S'il devait pousser Zinédine Zidane vers la sortie, Julen Lopetegui offrirait un moment empreint d'ironie, quand on se rappelle la façon dont l'ancien gardien a échoué au Real Madrid. Mais cela pourrait vraiment avoir lieu, car le FC Séville dispose d'un bloc difficile à perturber cette saison.

Le 0-4 bien tassé contre Chelsea de mercredi dernier ? Un accident de parcours, tout au plus. Lopetegui l'a évoqué tout de suite après, ajoutant que son équipe avait perdu contre un candidat au titre en Ligue des Champions. Une excuse qu'il ne pourra plus utiliser si les choses devaient foirer contre le Real, ce samedi après-midi.

Match couperet

On peine à suivre le Real cette saison : il met l'Inter de Romelu Lukaku au tapis, avant de développer un foot sans âme contre sans-grade du championnat espagnol. Les performances sont trop irrégulières et Florentino Pérez perd patience. Les médias espagnols considèrent le match de Champions League contre le Borussia Mönchengladbach comme un éventuel match-couperet pour Zizou. S'il ne parvient pas à qualifier le Real Madrid pour les huitièmes de finale de la Coupe d'Europe, ce serait la première fois en ... 25 ans.

Raúl et Mauricio Pochettino sont déjà annoncés comme des successeurs potentiels dans la presse ibérique.

Raúl et Mauricio Pochettino sont déjà annoncés comme des successeurs potentiels dans la presse ibérique. Cependant, le crédit de Zidane n'est pas encore épuisé en interne, semble-t-il. N'oublions pas que le sphinx français était encore sacré champion avec ce groupe il y a quatre mois. Et lui-même n'est pas (encore) prêt à jeter l'éponge.

Zidane critiqué

De plus en plus de questions se posent sur le système de rotation instauré par l'entraîneur tricolore. Parfois, la raison pour laquelle certains joueurs se reposent n'est pas claire, comme c'est le cas pour Casemiro, un joueur-clé lors du match crucial disputé à Kiev contre le Shakhtar Donetsk.

Jusqu'à présent, cette saison, le ténor a répondu sur le pré à chaque fois que la position de Zidane a faibli.

Une partie du vestiaire pense également que cet excès de rotations perturbent l'équilibre de l'équipe. Les joueurs ne peuvent pas prendre confiance de la sorte. En revanche, ZZ dispose de circonstances atténuantes : les infections au coronavirus et l'accumulation de matches.

Jusqu'à présent, cette saison, le ténor a répondu sur le pré à chaque fois que la position de Zidane a faibli. Le Real s'est par exemple imposé au Camp Nou et à San Siro. Les Madrilènes vont-ils encore sauver la peau de leur coach ? Rendez-vous ce samedi à 16h15 à l'Estadio Ramón Sánchez Pizjuán pour un début de réponse.

S'il devait pousser Zinédine Zidane vers la sortie, Julen Lopetegui offrirait un moment empreint d'ironie, quand on se rappelle la façon dont l'ancien gardien a échoué au Real Madrid. Mais cela pourrait vraiment avoir lieu, car le FC Séville dispose d'un bloc difficile à perturber cette saison. Le 0-4 bien tassé contre Chelsea de mercredi dernier ? Un accident de parcours, tout au plus. Lopetegui l'a évoqué tout de suite après, ajoutant que son équipe avait perdu contre un candidat au titre en Ligue des Champions. Une excuse qu'il ne pourra plus utiliser si les choses devaient foirer contre le Real, ce samedi après-midi.On peine à suivre le Real cette saison : il met l'Inter de Romelu Lukaku au tapis, avant de développer un foot sans âme contre sans-grade du championnat espagnol. Les performances sont trop irrégulières et Florentino Pérez perd patience. Les médias espagnols considèrent le match de Champions League contre le Borussia Mönchengladbach comme un éventuel match-couperet pour Zizou. S'il ne parvient pas à qualifier le Real Madrid pour les huitièmes de finale de la Coupe d'Europe, ce serait la première fois en ... 25 ans. Raúl et Mauricio Pochettino sont déjà annoncés comme des successeurs potentiels dans la presse ibérique. Cependant, le crédit de Zidane n'est pas encore épuisé en interne, semble-t-il. N'oublions pas que le sphinx français était encore sacré champion avec ce groupe il y a quatre mois. Et lui-même n'est pas (encore) prêt à jeter l'éponge.De plus en plus de questions se posent sur le système de rotation instauré par l'entraîneur tricolore. Parfois, la raison pour laquelle certains joueurs se reposent n'est pas claire, comme c'est le cas pour Casemiro, un joueur-clé lors du match crucial disputé à Kiev contre le Shakhtar Donetsk. Une partie du vestiaire pense également que cet excès de rotations perturbent l'équilibre de l'équipe. Les joueurs ne peuvent pas prendre confiance de la sorte. En revanche, ZZ dispose de circonstances atténuantes : les infections au coronavirus et l'accumulation de matches. Jusqu'à présent, cette saison, le ténor a répondu sur le pré à chaque fois que la position de Zidane a faibli. Le Real s'est par exemple imposé au Camp Nou et à San Siro. Les Madrilènes vont-ils encore sauver la peau de leur coach ? Rendez-vous ce samedi à 16h15 à l'Estadio Ramón Sánchez Pizjuán pour un début de réponse.