Après des débuts encourageants tant à Lille qu'à Bastia (8 buts en 33 matches), Gianni Bruno (23 ans) avait choisi de partir pour Evian Thonon-Gaillard cet été. Las, il n'a inscrit qu'un but et a finalement été mis sur une voie de garage par l'entraîneur savoyard, Pascal Dupraz après 13 titularisations. Cet hiver, il a été prêté à Lorient. Le club breton, réputé pour son terrain synthétique mais également pour son jeu léché, pratiqué sous la houlette de Christian Gourcuff, a vécu une passation de pouvoir cet été, Gourcuff cédant le témoin après 21 ans (en deux fois) à son adjoint Sylvain Ripoll qui connaît un début mitigé, le club du Morbihan luttant pour son maintien. Peu de gens cependant voient Lorient descendre.

"Bruno ne serait jamais arrivé à Lorient si le club n'avait pas dû pallier le départ de Jordan Ayew parti à la CAN et la blessure de Benjamin Jeannot", explique Anne Paulou, journaliste au Télégramme de Lorient. "Les dirigeants ont alors cherché un attaquant et se sont tournés vers Bruno. Il est prêté et ne coûte pas grand-chose au club. Il s'agissait d'une bonne opportunité. A Lorient, on se disait également que son profil correspondait mieux au 4-4-2 de Lorient qu'au 4-5-1 d'Evian."

Pourtant, moins d'un mois après son arrivée, Bruno se retrouve déjà sur le banc. "Il n'a pas vraiment saisi sa chance lors des deux matches où il fut titulaire", ajoute Paulou. "Il faut dire qu'il a des circonstances atténuantes. Il a été titularisé 48 heures après son transfert et alors qu'il n'avait qu'un entraînement dans les jambes. On ne lui a pas laissé beaucoup de temps d'adaptation, d'autant plus qu'il manquait de confiance suite à son échec à Evian."

Entre-temps, Ayew est revenu de la CAN et la blessure de Jeannot n'est plus qu'un lointain souvenir. Bruno n'est donc plus que le troisième choix. "Il est généreux dans l'effort et aime la profondeur, un profil qui manquait à Lorient. Cependant, il manque peut-être un peu de technique. Or, le jeu lorientais en requiert énormément. Ça fait quelque part partie de l'ADN du club. Il n'a disputé que deux rencontres et on ne peut pas émettre un jugement définitif. Je pense que Ripoll va encore faire appel à ses services, mais davantage dans un rôle de joker."

Comme il s'agit d'une location, Bruno retournera en juin à Evian qui ne compte plus trop sur lui.

Par Stéphane Vande Velde

Après des débuts encourageants tant à Lille qu'à Bastia (8 buts en 33 matches), Gianni Bruno (23 ans) avait choisi de partir pour Evian Thonon-Gaillard cet été. Las, il n'a inscrit qu'un but et a finalement été mis sur une voie de garage par l'entraîneur savoyard, Pascal Dupraz après 13 titularisations. Cet hiver, il a été prêté à Lorient. Le club breton, réputé pour son terrain synthétique mais également pour son jeu léché, pratiqué sous la houlette de Christian Gourcuff, a vécu une passation de pouvoir cet été, Gourcuff cédant le témoin après 21 ans (en deux fois) à son adjoint Sylvain Ripoll qui connaît un début mitigé, le club du Morbihan luttant pour son maintien. Peu de gens cependant voient Lorient descendre. "Bruno ne serait jamais arrivé à Lorient si le club n'avait pas dû pallier le départ de Jordan Ayew parti à la CAN et la blessure de Benjamin Jeannot", explique Anne Paulou, journaliste au Télégramme de Lorient. "Les dirigeants ont alors cherché un attaquant et se sont tournés vers Bruno. Il est prêté et ne coûte pas grand-chose au club. Il s'agissait d'une bonne opportunité. A Lorient, on se disait également que son profil correspondait mieux au 4-4-2 de Lorient qu'au 4-5-1 d'Evian."Pourtant, moins d'un mois après son arrivée, Bruno se retrouve déjà sur le banc. "Il n'a pas vraiment saisi sa chance lors des deux matches où il fut titulaire", ajoute Paulou. "Il faut dire qu'il a des circonstances atténuantes. Il a été titularisé 48 heures après son transfert et alors qu'il n'avait qu'un entraînement dans les jambes. On ne lui a pas laissé beaucoup de temps d'adaptation, d'autant plus qu'il manquait de confiance suite à son échec à Evian."Entre-temps, Ayew est revenu de la CAN et la blessure de Jeannot n'est plus qu'un lointain souvenir. Bruno n'est donc plus que le troisième choix. "Il est généreux dans l'effort et aime la profondeur, un profil qui manquait à Lorient. Cependant, il manque peut-être un peu de technique. Or, le jeu lorientais en requiert énormément. Ça fait quelque part partie de l'ADN du club. Il n'a disputé que deux rencontres et on ne peut pas émettre un jugement définitif. Je pense que Ripoll va encore faire appel à ses services, mais davantage dans un rôle de joker."Comme il s'agit d'une location, Bruno retournera en juin à Evian qui ne compte plus trop sur lui. Par Stéphane Vande Velde