Les compliments, c'est facile, mais quand ils ne viennent pas de n'importe qui, on les écoute. Prenez Thierry Henry : " J'aime Marcus Rashford. Il court, il bosse, il ne se plaint jamais. C'est un gars de Manchester et c'est clair qu'il kiffe United. Un entraîneur rêve d'avoir un joueur pareil dans son noyau. "

Michael Owen en remet une couche : " Je pense que si vous interrogez les joueurs de Man U, ils vous diront qu'ils préfèrent jouer avec Rashford en pointe plutôt qu'avec Zlatan Ibrahimovic. S'ils sont tous les deux dans l'équipe chaque semaine, Ibra marquera toujours quelques buts de plus que Rashford. Mais je pense que l'équipe marquera plus si Rashford est dans le onze et qu'Ibra n'y est pas. "

Les coups francs comme Beckham, Giggs et Cristiano

Ça tombe bien, Zlatan est out depuis sa blessure au genou contre Anderlecht. Et justement, c'est Rashford qui a sorti les Mauves de l'Europa League. 108e minute, 2-1, les Red Devils continuent l'aventure. En demi, ils gagnent le match aller 0-1 sur la pelouse du Celta Vigo. Un coup franc à l'approche du rectangle, Marouane Fellaini qui bouge le mur espagnol au tout dernier moment, d'un coup d'épaule à peine discret (comme à son habitude), et Rashford qui met le ballon au fond.

Ah, Rashford et les coups de pied arrêtés... Un art. Et à Old Trafford, les botteurs d'exception, on connaît. Tradition maison. C'est Alex Ferguson qui en parle le mieux. " David Beckham, Ryan Giggs, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney, pour eux c'était une religion de rester sur le terrain après l'entraînement pour frapper au but. C'est comme ça que Beckham est devenu le maître sur les coups francs de 25 à 30 mètres. Giggs était le spécialiste entre 18 et 23 mètres. Rooney était meilleur quand ça partait tout près du rectangle. "

Devant Martial et Rooney

Autrefois fan de Cristiano et Wayne Rooney, Marcus Rashford les a beaucoup observés. Pour mieux les copier. Aujourd'hui, le Mancunien qui allonge ses séances d'entraînements, c'est lui. " Il reste une demi-heure pour tirer des coups francs ", lâche José Mourinho. " C'est sa mentalité. Il travaille, il travaille, il travaille. Il adore ça. "

On revient à Zlatan et à son genou amoché. Sur le papier, Anthony Martial et Wayne Rooney ont le coffre pour le remplacer tout devant. Plus de coffre et de vécu, en tout cas, que ce gamin de 19 ans qui ne joue finalement que sa deuxième saison chez les grands. Mais au bout du compte, il est le deuxième attaquant le plus utilisé par Mourinho cette année, derrière le monstre suédois. Rooney ? Derrière lui...

Recalé à City

Marcus Rashford s'imagine comme Ryan Giggs, Paul Scholes et Gary Neville : une carrière entière à Man Utd., BELGAIMAGE
Marcus Rashford s'imagine comme Ryan Giggs, Paul Scholes et Gary Neville : une carrière entière à Man Utd. © BELGAIMAGE

Flash arrière... Marcus Rashford a neuf ans. Il passe un test à Manchester City. Ce serait cool, il habite tout près. Mais il est recalé. Aujourd'hui, il est déjà dans l'histoire des stars XXL dont le talent a échappé à l'examinateur d'un club de légende. Son histoire, c'est celle de Ruud Gullit à Arsenal, celle de Franco Baresi à l'Inter, celle de Mario Balotelli à Barcelone, celle de Diego Costa à Corinthians, celle d'Antoine Griezmann à Lyon. Eux aussi ont été jugés trop courts.

Bonne affaire pour United, qui le récupère et le forme. Pour le lancer très tôt en équipe pro. Le train des records est en marche. Première titularisation (avec Louis van Gaal) en février 2016, match d'Europa League contre Midtjylland, deux buts. Premier match de championnat trois jours plus tard contre Arsenal, deux buts et un assist. Premier match avec l'équipe anglaise en mai 2016, un amical contre l'Australie, un but. Et dans la foulée, une place dans le noyau pour l'EURO - nouveau record de précocité pour un Anglais dans un Championnat d'Europe et il le pique à Rooney.

