Malgré la puissance financière du PSG ou de l'AS Monaco, c'est bien l'Olympique Lyonnais qui truste les sommets de la Ligue 1 cette saison. Après sept ans de disette, les Gones sont de retour. La construction du nouveau stade a obligé le président Jean-Michel Aulas a réduire les dépenses. Fini les gros transferts, désormais Lyon mise sur les produits du cru.

Vous prenez une jeunesse éclatante (Fekir, Yassine Benzia, Clinton Njie, Corentin Tolisso, Jordan Ferri, Samuel Umtiti), un buteur de 23 ans qui explose (Lacazette) et un gardien, tout aussi jeune (24 ans) qui s'impose (Anthony Lopes), le tout encadré par Gonalons, Grenier et l'intermittent du spectacle, Gourcuff, souvent blessé imaginaire mais décisif à chaque fois qu'il joue, et vous obtenez une équipe séduisante, culottée et qui reste sur sept victoires d'affilée, et sur 13 victoires en 16 matches (une seule défaite). Et l'entraîneur dans tout cela ? Encore une fois, Aulas a décidé de miser sur le produit maison. Après avoir confié l'équipe à l'ancien joueur, capitaine et directeur du centre de formation, Rémi Garde, il a choisi pour lui succéder cet été un autre ancien joueur. Hubert Fournier, 47 ans, était en effet passer deux ans par l'OL (1998-2000) lors d'une carrière de joueur discrète qui l'a vu passer par Caen, Guingamp et le Borussia Mönchengladbach (alors en D2) notamment. Comme entraîneur, Fournier s'est surtout fait connaître en faisant monter Reims après 33 ans d'absence et en le maintenant en Ligue 1.

Mais quelle est la part de Fournier dans le succès lyonnais ? Difficile à dire. Sa discrétion, son bon sens et son humilité que certains prennent pour un manque de charisme et une difficulté à prendre des décisions n'ont jamais soulevé les foules que ce soit à Reims et à Lyon. Certains n'hésitent pas à dire que les succès actuels de l'OL doivent davantage à Garde, très apprécié à l'OL et initiateur de cette politique de jeunes et de la tactique actuelle, qu'à Fournier. Mais c'est Fournier qui a lancé Fekir, révélation de la saison, qui ne jouait pas avec Garde. Et lorsque le capitaine Gonalons a affirmé que la préparation n'était pas digne d'un club de haut niveau, Fournier ne l'a pas sanctionné. Au contraire, il l'a écouté et a rajouté un jour de footing dans le planning. Depuis lors, Lyon n'a plus perdu qu'un match !

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Lyon dans votre Sport/Foot Magazine

Malgré la puissance financière du PSG ou de l'AS Monaco, c'est bien l'Olympique Lyonnais qui truste les sommets de la Ligue 1 cette saison. Après sept ans de disette, les Gones sont de retour. La construction du nouveau stade a obligé le président Jean-Michel Aulas a réduire les dépenses. Fini les gros transferts, désormais Lyon mise sur les produits du cru.Vous prenez une jeunesse éclatante (Fekir, Yassine Benzia, Clinton Njie, Corentin Tolisso, Jordan Ferri, Samuel Umtiti), un buteur de 23 ans qui explose (Lacazette) et un gardien, tout aussi jeune (24 ans) qui s'impose (Anthony Lopes), le tout encadré par Gonalons, Grenier et l'intermittent du spectacle, Gourcuff, souvent blessé imaginaire mais décisif à chaque fois qu'il joue, et vous obtenez une équipe séduisante, culottée et qui reste sur sept victoires d'affilée, et sur 13 victoires en 16 matches (une seule défaite). Et l'entraîneur dans tout cela ? Encore une fois, Aulas a décidé de miser sur le produit maison. Après avoir confié l'équipe à l'ancien joueur, capitaine et directeur du centre de formation, Rémi Garde, il a choisi pour lui succéder cet été un autre ancien joueur. Hubert Fournier, 47 ans, était en effet passer deux ans par l'OL (1998-2000) lors d'une carrière de joueur discrète qui l'a vu passer par Caen, Guingamp et le Borussia Mönchengladbach (alors en D2) notamment. Comme entraîneur, Fournier s'est surtout fait connaître en faisant monter Reims après 33 ans d'absence et en le maintenant en Ligue 1.Mais quelle est la part de Fournier dans le succès lyonnais ? Difficile à dire. Sa discrétion, son bon sens et son humilité que certains prennent pour un manque de charisme et une difficulté à prendre des décisions n'ont jamais soulevé les foules que ce soit à Reims et à Lyon. Certains n'hésitent pas à dire que les succès actuels de l'OL doivent davantage à Garde, très apprécié à l'OL et initiateur de cette politique de jeunes et de la tactique actuelle, qu'à Fournier. Mais c'est Fournier qui a lancé Fekir, révélation de la saison, qui ne jouait pas avec Garde. Et lorsque le capitaine Gonalons a affirmé que la préparation n'était pas digne d'un club de haut niveau, Fournier ne l'a pas sanctionné. Au contraire, il l'a écouté et a rajouté un jour de footing dans le planning. Depuis lors, Lyon n'a plus perdu qu'un match !Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Lyon dans votre Sport/Foot Magazine