Oui ! Anderlecht va gagner

Parce que les Mauves ont dominé à l'aller. Au terme des 90 minutes au stade Petrovski, les Anderlechtois pouvaient nourrir des regrets. Ils avaient eu plus d'occasions que les Russes et dominé le jeu pendant la majeure partie du temps réglementaire. Seulement les Mauves ont péché, comme souvent, par un manque de réalisme. Mais si les joueurs de van den Brom parviennent à reproduire le même schéma qu'au match aller, en y ajoutant la finition, alors les trois seront accessibles.

Parce que Dieu est avec eux. Absent lors du match aller, Dieumerci Mbokani a beaucoup manqué aux Mauves à Saint-Pétersbourg. Seul et alors en manque de confiance, Tom De Sutter n'avait pu faire oublier Dieu. Ce soir, Mbokani devra se montrer à la hauteur de sa réputation (et de ses ambitions). S'il parvient, comme il sait le faire en championnat de Belgique, à peser sur la défense du Zenit, à bien garder le ballon et, évidemment, à marquer, alors le Congolais pourrait mériter son statut d'attaquant du top.

Parce que les champions de Belgique sont au pied du mur. Une défaite priverait assurément les Bruxellois d'une éventuelle seconde place dans le groupe C et hypothéquerait grandement les chances de troisième place. La pression sera donc bien présente sur les épaules des Mauve et Blanc. A eux d'en faire une force afin d'aller chercher la victoire, et non comme souvent ces dernières années un handicap qui les empêcherait de développer leur football.

Parce que les Anderlechtois sont en pleine bourre. Avec 9 buts marqués pour un seul encaissé lors des deux derniers matches de Jupiler League, les Anderlechtois carburent (enfin) au niveau offensif. Avec 5 buts lors de ces rencontres, Tom Sutter devrait malgré tout prendre place sur le banc ce soir... en attendant une éventuelle montée au jeu si les circonstances l'exigent. L'attaquant pourrait alors fort bien passer du statut de 'looser' à celui de sauveur.

Non ! Le Zenit va s'imposer


Parce que le Zenit monte en puissance. Lors du match aller, le Zenit était malade. Depuis lors il n'est pas guéri, mais il va de mieux en mieux. Les victoires en championnat s'enchaînent et la confiance augmente. De plus, Axel Witsel, qui devrait jouer un cran plus haut ce soir, commence à trouver ses marques dans le onze de Spalletti. Seule ombre au tableau pour les Russes : Hulk ne sera pas présent suite à une petite déchirure aux ischios.

Parce que les Russes sont intrinsèquement meilleurs. Il n'y a qu'à regarder les noms qui composent l'équipe championne de Russie : Lombaerts, Witsel, Criscito, Danny, Alvès, Kerzhakov, Bystrov, etc. Le noyau du Zenit recèle bon nombre de talents qui, sur papier, surclassent les joueurs anderlechtois. Même si cela ne fait pas tout, de telles individualités sont autant de plus sur lequels Luciano Spalletti pourra compter pour s'imposer.

Parce que les champions de Russie sont au pied du mur. Tout comme Anderlecht, le Zenit n'a pratiquement pas le choix : il doit s'imposer ce soir. Avec 2 points d'avance sur le Sporting, 1 de retard sur l'AC Milan et déjà 6 sur Malaga, les Russes, pourtant pointés comme favoris du groupe, n'ont encore rien montré dans cette C1. Ils pourraient fort bien commencer ce soir, dopés par la pression inhérente à leur statut.

Parce que les Mauves n'ont toujours pas marqué en C1. Difficile de perdre lorsqu'on encaisse pas de but. De ce point de vue-là, le Zenit peut se montrer serein puisque les Anderlechtois n'ont toujours pas fait trembler de filets en C1 cette saison et la paire Lombaerts-Hubocan, devant Alafeev, veillera à ce que les choses restent ainsi ce soir. Mais les Russes ne doivent pas non plus oublier que même les plus longues séries prennent fin...

