans. Il a dirigé un réseau qui a obtenu le concours d'arbitres et de joueurs pour orienter les scores contre pots-de-vin. Condamné une première fois en 2006 à presque trois ans de prison, il l'a été à nouveau en 2011 pour avoir récidivé sur une cinquantaine de matches, notamment un Liechtenstein-Finlande des qualifications au Mondial 2010.

Le scandale du "calciopoli"

Cette affaire a fait d'autant plus de bruit qu'elle concerne les meilleurs clubs italiens. L'enquête du parquet de Turin a révélé que des clubs choisissaient eux-mêmes qui allait les arbitrer et comment! Contrairement à l'AC Milan, la Fiorentina et la Lazio, la Juventus de Turin n'a pas pu éviter la relégation en Serie B, en plus de la perte de ses titres de 2005 et 2006.

L'Affaire Ye En Belgique, c'est l'affaire Ye qui a défrayé la chronique ces dernières années. Durant les saisons 2004-2005 et 2005-2006, l'homme d'affaires chinois Zheyun Ye avait investi de l'argent au Lierse et en avait profité pour ensuite impliquer des responsables et des joueurs du club dans des paris truqués sur des scores arrangés. Si le Lierse était au centre de l'affaire, des joueurs de La Louvière, de Saint-Trond et du Brussels avaient également été corrompus par 'le Chinois'. Au total, c'est une trentaine de personnalités du football belge qui se sont retrouvées devant les tribunaux.

L'affaire Valenciennes-OM Les joueurs de Valenciennes sont invités à ménager, en mai 1993, ceux de l'Olympique de Marseille, en pleine préparation d'une finale de Ligue des Champions. Mais les Valenciennois contactés refusent et dénoncent la tentative de corruption qui mène, au final, Bernard Tapie, en prison pour un an. L'OM, déchu de son titre de champion de France, est rétrogradé pour deux saisons en 2e division.

Le "totonero" C'est le premier gros scandale de matches truqués en Italie. En 1980, l'AC Milan et la Lazio de Rome sont rétrogradés en Série B après s'être mis d'accord sur l'issue d'une rencontre. Il est alors courant que les joueurs misent sur les résultats de leur équipe auprès de bookmakers clandestins! L'emblématique attaquant Paolo Rossi, futur Ballon d'Or 1982, est suspendu deux ans.

Le scandale du "calcioscommesse" Entre 2011 et 2012, cette affaire a achevé la réputation du football italien, impliquant des joueurs de Serie A et B, reconnus coupables d'avoir truqué des matches pour favoriser des paris. Plus d'une cinquantaine de joueurs, dont l'ancien capitaine de l'Atalanta Bergame, Cristiano Doni, ont été suspendus de toute activité liée au football. De nombreux clubs ont été sanctionnés par des points en moins en championnat et des amendes. Le sulfureux Ante Sapina Cet Allemand d'origine croate est au coeur des scandales de paris truqués qui ont défrayé la chronique footballistique outre-Rhin depuis presque dix ans. Il a dirigé un réseau qui a obtenu le concours d'arbitres et de joueurs pour orienter les scores contre pots-de-vin. Condamné une première fois en 2006 à presque trois ans de prison, il l'a été à nouveau en 2011 pour avoir récidivé sur une cinquantaine de matches, notamment un Liechtenstein-Finlande des qualifications au Mondial 2010. Le scandale du "calciopoli" Cette affaire a fait d'autant plus de bruit qu'elle concerne les meilleurs clubs italiens. L'enquête du parquet de Turin a révélé que des clubs choisissaient eux-mêmes qui allait les arbitrer et comment! Contrairement à l'AC Milan, la Fiorentina et la Lazio, la Juventus de Turin n'a pas pu éviter la relégation en Serie B, en plus de la perte de ses titres de 2005 et 2006. L'Affaire Ye En Belgique, c'est l'affaire Ye qui a défrayé la chronique ces dernières années. Durant les saisons 2004-2005 et 2005-2006, l'homme d'affaires chinois Zheyun Ye avait investi de l'argent au Lierse et en avait profité pour ensuite impliquer des responsables et des joueurs du club dans des paris truqués sur des scores arrangés. Si le Lierse était au centre de l'affaire, des joueurs de La Louvière, de Saint-Trond et du Brussels avaient également été corrompus par 'le Chinois'. Au total, c'est une trentaine de personnalités du football belge qui se sont retrouvées devant les tribunaux. L'affaire Valenciennes-OM Les joueurs de Valenciennes sont invités à ménager, en mai 1993, ceux de l'Olympique de Marseille, en pleine préparation d'une finale de Ligue des Champions. Mais les Valenciennois contactés refusent et dénoncent la tentative de corruption qui mène, au final, Bernard Tapie, en prison pour un an. L'OM, déchu de son titre de champion de France, est rétrogradé pour deux saisons en 2e division. Le "totonero" C'est le premier gros scandale de matches truqués en Italie. En 1980, l'AC Milan et la Lazio de Rome sont rétrogradés en Série B après s'être mis d'accord sur l'issue d'une rencontre. Il est alors courant que les joueurs misent sur les résultats de leur équipe auprès de bookmakers clandestins! L'emblématique attaquant Paolo Rossi, futur Ballon d'Or 1982, est suspendu deux ans.