Cazorla ne mettait que 3 minutes à se créer la première occasion qui terminait au-dessus. Passée cette alerte, les Bruxellois, bien en place, ne courraient pas d'autre danger pendant le reste de la mi-temps. Les Mauve et Blanc se montraient même entreprenants sans toutefois être réellement menaçants hormis sur une percée de Praet qui butait sur Martinez (39e). La seconde période reprenait à cent à l'heure. Après un débordement d'Acheampong, aligné comme arrière gauche, Conté frappait en bonne position, mais son tir était contré par Mertesacker (48e). Deux minutes plus tard, Proto faisait étalage de ses réflexes sur une tête depuis le petit rectangle d'Alexis Sanchez (50e). Le gardien était ensuite décisif face à Cazorla (64e).

À la 71e minute, Najar lançait Praet et courrait se replacer au second poteau. Praet se jouait d'un défenseur et déposait le ballon sur la tête du Hondurien qui le plaçait hors de portée de Martinez (1-0, 71e). Anderlecht gaspillait deux énormes occasions pour se mettre à l'abri: Vanden Borre, en excellente position, envoyait le ballon sur le poteau (79e) et Defour voyait Martinez repousser sa frappe (85e). Comme contre Galatasaray, les Bruxellois se faisaient rejoindre dans les derniers instants de la partie.

Un centre de Chambers trouvait Gibbs au second poteau qui trompait Proto (1-1, 89e). Pire, deux minutes plus tard, Podolski récupérait le ballon dans le rectangle après une action confuse et fusillait Proto offrant les trois points à Arsenal (1-2, 90e+1). Dans l'autre rencontre du groupe, le Borussia Dortmund s'est largement imposé 0-4 au Galatasaray et est en tête avec 9 points. Arsenal suit avec 6 devant Anderlecht et Galatasaray (1). Anderlecht se rendra à Londres le 4 novembre pour y affronter Arsenal.

"Comment peut-on perdre un match comme ça?"

"Comment peut-on perdre un match comme ça?" s'est interrogé Silvio Proto sur RTL. "On a eu les occasions pour tuer le match. Ce résultat laisse un goût de trop peu. L'expérience a fait la différence. C'est vraiment dommage de lâcher comme ça, surtout que ce n'est pas la première fois que ça arrive. On a fait un bon match, on ne doit pas trop déprimer. On est tombé sur une équipe plus maligne que nous", a conclu le capitaine anderlechtois.

"Je ne sais pas comment cela peut arriver", a réagi Dennis Praet au micro de 2BE. "Peut-être parce que nous n'étions pas assez concentrés. C'est incroyable, car nous nous sommes battus tout le match pour défendre ce score de 1-0 et puis il s'est passé quelque chose", a ajouté le meneur de jeu anderlechtois. "On avait eu les occasions pour faire 3-0, cela augmente la déception." "On a fait un très bon match, eux n'ont pas eu beaucoup d'occasions. C'est dommage. On peut être fiers, mais on n'achète rien avec ça. On a 1 point sur 9 alors qu'on pouvait avoir 6 sur 9", a-t-il ajouté sur RTL.

Andy Najar, auteur du but du 1-0, était lui aussi frustré. "Je suis très déçu, mais c'est le football. Surtout en Europe, tu dois rester concentré les 90 minutes. L'entraîneur m'avait demandé de beaucoup m'infiltrer dans la surface de réparation, et pour mon but j'étais au bon endroit."

"Nous avons manqué d'expérience"

L'entraîneur d'Anderlecht Besnik Hasi était déçu en conférence de presse et attribue cette défaite amère au jeune âge de ses joueurs.

Pour la deuxième fois dans cette Ligue des champions, après le déplacement à Galatasaray, Anderlecht a gaspillé son avantage dans les phases finale de la rencontre. "Il est vrai qu'en ce moment notre nombre de points ne correspond pas à nos prestations. Je pense nous avons tout simplement un déficit d'expérience pour transformer notre domination en résultats", a expliqué Hasi. "C'était ainsi aujourd'hui, et c'était aussi le cas contre Galatasaray."

Hasi louait la prestation de ses jeunes joueurs, qui ont tenu en échec un top-club européen pendant 89 minutes. "Je suis très fier de mes gars, car ils ont montré beaucoup de qualités. De plus, ils ont eu l'audace d'oser jouer au football et faire le jeu contre un grand club comme Arsenal, ce qui n'est pas évident." "Nous avons fait le match parfait pendant 89 minutes", a analysé sur RTL le médian Steven Defour. "On marque le but, on a les occasions pour faire 2-0 et puis voilà, on prend deux buts. Je préfère perdre comme contre Dortmund que comme aujourd'hui où c'est rageant, on a vraiment bien joué. En quatre minutes on perd 3 points, ce qui pouvait être une belle affaire. La déception règne, mais on peut être fiers de notre prestation."