Sportfootmagazine.be

Oui ! Anderlecht va gagner Parce que les Mauves ont dominé à l'aller. Au terme des 90 minutes au stade Petrovski, les Anderlechtois pouvaient nourrir des regrets. Ils avaient eu plus d'occasions que les Russes et dominé le jeu pendant la majeure partie du temps réglementaire. Seulement les Mauves ont péché, comme souvent, par un manque de réalisme. Mais si les joueurs de van den Brom parviennent à reproduire le même schéma qu'au match aller, en y ajoutant la finition, alors les trois seront accessibles. Parce que Dieu est avec eux. Absent lors du match aller, Dieumerci Mbokani a beaucoup manqué aux Mauves à Saint-Pétersbourg. Seul et alors en manque de confiance, Tom De Sutter n'avait pu faire oublier Dieu. Ce soir, Mbokani devra se montrer à la hauteur de sa réputation (et de ses ambitions). S'il parvient, comme il sait le faire en championnat de Belgique, à peser sur la défense du Zenit, à bien garder le ballon et, évidemment, à marquer, alors le Congolais pourrait mériter son statut d'attaquant du top. Parce que les champions de Belgique sont au pied du mur. Une défaite priverait assurément les Bruxellois d'une éventuelle seconde place dans le groupe C et hypothéquerait grandement les chances de troisième place. La pression sera donc bien présente sur les épaules des Mauve et Blanc. A eux d'en faire une force afin d'aller chercher la victoire, et non comme souvent ces dernières années un handicap qui les empêcherait de développer leur football. Parce que les Anderlechtois sont en pleine bourre. Avec 9 buts marqués pour un seul encaissé lors des deux derniers matches de Jupiler League, les Anderlechtois carburent (enfin) au niveau offensif. Avec 5 buts lors de ces rencontres, Tom Sutter devrait malgré tout prendre place sur le banc ce soir... en attendant une éventuelle montée au jeu si les circonstances l'exigent. L'attaquant pourrait alors fort bien passer du statut de 'looser' à celui de sauveur. Non ! Le Zenit va s'imposer Parce que le Zenit monte en puissance. Lors du match aller, le Zenit était malade. Depuis lors il n'est pas guéri, mais il va de mieux en mieux. Les victoires en championnat s'enchaînent et la confiance augmente. De plus, Axel Witsel, qui devrait jouer un cran plus haut ce soir, commence à trouver ses marques dans le onze de Spalletti. Seule ombre au tableau pour les Russes : Hulk ne sera pas présent suite à une petite déchirure aux ischios. Parce que les Russes sont intrinsèquement meilleurs. Il n'y a qu'à regarder les noms qui composent l'équipe championne de Russie : Lombaerts, Witsel, Criscito, Danny, Alvès, Kerzhakov, Bystrov, etc. Le noyau du Zenit recèle bon nombre de talents qui, sur papier, surclassent les joueurs anderlechtois. Même si cela ne fait pas tout, de telles individualités sont autant de plus sur lequels Luciano Spalletti pourra compter pour s'imposer. Parce que les champions de Russie sont au pied du mur. Tout comme Anderlecht, le Zenit n'a pratiquement pas le choix : il doit s'imposer ce soir. Avec 2 points d'avance sur le Sporting, 1 de retard sur l'AC Milan et déjà 6 sur Malaga, les Russes, pourtant pointés comme favoris du groupe, n'ont encore rien montré dans cette C1. Ils pourraient fort bien commencer ce soir, dopés par la pression inhérente à leur statut. Parce que les Mauves n'ont toujours pas marqué en C1. Difficile de perdre lorsqu'on encaisse pas de but. De ce point de vue-là, le Zenit peut se montrer serein puisque les Anderlechtois n'ont toujours pas fait trembler de filets en C1 cette saison et la paire Lombaerts-Hubocan, devant Alafeev, veillera à ce que les choses restent ainsi ce soir. Mais les Russes ne doivent pas non plus oublier que même les plus longues séries prennent fin...Sportfootmagazine.be