A l'aller, le club français a su résister aux vagues catalanes (0-0). De la même manière, les Allemands ont contenu les assauts des "Reds" Roberto Firmino, Sadio Mané et Mohamed Salah (0-0), battus l'an passé en finale par le Real Madrid de Zinédine Zidane.

Avant la manche retour, la situation comptable est donc là même pour les quatre clubs, mais la marche est sans doute plus haute pour Lyon. L'équipe dirigée par Bruno Genesio devra se sublimer, comme elle l'a fait en phase de groupes face à Manchester City, pour rejoindre les premiers qualifiés en quart de finale (Tottenham, Ajax Amsterdam, Manchester United et Porto).

"Dans l'idéal, il faut marquer un but assez tôt", a anticipé Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, tout en misant une pièce sur son meneur Fekir, suspendu au match aller. "Nabil est notre maître à jouer et tient un rôle important en dehors et sur le terrain et ça va changer pas mal de choses", a aussi déclaré le milieu Lucas Tousart.

Ce qui ne changera pas, en revanche, c'est la montagne qu'il faudra gravir en face, avec Messi au sommet.

Le quintuple Ballon d'Or était déjà présent il y a dix ans lors de la dernière confrontation entre Lyon et le Barça, également en 8e de finale de la plus prestigieuse Coupe d'Europe. Muet à l'aller (1-1), l'Argentin avait contribué d'un but au large succès des Catalans (5-2) au retour.

- "Tout se joue là" -

Dans l'autre rencontre disputée mercredi, c'est un trio d'attaquants qui est attendu avec Firmino, Mané et Salah, l'arme fatale de Liverpool, dans l'Allianz Arena du Bayern Munich.

"Si nous faisons juste un match normal nous n'aurons aucune chance", a lancé l'entraîneur des "Reds" Jürgen Klopp, ancien coach du Borussia Dortmund, sur le site du club anglais.

En tête de la Bundesliga, le Bayern vise une huitième qualification consécutive en 8e de finale de C1, compétition qu'il convoite depuis son dernier sacre européen en 2013.

Toute la saison "se joue là", a résumé le directeur sportif munichois, Hasan Salihamidzic. Le club allemand, devant son public, sera néanmoins privé de Thomas Müller, Joshua Kimmich (suspendus) et Arjen Robben (blessé).