Il était attendu en juillet, les supporters du club français y ont cru jusqu'à fin août, puis ont recommencé à espérer au mercato d'hiver. L'attaquant, libéré par Nice, débarque enfin à la Commanderie, le centre d'entraînement, où il a été présenté officiellement mercredi après-midi.

Physiquement pas au point, Balotelli sera cependant trop juste pour disputer sa première rencontre de Championnat de France au stade Vélodrome dès vendredi, contre Lille, pour la 22e journée de Ligue 1.

L'attaquant italien est "un joueur qui n'a pas joué depuis deux mois (le 4 décembre, ndlr), qui ne s'est pas entraîné, il faudra attendre de savoir dans combien de temps il sera à 100%", a déclaré l'entraîneur de l'OM Rudi Garcia peu avant l'officialisation de sa venue.

Le staff va tout faire pour vite le remettre totalement sur pied. Il y a urgence, l'Olympique de Marseille est à six longueurs du podium, son objectif (avec un match en retard).

"Super Mario" vient pour régler les problèmes de finition de l'attaque marseillaise. Valère Germain et Kostas Mitroglou, trois buts chacun, sont dans une impasse au bout de six mois où leur confiance s'est dénudée jusqu'à l'os.

C'est pour cette raison que l'exécutif marseillais a fait le forcing pour parvenir à un accord avec le buteur italien et son agent, Mino Raiola, grand expert en négociations qui durent.

- Coup de poker -

Selon plusieurs médias, Balotelli pourrait toucher plus de 3 millions d'euros de salaire jusqu'au mois de juin, plus une belle prime à la signature.

Son recrutement ressemble à un coup de poker. Mais il arrive à Marseille lesté d'interrogations sur son état de forme, car il n'a pas marqué un but de la saison et n'a plus joué depuis le 4 décembre avec Nice. Son entraîneur Patrick Vieira ne lui faisait plus confiance, et le joueur s'entraînait à part.

"Balo", 28 ans, est resté la priorité du club, voire sa seule cible en attaque, pendant ce mercato d'hiver.

L'arrivée en fanfare d'une star mondiale, même irrégulière, même en déclin, braque une lumière un peu plus joyeuse sur l'OM. Pendant quelques jours au moins on parlera moins des "Garcia dégage!" et des "Direction démission" scandés et écrits par les supporters au stade et sur les murs du centre d'entraînement.

Le géant marseillais est en crise, après neuf matches sans victoire, série refermée seulement dimanche par une courte victoire à Caen (1-0).

Le gros caractère et le gros salaire de "Balo" atterrissent dans un groupe plus aussi conquérant que la saison dernière, éliminé de toutes les coupes, de France, de la Ligue et d'Europe (Ligue Europa).

Son arrivée pourrait pousser vers la sortie un des deux attaquants, Germain ou Mitroglou, notamment pour alléger une copieuse masse salariale.

Mais Germain, très à l'aise quand il joue avec un deuxième attaquant, comme avec Radamel Falcao à Monaco, l'année du titre de champion de France (2017), ou comme à Nice avec Hatem Ben Arfa, a peut-être une chance. Balotelli, la solution à tout?