Le champion n'a laissé aucune place au hasard en prenant le large en un peu plus d'une demi-heure grâce à trois buts de son joueur-clé, Robin Van Persie, le premier après 83 secondes de jeu, de près, sur une remise de Giggs, le deuxième d'une admirable reprise de volée sur un long service de Rooney (13) et le troisième sur une nouvelle passe du vétéran gallois (32).

C'est le cinquième titre national remporté par Manchester United en sept ans, le treizième de l'ère Ferguson commencée en 1986 et l'un des plus faciles remportés sous la houlette de l'Ecossais. L'équipe mancunienne a en effet pris la tête dès la 13e journée, fin novembre, et n'a cessé ensuite d'augmenter son avance lors d'une superbe série de 18 matches sans défaite (16 victoires, 2 nuls) jusqu'à début avril.

Les "Red Devils" ont connu une petite baisse de régime en fin de parcours, visible lors de leur défaite à domicile dans le derby contre Manchester City (2-1) il y a deux semaines, mais l'issue de la course ne faisait déjà plus de doute.

Sur l'ensemble de la saison, United, vainqueur du match aller 3 à 2 à l'Etihad Stadium, a repris un net ascendant sur son voisin, qui lui avait soufflé le trophée l'an passé à la différence de buts.

Van Persie : "un sentiment magnifique"

"Ce n'est pas important de savoir qui a marqué les buts tant qu'on gagne", a déclaré l'attaquant néerlandais Robin Van Persie, meilleur buteur du championnat avec 24 goals. "C'était bien de marquer très tôt."

Ce 20e titre de Man U est le tout premier de l'ancien Gunner. "C'est une grande victoire et un fantastique jour de football. J'ai dû attendre si longtemps mon premier titre. C'est un sentiment magnifique. Nous avons une fantastique équipe, de fantastiques joueurs. Ce titre est pour chacun d'entre eux. Le staff, le manager, les kinés, l'encadrement médical, les joueurs, tout le monde a été formidable. Je pense que ce titre, le 20e du club, est mérité".

Deux de plus que Liverpool Ce titre, qui place ManU deux unités au-dessus de son rival historique Liverpool, sauve une saison par ailleurs quelconque, le club ayant été éliminé en huitièmes de finale de la Ligue des champions, en quart de finale de la Coupe d'Angleterre et au quatrième tour de la Coupe de la Ligue.

Alex Ferguson s'est appuyé sur un effectif extrêmement complet, et relativement épargné par les blessures, auquel Robin Van Persie, recruté à l'intersaison à Arsenal, a apporté une puissance de feu supplémentaire en attaque (24 buts, meilleur buteur de Premier League).

Dépendant moins que les années précédentes des performances de Wayne Rooney (12 buts, 10 passes décisives quand même), l'Ecossais a concocté un mélange subtil de joueurs jeunes (Cleverley, Welbeck, Rafael, Kagawa, De Gea) et expérimentés (Ferdinand, Vidic, Evra, Giggs) qui a fait preuve d'une grande régularité, même s'il a souvent dû cravacher pour l'emporter (15 victoires par un seul but d'écart).

Perméable en début de saison, l'équipe a serré les rangs en défense autour de Rio Ferdinand pour n'encaisser que six buts en Premier League en 2013 (soit 0,4 par match), tout en assurant souvent le spectacle (78 buts marqués, meilleure attaque du championnat).

La saison de Manchester United étant virtuellement terminée, il ne lui reste plus qu'un objectif anecdotique pour pimenter la dernière ligne droite: battre le record des points en Premier League, détenu par Chelsea avec 95 points en 2005. Pour y parvenir, ManU devra gagner ses quatre derniers matches.

Le champion n'a laissé aucune place au hasard en prenant le large en un peu plus d'une demi-heure grâce à trois buts de son joueur-clé, Robin Van Persie, le premier après 83 secondes de jeu, de près, sur une remise de Giggs, le deuxième d'une admirable reprise de volée sur un long service de Rooney (13) et le troisième sur une nouvelle passe du vétéran gallois (32). C'est le cinquième titre national remporté par Manchester United en sept ans, le treizième de l'ère Ferguson commencée en 1986 et l'un des plus faciles remportés sous la houlette de l'Ecossais. L'équipe mancunienne a en effet pris la tête dès la 13e journée, fin novembre, et n'a cessé ensuite d'augmenter son avance lors d'une superbe série de 18 matches sans défaite (16 victoires, 2 nuls) jusqu'à début avril. Les "Red Devils" ont connu une petite baisse de régime en fin de parcours, visible lors de leur défaite à domicile dans le derby contre Manchester City (2-1) il y a deux semaines, mais l'issue de la course ne faisait déjà plus de doute. Sur l'ensemble de la saison, United, vainqueur du match aller 3 à 2 à l'Etihad Stadium, a repris un net ascendant sur son voisin, qui lui avait soufflé le trophée l'an passé à la différence de buts. Van Persie : "un sentiment magnifique" "Ce n'est pas important de savoir qui a marqué les buts tant qu'on gagne", a déclaré l'attaquant néerlandais Robin Van Persie, meilleur buteur du championnat avec 24 goals. "C'était bien de marquer très tôt." Ce 20e titre de Man U est le tout premier de l'ancien Gunner. "C'est une grande victoire et un fantastique jour de football. J'ai dû attendre si longtemps mon premier titre. C'est un sentiment magnifique. Nous avons une fantastique équipe, de fantastiques joueurs. Ce titre est pour chacun d'entre eux. Le staff, le manager, les kinés, l'encadrement médical, les joueurs, tout le monde a été formidable. Je pense que ce titre, le 20e du club, est mérité". Deux de plus que Liverpool Ce titre, qui place ManU deux unités au-dessus de son rival historique Liverpool, sauve une saison par ailleurs quelconque, le club ayant été éliminé en huitièmes de finale de la Ligue des champions, en quart de finale de la Coupe d'Angleterre et au quatrième tour de la Coupe de la Ligue. Alex Ferguson s'est appuyé sur un effectif extrêmement complet, et relativement épargné par les blessures, auquel Robin Van Persie, recruté à l'intersaison à Arsenal, a apporté une puissance de feu supplémentaire en attaque (24 buts, meilleur buteur de Premier League). Dépendant moins que les années précédentes des performances de Wayne Rooney (12 buts, 10 passes décisives quand même), l'Ecossais a concocté un mélange subtil de joueurs jeunes (Cleverley, Welbeck, Rafael, Kagawa, De Gea) et expérimentés (Ferdinand, Vidic, Evra, Giggs) qui a fait preuve d'une grande régularité, même s'il a souvent dû cravacher pour l'emporter (15 victoires par un seul but d'écart). Perméable en début de saison, l'équipe a serré les rangs en défense autour de Rio Ferdinand pour n'encaisser que six buts en Premier League en 2013 (soit 0,4 par match), tout en assurant souvent le spectacle (78 buts marqués, meilleure attaque du championnat). La saison de Manchester United étant virtuellement terminée, il ne lui reste plus qu'un objectif anecdotique pour pimenter la dernière ligne droite: battre le record des points en Premier League, détenu par Chelsea avec 95 points en 2005. Pour y parvenir, ManU devra gagner ses quatre derniers matches.