Cazorla ne mettait que 3 minutes à se créer la première occasion qui terminait au-dessus. Passée cette alerte, les Bruxellois, bien en place, ne courraient pas d'autre danger pendant le reste de la mi-temps. Les Mauve et Blanc se montraient même entreprenants sans toutefois être réellement menaçants hormis sur une percée de Praet qui butait sur Martinez (39e). La seconde période reprenait à cent à l'heure. Après un débordement d'Acheampong, aligné comme arrière gauche, Conté frappait en bonne position, mais son tir était contré par Mertesacker (48e). Deux minutes plus tard, Proto faisait étalage de ses réflexes sur une tête depuis le petit rectangle d'Alexis Sanchez (50e). Le gardien était ensuite décisif face à Cazorla (64e). À la 71e minute, Najar lançait Praet et courrait se replacer au second poteau. Praet se jouait d'un défenseur et déposait le ballon sur la tête du Hondurien qui le plaçait hors de portée de Martinez (1-0, 71e). Anderlecht gaspillait deux énormes occasions pour se mettre à l'abri: Vanden Borre, en excellente position, envoyait le ballon sur le poteau (79e) et Defour voyait Martinez repousser sa frappe (85e). Comme contre Galatasaray, les Bruxellois se faisaient rejoindre dans les derniers instants de la partie. Un centre de Chambers trouvait Gibbs au second poteau qui trompait Proto (1-1, 89e). Pire, deux minutes plus tard, Podolski récupérait le ballon dans le rectangle après une action confuse et fusillait Proto offrant les trois points à Arsenal (1-2, 90e+1). Dans l'autre rencontre du groupe, le Borussia Dortmund s'est largement imposé 0-4 au Galatasaray et est en tête avec 9 points. Arsenal suit avec 6 devant Anderlecht et Galatasaray (1). Anderlecht se rendra à Londres le 4 novembre pour y affronter Arsenal. "Comment peut-on perdre un match comme ça?" s'est interrogé Silvio Proto sur RTL. "On a eu les occasions pour tuer le match. Ce résultat laisse un goût de trop peu. L'expérience a fait la différence. C'est vraiment dommage de lâcher comme ça, surtout que ce n'est pas la première fois que ça arrive. On a fait un bon match, on ne doit pas trop déprimer. On est tombé sur une équipe plus maligne que nous", a conclu le capitaine anderlechtois. "Je ne sais pas comment cela peut arriver", a réagi Dennis Praet au micro de 2BE. "Peut-être parce que nous n'étions pas assez concentrés. C'est incroyable, car nous nous sommes battus tout le match pour défendre ce score de 1-0 et puis il s'est passé quelque chose", a ajouté le meneur de jeu anderlechtois. "On avait eu les occasions pour faire 3-0, cela augmente la déception." "On a fait un très bon match, eux n'ont pas eu beaucoup d'occasions. C'est dommage. On peut être fiers, mais on n'achète rien avec ça. On a 1 point sur 9 alors qu'on pouvait avoir 6 sur 9", a-t-il ajouté sur RTL. Andy Najar, auteur du but du 1-0, était lui aussi frustré. "Je suis très déçu, mais c'est le football. Surtout en Europe, tu dois rester concentré les 90 minutes. L'entraîneur m'avait demandé de beaucoup m'infiltrer dans la surface de réparation, et pour mon but j'étais au bon endroit."L'entraîneur d'Anderlecht Besnik Hasi était déçu en conférence de presse et attribue cette défaite amère au jeune âge de ses joueurs. Pour la deuxième fois dans cette Ligue des champions, après le déplacement à Galatasaray, Anderlecht a gaspillé son avantage dans les phases finale de la rencontre. "Il est vrai qu'en ce moment notre nombre de points ne correspond pas à nos prestations. Je pense nous avons tout simplement un déficit d'expérience pour transformer notre domination en résultats", a expliqué Hasi. "C'était ainsi aujourd'hui, et c'était aussi le cas contre Galatasaray." Hasi louait la prestation de ses jeunes joueurs, qui ont tenu en échec un top-club européen pendant 89 minutes. "Je suis très fier de mes gars, car ils ont montré beaucoup de qualités. De plus, ils ont eu l'audace d'oser jouer au football et faire le jeu contre un grand club comme Arsenal, ce qui n'est pas évident." "Nous avons fait le match parfait pendant 89 minutes", a analysé sur RTL le médian Steven Defour. "On marque le but, on a les occasions pour faire 2-0 et puis voilà, on prend deux buts. Je préfère perdre comme contre Dortmund que comme aujourd'hui où c'est rageant, on a vraiment bien joué. En quatre minutes on perd 3 points, ce qui pouvait être une belle affaire. La déception règne, mais on peut être fiers de notre prestation."