Tout se jouait en Ukraine, où Donetsk devait battre la Juventus pour permettre aux "Blues" de passer in extremis à la place des Italiens, mais le coup de pouce de l'Est n'est pas venu, en dépit des "Come on Shakhtar" entendus dans les tribunes de Stamford Bridge.

"Tout n'était pas entre nos mains", a déclaré Rafael Benitez, l'entraîneur des Blues. "Il fallait que nous fassions notre travail. Je suis content de la performance de l'équipe. Il faut penser à l'aspect positif. J'ai dit que si l'équipe jouait bien, Torres marquerait des buts. Nous avons vu ce soir qu'il était bien, mais l'ensemble de l'équipe l'a aidé. Les joueurs ne sont bien sûrs pas contents, mais ils pensent que le fait d'avoir été très bons ce soir sera positif pour l'avenir. Nous avons montré du caractère, une bonne attitude, de l'intensité, tout ce dont nous aurons besoin. Les joueurs progressent et s'ajustent aux petites choses que nous devons changer. Si nous jouons à ce niveau, nous aurons notre rôle à jouer dans toutes les compétitions. Mon objectif maintenant c'est le match contre Sunderland samedi. Bien sûr, nous prendrons l'Europa League au sérieux. Ce n'est peut-être pas important quand on ne la gagne pas, mais une fois en demi-finale tout le monde veut l'emporter".

Un score de tennis

Eden Hazard et ses coéquipiers ont fait sérieusement leur travail en écrasant leur dernier adversaire grâce un penalty de David Luiz (39), à un doublé de Torres (45, 56) et à des buts de Cahill de la tête (51), de Mata (63) et d'Oscar (71), contre un seul de John pour les Danois (46). Mais le mal avait été fait depuis longtemps lors des défaites à Donetsk et à Turin.

Il s'agit de la première victoire de Chelsea depuis le remplacement de Roberto Di Matteo, l'homme qui avait conduit l'équipe à la victoire dans la finale de Munich tout juste deux cents jours avant, par Rafael Benitez. Le champion d'Europe restait sur six matches sans succès toutes compétitions confondues, une série commencée sous l'Italien.

Il n'y a aucune chance que ce résultat calme les supporteurs, qui ont gratifié l'Espagnol de quelques slogans hostiles, notamment un "There's only one Di Matteo" (il n'y a qu'un Di Matteo), chanté sur l'air de Guantanamera.

Réveil de Torres

Sans surprise, Chelsea a exercé un domination écrasante pendant toute la rencontre, grâce au bon travail au milieu de Hazard et Mata, face à des Danois qui terminent leur campagne avec un seul point et une différence de buts de moins 18. Benitez a eu le mérite de donner sa chance à Victor Moses, l'un des "Blues" les plus dangereux sur l'aile droite. Le jeune Nigérian de 21 ans a failli ouvrir le score d'une belle reprise de volée (8), puis a donné la passe décisive à Torres pour le deuxième but de Chelsea.

Les Londoniens n'auront pas tout perdu si la soirée marque le réveil de l'Espagnol, censé tirer un second souffle de l'arrivée de son ex-entraîneur à Liverpool, mais cela reste à confirmer, car "El Niño", qui n'avait marqué qu'une fois lors de ses douze apparitions précédentes, a aussi raté beaucoup de choses. Il avait fallu trois penalties en à peine sept minutes, tous sifflés pour des mains dans la surface, pour voir le score enfin ouvert par David Luiz. Les deux précédents, un premier pour Nordsjaelland (31) et un autre pour Chelsea (34), avaient été manqués par Stokholm et par Hazard. Les "Blues" pourront invoquer une certaine malchance, car ils sortent de la compétition avec dix points, un total qui suffit la plupart du temps pour passer. Ils devront se contenter de l'Europa League.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Tout se jouait en Ukraine, où Donetsk devait battre la Juventus pour permettre aux "Blues" de passer in extremis à la place des Italiens, mais le coup de pouce de l'Est n'est pas venu, en dépit des "Come on Shakhtar" entendus dans les tribunes de Stamford Bridge."Tout n'était pas entre nos mains", a déclaré Rafael Benitez, l'entraîneur des Blues. "Il fallait que nous fassions notre travail. Je suis content de la performance de l'équipe. Il faut penser à l'aspect positif. J'ai dit que si l'équipe jouait bien, Torres marquerait des buts. Nous avons vu ce soir qu'il était bien, mais l'ensemble de l'équipe l'a aidé. Les joueurs ne sont bien sûrs pas contents, mais ils pensent que le fait d'avoir été très bons ce soir sera positif pour l'avenir. Nous avons montré du caractère, une bonne attitude, de l'intensité, tout ce dont nous aurons besoin. Les joueurs progressent et s'ajustent aux petites choses que nous devons changer. Si nous jouons à ce niveau, nous aurons notre rôle à jouer dans toutes les compétitions. Mon objectif maintenant c'est le match contre Sunderland samedi. Bien sûr, nous prendrons l'Europa League au sérieux. Ce n'est peut-être pas important quand on ne la gagne pas, mais une fois en demi-finale tout le monde veut l'emporter".Un score de tennisEden Hazard et ses coéquipiers ont fait sérieusement leur travail en écrasant leur dernier adversaire grâce un penalty de David Luiz (39), à un doublé de Torres (45, 56) et à des buts de Cahill de la tête (51), de Mata (63) et d'Oscar (71), contre un seul de John pour les Danois (46). Mais le mal avait été fait depuis longtemps lors des défaites à Donetsk et à Turin. Il s'agit de la première victoire de Chelsea depuis le remplacement de Roberto Di Matteo, l'homme qui avait conduit l'équipe à la victoire dans la finale de Munich tout juste deux cents jours avant, par Rafael Benitez. Le champion d'Europe restait sur six matches sans succès toutes compétitions confondues, une série commencée sous l'Italien.Il n'y a aucune chance que ce résultat calme les supporteurs, qui ont gratifié l'Espagnol de quelques slogans hostiles, notamment un "There's only one Di Matteo" (il n'y a qu'un Di Matteo), chanté sur l'air de Guantanamera. Réveil de Torres Sans surprise, Chelsea a exercé un domination écrasante pendant toute la rencontre, grâce au bon travail au milieu de Hazard et Mata, face à des Danois qui terminent leur campagne avec un seul point et une différence de buts de moins 18. Benitez a eu le mérite de donner sa chance à Victor Moses, l'un des "Blues" les plus dangereux sur l'aile droite. Le jeune Nigérian de 21 ans a failli ouvrir le score d'une belle reprise de volée (8), puis a donné la passe décisive à Torres pour le deuxième but de Chelsea. Les Londoniens n'auront pas tout perdu si la soirée marque le réveil de l'Espagnol, censé tirer un second souffle de l'arrivée de son ex-entraîneur à Liverpool, mais cela reste à confirmer, car "El Niño", qui n'avait marqué qu'une fois lors de ses douze apparitions précédentes, a aussi raté beaucoup de choses. Il avait fallu trois penalties en à peine sept minutes, tous sifflés pour des mains dans la surface, pour voir le score enfin ouvert par David Luiz. Les deux précédents, un premier pour Nordsjaelland (31) et un autre pour Chelsea (34), avaient été manqués par Stokholm et par Hazard. Les "Blues" pourront invoquer une certaine malchance, car ils sortent de la compétition avec dix points, un total qui suffit la plupart du temps pour passer. Ils devront se contenter de l'Europa League.Sportfootmagazine.be, avec Belga