Si la "Maison blanche" de Zinédine Zidane et les Citizens de Pep Guardiola ont un pied dans le dernier carré, les jeux ne sont pas totalement faits. Les Reds et le BVB sont armés pour renverser la vapeur et rejoindre les demi-finales, dont la première manche est prévue fin avril.

Anfield, malédiction brisée?

Le Liverpool FC, à l'histoire jalonnée de retournements de situation épiques, peut compter sur son armada offensive au complet pour rattraper son retard, de Sadio Mané à Roberto Firmino, en passant par Diogo Jota et Mohamed Salah.

L'Egyptien a entretenu la flamme de l'espoir à Madrid en marquant l'unique but des Anglais. Une victoire 2-0 au retour, par exemple, serait suffisante pour se qualifier.

Samedi en Premier League, l'ancien attaquant de la Roma a de nouveau marqué, cette fois contre Aston Villa, permettant aux Reds de briser la malédiction d'Anfield, où ils n'avaient pas encore gagné en 2021.

Sevré de ses fidèles supporters à cause du Covid-19, les hommes de Jürgen Klopp devront affronter l'histoire: en Ligue des champions, jamais Liverpool n'a réussi à battre le Real, son bourreau en finale de l'édition 2018, depuis mars 2009 et un 8e de finale gagné 4-0.

En face, les Madrilènes arrivent gonflés à bloc après leur succès 2-1 dans le clasico samedi contre le Barça, synonyme de deuxième place en Liga à une unité seulement de l'Atlético.

Encore buteur ce week-end, Karim Benzema sera la principale menace côté Real, monstre de la C1 sacré treize fois (un record) mais encore privé de Sergio Ramos, Raphaël Varane et Eden Hazard.

Haaland, anomalie à corriger

Manchester City n'a ni l'historique ni le palmarès des Madrilènes, mais le club anglais a la même ambition avant la manche retour mercredi à Dortmund, où il se déplace avec un court avantage (2-1 à l'aller).

Les richissimes Citizens ont certes participé à toutes les éditions depuis 2011-2012, mais ils n'ont atteint les demi-finales qu'une fois, en 2016, une curiosité qu'ils comptent bien réparer en Allemagne.

Il leur faudra néanmoins contenir le grand prodige Erling Haaland, meilleur buteur de l'édition en cours avec un total gigantesque de 10 buts en 7 rencontres. Le Norvégien de 20 ans a aussi une anomalie à corriger: jusqu'à présent, il a marqué contre chaque adversaire rencontré en C1.

A l'aller, face à l'ancien club de son père Alf-Inge, l'attaquant n'a pas fait trembler les filets mais il a cependant grandement participé au but de l'espoir en livrant une passe décisive à son capitaine Marco Reus. City n'avait pas baissé la garde en Ligue des champions depuis 790 minutes.

Le vainqueur de la double confrontation disputera sa demi-finale aller le 27 ou 28 avril puis le retour le 4 ou 5 mai, plus de trois semaines avant la finale programmée le 29 mai à Istanbul.

Si la "Maison blanche" de Zinédine Zidane et les Citizens de Pep Guardiola ont un pied dans le dernier carré, les jeux ne sont pas totalement faits. Les Reds et le BVB sont armés pour renverser la vapeur et rejoindre les demi-finales, dont la première manche est prévue fin avril.Anfield, malédiction brisée?Le Liverpool FC, à l'histoire jalonnée de retournements de situation épiques, peut compter sur son armada offensive au complet pour rattraper son retard, de Sadio Mané à Roberto Firmino, en passant par Diogo Jota et Mohamed Salah.L'Egyptien a entretenu la flamme de l'espoir à Madrid en marquant l'unique but des Anglais. Une victoire 2-0 au retour, par exemple, serait suffisante pour se qualifier.Samedi en Premier League, l'ancien attaquant de la Roma a de nouveau marqué, cette fois contre Aston Villa, permettant aux Reds de briser la malédiction d'Anfield, où ils n'avaient pas encore gagné en 2021.Sevré de ses fidèles supporters à cause du Covid-19, les hommes de Jürgen Klopp devront affronter l'histoire: en Ligue des champions, jamais Liverpool n'a réussi à battre le Real, son bourreau en finale de l'édition 2018, depuis mars 2009 et un 8e de finale gagné 4-0.En face, les Madrilènes arrivent gonflés à bloc après leur succès 2-1 dans le clasico samedi contre le Barça, synonyme de deuxième place en Liga à une unité seulement de l'Atlético.Encore buteur ce week-end, Karim Benzema sera la principale menace côté Real, monstre de la C1 sacré treize fois (un record) mais encore privé de Sergio Ramos, Raphaël Varane et Eden Hazard.Haaland, anomalie à corrigerManchester City n'a ni l'historique ni le palmarès des Madrilènes, mais le club anglais a la même ambition avant la manche retour mercredi à Dortmund, où il se déplace avec un court avantage (2-1 à l'aller).Les richissimes Citizens ont certes participé à toutes les éditions depuis 2011-2012, mais ils n'ont atteint les demi-finales qu'une fois, en 2016, une curiosité qu'ils comptent bien réparer en Allemagne.Il leur faudra néanmoins contenir le grand prodige Erling Haaland, meilleur buteur de l'édition en cours avec un total gigantesque de 10 buts en 7 rencontres. Le Norvégien de 20 ans a aussi une anomalie à corriger: jusqu'à présent, il a marqué contre chaque adversaire rencontré en C1.A l'aller, face à l'ancien club de son père Alf-Inge, l'attaquant n'a pas fait trembler les filets mais il a cependant grandement participé au but de l'espoir en livrant une passe décisive à son capitaine Marco Reus. City n'avait pas baissé la garde en Ligue des champions depuis 790 minutes.Le vainqueur de la double confrontation disputera sa demi-finale aller le 27 ou 28 avril puis le retour le 4 ou 5 mai, plus de trois semaines avant la finale programmée le 29 mai à Istanbul.