"Nous avons parlé avec les joueurs après le match" contre l'Estonie, remporté dimanche soir 3-0 par la Mannschaft, grâce notamment à un doublé de Gündogan, indique dans un communiqué un des dirigeants de l'équipe nationale, Oliver Bierhoff.

"Ils savent aussi qu'ils ont fait une erreur", a-t-il ajouté.

"Ils doivent avoir conscience de leur responsabilité et de l'effet que chacune de leur déclaration ou action peut provoquer, surtout sur les réseaux sociaux", a ajouté l'ancien international.

L'affaire remonte à dimanche. Les deux joueurs avaient dans un premier temps envoyé un "like" de la photo controversée, avant de le retirer rapidement alors que les réseaux sociaux allemands commençaient à s'enflammer.

La photo avait été postée par Cenk Tosun, joueur d'Everton. On y voit des joueurs turcs faire un salut militaire en direction de la tribune d'honneur après son but contre l'Albanie (1-0) vendredi en qualifications de l'Euro-2020. Sous la photo, Tosun a écrit: "Pour notre nation, et surtout pour ceux qui risquent leur vie pour notre pays".

Après le match, une photo avait également été postée sur le compte Twitter officiel de l'équipe nationale. Les joueurs turcs y font un salut militaire et le tweet indique que les joueurs "ont dédié leur victoire à nos valeureux soldats ainsi qu'à nos militaires et concitoyens tombés en martyrs".

Ankara a déclenché mercredi une offensive militaire dans le nord de la Syrie contre les forces kurdes, un assaut critiqué par de nombreux pays occidentaux, dont l'Allemagne.

Gündogan avait déjà été, avec un autre international allemand d'origine turque Mesut Özil, au coeur d'une vive controverse avant le Mondial-2018 en Russie, pour avoir posé avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Dimanche, il avait expliqué à l'agence SID, filiale sportive de l'AFP: "J'ai retiré mon like lorsque j'ai vu que cela pourrait être interprété politiquement. Croyez-moi, après ce qu'il s'est passé l'an dernier, la dernière chose que je voulais c'était donner un signal politique".

Un responsable de l'UEFA a fait savoir que la confédération européenne de football allait "examiner" cette célébration des joueurs de l'équipe de Turquie. Le règlement de l'UEFA interdit toute référence à la politique et à la religion sur le terrain.