Les internationaux russes Mamaev et Kokorin passeront le nouvel An en prison

06/12/18 à 09:16 - Mise à jour à 09:16

Source: Afp

Les internationaux russes Pavel Mamaev (Krasnodar) et Alexander Kokorin (Zenith Saint-Pétersbourg) passeront le nouvel An en prison, un tribunal de Moscou ayant décidé mercredi de prolonger leur détention provisoire de deux mois après les agressions dont ils ont été accusés en octobre.

Les internationaux russes Mamaev et Kokorin passeront le nouvel An en prison

© BELGAIMAGE

"Le tribunal a délibéré: il satisfait la demande des enquêteurs de prolonger les mesures de détention visant les accusés pour deux mois, jusqu'au 8 février 2019", a en effet annoncé le juge Alexeï Krivoroutchko, cité par les agences de presse russes. Deux autres accusés dont Kirill Kokorin, le frère du footballeur du Zenit, ont également vu leur détention prolongée de deux mois. Les deux footballeurs sont accusés de "hooliganisme" et de "coups et blessures", par la justice russe. Ils encourent jusqu'à sept ans de prison.

Une agression qui remonte au mois d'octobre

Début octobre, une virée à Moscou avait mal tourné, les deux footballeurs s'attaquant violemment dans la rue au chauffeur d'une animatrice télé, puis quelques heures plus tard à deux hauts-fonctionnaires du ministère russe du Commerce assis dans un café. Les images de vidéosurveillance montrent un haut-fonctionnaire, Denis Pak, être frappé au visage avec une chaise par Alexander Kokorin, et Pavel Mamaev en venir aux mains avec un autre homme. Quelques minutes plus tôt, les deux hommes et leur entourage avaient passé à tabac en pleine rue le chauffeur d'une présentatrice de télévision. Ces agressions avaient provoqué un immense scandale en Russie, d'autant que Pavel Mamaev et Alexander Kokorin n'en sont pas à leur première polémique.

En juillet 2016, la très arrosée et très chère soirée d'anniversaire qu'ils avaient organisée dans une boîte de nuit de Monaco, quelques jours après la piteuse élimination de la Russie de l'Euro-2016, leur avait valu une suspension.

Nos partenaires