Ancien joueur emblématique du FC Barcelone (de 1996 à 2004), Luis "Lucho" Enrique a pris cet été la succession de l'Argentin Gerardo "Tata" Martino au poste d'entraîneur du club blaugrana. Sa poigne et son caractère bien trempé doivent permettre d'initier un nouveau cycle victorieux et oublier ainsi une saison 2013-2014 conclue sans trophée majeur, une première pour le Barça depuis 2008.

Ses grands débuts en championnat, avec la réception d'Elche ce dimanche, ne pouvaient pas mieux se dérouler. Une belle performance collective et une victoire 3-0 qui a "plus qu'enchanté" le coach asturien : "Les socios seront contents de ce qu'ils ont vu", s'est réjoui Luis Enrique. "Avec la qualité que nous avons en attaque, avec un Leo (Messi) en état de grâce, nous sommes très contents. C'est un premier pas, il faut désormais faire le deuxième."

Lors de ce match, l'Argentin Lionel Messi s'est de fait particulièrement mis en évidence, inscrivant un doublé et rejetant derrière lui la déception de la finale du Mondial, perdue face à l'Allemagne le mois dernier (1-0 a.p.). Avec un total de 245 buts en Liga, le quadruple Ballon d'Or s'est en outre encore rapproché du record du mythique attaquant de l'Athletic Bilbao Telmo Zarra (251 buts, entre 1940 et 1955).

"J'ai toujours déclaré que Messi était le meilleur joueur du monde. Il le sera tant qu'il souhaitera l'être, en marquant des buts, en délivrant des passes décisives", a poursuivi Luis Enrique, qui a aussi salué la performance du jeune Munir (18 ans), encore en équipe de jeune la saison dernière et auteur d'un but pour son tout premier match de Liga.

"Munir brûle les étapes avec une vitesse difficile à gérer mais il nous offre beaucoup d'options. Il a de la personnalité et il nous aide, comme nous aiderons d'autres joueurs de la réserve", a conclu le technicien barcelonais.

Seule ombre au tableau : l'expulsion de Javier Mascherano avant la mi-temps. Malgré tout, les Catalans ont joué le jeu, faisant presque oublier par moment qu'ils jouaient en infériorité numérique. Premier vrai test pour Luis Enrique et ses joueurs dimanche prochain, contre Villarreal.

Ancien joueur emblématique du FC Barcelone (de 1996 à 2004), Luis "Lucho" Enrique a pris cet été la succession de l'Argentin Gerardo "Tata" Martino au poste d'entraîneur du club blaugrana. Sa poigne et son caractère bien trempé doivent permettre d'initier un nouveau cycle victorieux et oublier ainsi une saison 2013-2014 conclue sans trophée majeur, une première pour le Barça depuis 2008.Ses grands débuts en championnat, avec la réception d'Elche ce dimanche, ne pouvaient pas mieux se dérouler. Une belle performance collective et une victoire 3-0 qui a "plus qu'enchanté" le coach asturien : "Les socios seront contents de ce qu'ils ont vu", s'est réjoui Luis Enrique. "Avec la qualité que nous avons en attaque, avec un Leo (Messi) en état de grâce, nous sommes très contents. C'est un premier pas, il faut désormais faire le deuxième."Lors de ce match, l'Argentin Lionel Messi s'est de fait particulièrement mis en évidence, inscrivant un doublé et rejetant derrière lui la déception de la finale du Mondial, perdue face à l'Allemagne le mois dernier (1-0 a.p.). Avec un total de 245 buts en Liga, le quadruple Ballon d'Or s'est en outre encore rapproché du record du mythique attaquant de l'Athletic Bilbao Telmo Zarra (251 buts, entre 1940 et 1955)."J'ai toujours déclaré que Messi était le meilleur joueur du monde. Il le sera tant qu'il souhaitera l'être, en marquant des buts, en délivrant des passes décisives", a poursuivi Luis Enrique, qui a aussi salué la performance du jeune Munir (18 ans), encore en équipe de jeune la saison dernière et auteur d'un but pour son tout premier match de Liga."Munir brûle les étapes avec une vitesse difficile à gérer mais il nous offre beaucoup d'options. Il a de la personnalité et il nous aide, comme nous aiderons d'autres joueurs de la réserve", a conclu le technicien barcelonais.Seule ombre au tableau : l'expulsion de Javier Mascherano avant la mi-temps. Malgré tout, les Catalans ont joué le jeu, faisant presque oublier par moment qu'ils jouaient en infériorité numérique. Premier vrai test pour Luis Enrique et ses joueurs dimanche prochain, contre Villarreal.