Oui, quatre mois après ses débuts en équipe Première. Il a aussi scoré dans son premier derby mancunien et dans son premier match de Coupe de la Ligue. Et bientôt, il risque d'ajouter une Europa League sur sa cheminée, près des trophées de la Coupe d'Angleterre, de la Coupe de la Ligue et du Community Shield. Oui, 19 ans et deuxième année pro.

Deuxième pointe de vitesse de Premier League : 35,21 km/h

Qu'est-ce qui rend Marcus Rashford si spécial ? Le nez pour le but saute aux yeux ! Mais pas que... Il y a aussi cette terrible pointe de vitesse. Dans le championnat d'Angleterre, personne n'a encore fait mieux cette saison que Shane Long (Southampton), un jour chronométré à 35,31 km/h. Mais Rashford a fait à peine moins bien : 35,21.

Et maintenant ? ... Zlatan est out, on ne sait pas dans quel état il reviendra. Quel avenir pour Rashford ? Owen se colle à la question. " Il incarne l'avenir de la production offensive de Manchester United. Quand j'entends qu'il est question du transfert d'Antoine Griezmann pendant l'été, je ne comprends pas bien. Griezmann est brillant, mais est-ce que tu as le droit de dépenser 90 ou 95 millions pour lui quand tu as Rashford dans ton noyau ? On lui enverrait un très mauvais message en réalisant un achat pareil. Pour le moment, sur le papier, Rashford n'a plus que Zlatan devant lui. Zlatan n'est pas éternel, et quand il arrêtera, Rashford sera à point. "

Le gamin veut tout exploser et le faire à long terme dans son jardin. United Hall of Fame : c'est là qu'il s'imagine. Avec Ryan Giggs, Paul Scholes et Gary Neville. Point commun ? Une carrière entière à Man U. " Mais oui, ça peut encore exister, des joueurs qui ne connaissent qu'une équipe professionnelle. Si tu y arrives, en plus dans le meilleur club du monde, tu sors vraiment du lot. Encore plus si tu gagnes des trophées. Les joueurs de foot sont ici, ils partent là, ils passent un peu partout, mais ceux qui ne bougent pas, ils ont vraiment quelque chose en plus. "

