Favorites de cette rencontre et de la compétition, les Bleues ont directement imposé leur rythme, prenant à la gorge la défense des Flames. Dès la 6e minute, Diani a ouvert le score pour la France, en reprenant d'une tête piquée un centre au deuxième poteau de Karchaoui (1-0, 6e). Au quart d'heure, Evrard a dû sortir une parade pour dévier sur le poteau une tentative à bout portant de Diani (16e).

Après s'être fièrement défendues, et ce malgré la nette domination française, les Red Flames ont réussi à créer l'exploit en trompant la défense adverse sur leur première réelle occasion. À la suite d'une passe fouettée précise de Philtjens, Wullaert, à la limite du hors-jeu, a lumineusement trouvé l'intervalle pour lancer Cayman en profondeur, laquelle s'est jetée pour pousser le cuir au-delà de la gardienne adverse (1-1, 36e).

L'euphorie n'a pas duré, cependant, puisque cinq minutes plus tard Mbock a remis la France aux commandes sur une nouvelle tête à bout portant, alors que la Belgique avait mal repoussé un coup de coin botté puis récupéré par Mateo (2-1, 41e).

En deuxième période, les Red Flames ont tenté leur chance, profitant d'un peu plus d'espace qu'en première mi-temps. Elles ne se sont pas pour autant créées d'occasion sérieuse, tout en résistant aux assauts français. Quelques minutes avant le coup de sifflet final, Tysiak a commis une faute de main dans la surface, écopant dans la foulée de son deuxième carton jaune. Face à Wendie Renard, Evrard a pourtant sorti son deuxième pénalty du tournoi, avant que la capitaine française ne manque de convertir le rebond dans le but vide (90e+1).

Ce résultat scelle la qualification et la première place de la France au classement du groupe D. Avec 6 points, les Bleues devancent l'Islande (2 points), et la Belgique et l'Italie à égalité avec 1 point. Si elles n'ont plus leur sort entre leurs mains, les Flames conservent néanmoins leurs chances de qualification à condition de réussir un résultat face à l'Italie, le 18 juillet (21h00).

Favorites de cette rencontre et de la compétition, les Bleues ont directement imposé leur rythme, prenant à la gorge la défense des Flames. Dès la 6e minute, Diani a ouvert le score pour la France, en reprenant d'une tête piquée un centre au deuxième poteau de Karchaoui (1-0, 6e). Au quart d'heure, Evrard a dû sortir une parade pour dévier sur le poteau une tentative à bout portant de Diani (16e). Après s'être fièrement défendues, et ce malgré la nette domination française, les Red Flames ont réussi à créer l'exploit en trompant la défense adverse sur leur première réelle occasion. À la suite d'une passe fouettée précise de Philtjens, Wullaert, à la limite du hors-jeu, a lumineusement trouvé l'intervalle pour lancer Cayman en profondeur, laquelle s'est jetée pour pousser le cuir au-delà de la gardienne adverse (1-1, 36e). L'euphorie n'a pas duré, cependant, puisque cinq minutes plus tard Mbock a remis la France aux commandes sur une nouvelle tête à bout portant, alors que la Belgique avait mal repoussé un coup de coin botté puis récupéré par Mateo (2-1, 41e). En deuxième période, les Red Flames ont tenté leur chance, profitant d'un peu plus d'espace qu'en première mi-temps. Elles ne se sont pas pour autant créées d'occasion sérieuse, tout en résistant aux assauts français. Quelques minutes avant le coup de sifflet final, Tysiak a commis une faute de main dans la surface, écopant dans la foulée de son deuxième carton jaune. Face à Wendie Renard, Evrard a pourtant sorti son deuxième pénalty du tournoi, avant que la capitaine française ne manque de convertir le rebond dans le but vide (90e+1). Ce résultat scelle la qualification et la première place de la France au classement du groupe D. Avec 6 points, les Bleues devancent l'Islande (2 points), et la Belgique et l'Italie à égalité avec 1 point. Si elles n'ont plus leur sort entre leurs mains, les Flames conservent néanmoins leurs chances de qualification à condition de réussir un résultat face à l'Italie, le 18 juillet (21h00).