Juste avant cela, Federico Pastorello, le manager du Diable Rouge, a mis une photo sur Instagram où il accompagne Lukaku dans un avion. "Prêt à décoller en direction de Milan", écrit le manager pour plus de clarté.

"Lukaku, il est des nôtres", ont scandé des partisans euphoriques venus fêter son arrivée à 1H15, et son intégration, pour eux acquise, au club milanais au maillot noir et bleu.

Selon les journaux, le montant de son transfert va s'élever à 65 millions d'euros auxquels s'ajouteront diverses primes et bonus estimées entre 10 et 13 millions d'euros.

Selon le quotidien spécialisé La Gazzetta dello Sport, Lukaku a voyagé en compagnie de son agent et ami Federico Pastorello et devrait se soumettre aux examens médicaux de rigueur dès jeudi.

Debut août, l'entraîneur de l'Inter Milan, Antonio Conte, ex-sélectionneur national de l'Italie, avait confié "espérer beaucoup" que Lukaku soit transféré à l'Inter. "Il s'agit d'un bon joueur, un attaquant que j'avais essayé d'acheter quand j'étais coach à Chelsea (2016-2018)", avait expliqué Conte, tout en assurant que son groupe lui donnait "pleine satisfaction".

Selon la Gazzetta, après un premier refus de Manchester, des contacts frénétiques ont eu lieu ces derniers jours et heures alors que Lukaku était à Bruxelles pour s'entraîner avec Anderlecht, lundi et mardi. Cet épisode confirmé par la publication par les journaux locaux de photos de Lukaku portant le maillot du club belge avait irrité Manchester y compris pour des raisons de sponsoring.

En quête d'un avant-centre, l'Inter Milan tentait, depuis le début du mercato, d'attirer l'ex-attaquant belge d'Everton qui n'a pas joué une seule minute avec Manchester United depuis la reprise de l'entraînement.

L'Inter se disputait l'attaquant de 26 ans, troisième de la dernière Coupe du monde avec la Belgique, avec la Juventus Turin qui avait, selon les médias spécialisés, proposé un échange Paulo Dybala-Romelu Lukaku aux "Red Devils".