Par Pierre Danvoye

Les compliments, c'est facile, mais quand ils ne viennent pas de n'importe qui, on les écoute. Prenez Thierry Henry : " J'aime Marcus Rashford. Il court, il bosse, il ne se plaint jamais. C'est un gars de Manchester et c'est clair qu'il kiffe United. Un entraîneur rêve d'avoir un joueur pareil dans son noyau. " Michael Owen en remet une couche : " Je pense que si vous interrogez les joueurs de Man U, ils vous diront qu'ils préfèrent jouer avec Rashford en pointe plutôt qu'avec Zlatan Ibrahimovic. S'ils sont tous les deux dans l'équipe chaque semaine, Ibra marquera toujours quelques buts de plus que Rashford. Mais je pense que l'équipe marquera plus si Rashford est dans le onze et qu'Ibra n'y est pas. " Ça tombe bien, Zlatan est out depuis sa blessure au genou contre Anderlecht. Et justement, c'est Rashford qui a sorti les Mauves de l'Europa League. 108e minute, 2-1, les Red Devils continuent l'aventure. En demi, ils gagnent le match aller 0-1 sur la pelouse du Celta Vigo. Un coup franc à l'approche du rectangle, Marouane Fellaini qui bouge le mur espagnol au tout dernier moment, d'un coup d'épaule à peine discret (comme à son habitude), et Rashford qui met le ballon au fond. Ah, Rashford et les coups de pied arrêtés... Un art. Et à Old Trafford, les botteurs d'exception, on connaît. Tradition maison. C'est Alex Ferguson qui en parle le mieux. " David Beckham, Ryan Giggs, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney, pour eux c'était une religion de rester sur le terrain après l'entraînement pour frapper au but. C'est comme ça que Beckham est devenu le maître sur les coups francs de 25 à 30 mètres. Giggs était le spécialiste entre 18 et 23 mètres. Rooney était meilleur quand ça partait tout près du rectangle. " Autrefois fan de Cristiano et Wayne Rooney, Marcus Rashford les a beaucoup observés. Pour mieux les copier. Aujourd'hui, le Mancunien qui allonge ses séances d'entraînements, c'est lui. " Il reste une demi-heure pour tirer des coups francs ", lâche José Mourinho. " C'est sa mentalité. Il travaille, il travaille, il travaille. Il adore ça. " On revient à Zlatan et à son genou amoché. Sur le papier, Anthony Martial et Wayne Rooney ont le coffre pour le remplacer tout devant. Plus de coffre et de vécu, en tout cas, que ce gamin de 19 ans qui ne joue finalement que sa deuxième saison chez les grands. Mais au bout du compte, il est le deuxième attaquant le plus utilisé par Mourinho cette année, derrière le monstre suédois. Rooney ? Derrière lui... Flash arrière... Marcus Rashford a neuf ans. Il passe un test à Manchester City. Ce serait cool, il habite tout près. Mais il est recalé. Aujourd'hui, il est déjà dans l'histoire des stars XXL dont le talent a échappé à l'examinateur d'un club de légende. Son histoire, c'est celle de Ruud Gullit à Arsenal, celle de Franco Baresi à l'Inter, celle de Mario Balotelli à Barcelone, celle de Diego Costa à Corinthians, celle d'Antoine Griezmann à Lyon. Eux aussi ont été jugés trop courts. Bonne affaire pour United, qui le récupère et le forme. Pour le lancer très tôt en équipe pro. Le train des records est en marche. Première titularisation (avec Louis van Gaal) en février 2016, match d'Europa League contre Midtjylland, deux buts. Premier match de championnat trois jours plus tard contre Arsenal, deux buts et un assist. Premier match avec l'équipe anglaise en mai 2016, un amical contre l'Australie, un but. Et dans la foulée, une place dans le noyau pour l'EURO - nouveau record de précocité pour un Anglais dans un Championnat d'Europe et il le pique à Rooney. Oui, quatre mois après ses débuts en équipe Première. Il a aussi scoré dans son premier derby mancunien et dans son premier match de Coupe de la Ligue. Et bientôt, il risque d'ajouter une Europa League sur sa cheminée, près des trophées de la Coupe d'Angleterre, de la Coupe de la Ligue et du Community Shield. Oui, 19 ans et deuxième année pro. Qu'est-ce qui rend Marcus Rashford si spécial ? Le nez pour le but saute aux yeux ! Mais pas que... Il y a aussi cette terrible pointe de vitesse. Dans le championnat d'Angleterre, personne n'a encore fait mieux cette saison que Shane Long (Southampton), un jour chronométré à 35,31 km/h. Mais Rashford a fait à peine moins bien : 35,21. Et maintenant ? ... Zlatan est out, on ne sait pas dans quel état il reviendra. Quel avenir pour Rashford ? Owen se colle à la question. " Il incarne l'avenir de la production offensive de Manchester United. Quand j'entends qu'il est question du transfert d'Antoine Griezmann pendant l'été, je ne comprends pas bien. Griezmann est brillant, mais est-ce que tu as le droit de dépenser 90 ou 95 millions pour lui quand tu as Rashford dans ton noyau ? On lui enverrait un très mauvais message en réalisant un achat pareil. Pour le moment, sur le papier, Rashford n'a plus que Zlatan devant lui. Zlatan n'est pas éternel, et quand il arrêtera, Rashford sera à point. " Le gamin veut tout exploser et le faire à long terme dans son jardin. United Hall of Fame : c'est là qu'il s'imagine. Avec Ryan Giggs, Paul Scholes et Gary Neville. Point commun ? Une carrière entière à Man U. " Mais oui, ça peut encore exister, des joueurs qui ne connaissent qu'une équipe professionnelle. Si tu y arrives, en plus dans le meilleur club du monde, tu sors vraiment du lot. Encore plus si tu gagnes des trophées. Les joueurs de foot sont ici, ils partent là, ils passent un peu partout, mais ceux qui ne bougent pas, ils ont vraiment quelque chose en plus. " Par Pierre Danvoye