Il n'y a certes pas de cause désespérée en football, mais c'est clair que la déroute de Manchester City (3-1) samedi à Southampton a pratiquement scellé la passation de pouvoir en Premier League.

"Disons qu'il nous reste à peine 10% de chances d'être champions", admet lucidement le patron italien de Vincent Kompany, Roberto Mancini. "A condition de ne plus jamais reproduire une aussi mauvaise prestation que samedi. Sinon ce sera zéro %. On a été nuls. A commencer par notre gardien Joe Hart. Mais il n'est pas le seul..."

La saison passée cependant, City avait compté jusqu'à 8 points de retard sur Manchester United avant de le coiffer au poteau.

"Certes mais justement, un homme averti en vaut deux. Comment voudriez-vous y croire encore après notre plus faible prestation depuis deux ou trois ans ? Les Saints méritaient d'ailleurs de gagner, même s'il est inadmissible d'encaisser de pareils buts. Je suis très déçu. Kompany et Nastasic nous ont manqué et d'autres joueurs ne sont pas en forme. Si United bat Everton (ce qui a été le cas sur le score de 2-0, ndlr), il ne nous laissera jamais lui reprendre 12 points en 12 matches...", conclut Roberto Mancini, visiblement résigné.

Il n'y a certes pas de cause désespérée en football, mais c'est clair que la déroute de Manchester City (3-1) samedi à Southampton a pratiquement scellé la passation de pouvoir en Premier League. "Disons qu'il nous reste à peine 10% de chances d'être champions", admet lucidement le patron italien de Vincent Kompany, Roberto Mancini. "A condition de ne plus jamais reproduire une aussi mauvaise prestation que samedi. Sinon ce sera zéro %. On a été nuls. A commencer par notre gardien Joe Hart. Mais il n'est pas le seul..." La saison passée cependant, City avait compté jusqu'à 8 points de retard sur Manchester United avant de le coiffer au poteau. "Certes mais justement, un homme averti en vaut deux. Comment voudriez-vous y croire encore après notre plus faible prestation depuis deux ou trois ans ? Les Saints méritaient d'ailleurs de gagner, même s'il est inadmissible d'encaisser de pareils buts. Je suis très déçu. Kompany et Nastasic nous ont manqué et d'autres joueurs ne sont pas en forme. Si United bat Everton (ce qui a été le cas sur le score de 2-0, ndlr), il ne nous laissera jamais lui reprendre 12 points en 12 matches...", conclut Roberto Mancini, visiblement résigné.