Cela fait deux saisons maintenant que le club de la ville de Getafe, située à quelques kilomètres seulement de Madrid et de l'immense Real, joue les trouble-fêtes parmi les grandes écuries espagnoles. Avant que la planète football ne cesse de tourner à cause du coronavirus, le club de Getafe se classait cinquième de Liga, avec 46 points, devançant même l'Atlético de Madrid d'un point et se situant à seulement une unité de la troisième place, occupée par le FC Séville. Selon le scénario le plus probable, le championnat espagnol ne reprendra pas, comme pratiquement l'ensemble du foot européen, et laissera encore Getafe sur sa faim dans sa course à la Ligue des champions.

La saison dernière, déjà, Getafe avait tenté d'accrocher les places qualificatives pour jouer la plus prestigieuse des coupes européennes, mais avait finalement dû se contenter de l'Europa League. Une compétition dans laquelle le club de José Bordalas a d'ailleurs brillé cette saison, se qualifiant pour les huitièmes de finale après avoir éliminé l'Ajax Amsterdam. Le match qui devait se jouer le 19 mars dernier contre l'Inter a cependant été reporté en raison de la crise du coronavirus.

Cette évolution rapide du niveau de jeu de Getafe tient d'abord du fait qu'un onze solide a été mis en place et que sous les injonctions du technicien Bordalas, la formule fonctionne. Dans un système classique en 4-4-2, qui ne réinvente rien, chaque joueur trouve son compte. La ligne défensive, composée des coriaces Djene et Etxeita et des vivaces Suarez et Nyom sur les côtés, est toujours placée intentionnellement très haut par Bordalas, de manière à prendre les attaquants adverses au piège du hors-jeu. Au milieu de terrain, Maksimovic et Arambarri font la loi, en récupérant un nombre incalculable de ballons et en coupant les lignes de passe. Les deux milieux centraux sont bien épaulés par Cucurella, prêté par le FC Barcelone et meilleur passeur décisif du club (cinq assists), à gauche, et par le rapide nigérian Etebo à droite. Sur le front de l'attaque, Molina, le vétéran du club, à l'aube de ses 38 printemps, veille au grain aux côtés d'Angel Rodriguez, meilleur buteur du club avec dix réalisations.

Pourquoi on kiffe : José "Pepe" Bordalas, le guerrier

Pepe Bordalas., belga
Pepe Bordalas. © belga

Il y a quatre ans, Pepe Bordalas reprenait un club de Getafe à bout de souffle... et à deux doigts d'une relégation en troisième division. En 2020, le voici cinquième de la première division espagnole et en huitième de finale d'Europa League. Cet exploit a notamment été rendu possible grâce à l'abnégation et la rigueur tactique que José "Pepe" Bordalas impose à ses joueurs.

Dans un schéma tactique classique en 4-4-2, le technicien de 56 ans conçoit les choses de la plus simple des manières : un style de jeu sobre et une efficacité redoutable. Dans le championnat espagnol, Getafe marque peu : 37 buts marqués en 27 matchs joués, ce qui en fait seulement la huitième attaque du championnat cette saison. Mais le club concède également très peu de buts : 25 pions encaissés, ce qui en fait par la même occasion la quatrième meilleure défense du championnat.

En résumé, avec Bordalas, que certains comparent avec le tacticien portugais José Mourinho, ne vous attendez pas à de l'extravagant, mais à de l'efficacité poussée à son paroxysme.

Le joueur-frisson : Djené Dakonam, l'intraitable Togolais

Djené Dakonam., belga
Djené Dakonam. © belga

C'est certain, il est toujours plus facile de se rendre compte de l'efficacité d'un attaquant que d'un défenseur. Pourtant, Djené Dakonam, défenseur central de 28 ans, fait presque exception. Arrivé à Getafe en juillet 2017 après une saison passée à Saint-Trond, le Togolais comptabilise déjà 95 titularisations en Liga et fait l'unanimité dans le championnat espagnol.

Un temps capitaine de Getafe au début de l'année 2020, le défenseur central fait preuve d'une rigueur défensive assez impressionnante. Malgré son physique plutôt léger pour un arrière central (72kg pour 1,78m), le Togolais n'a aucun mal à bouger les attaquants adverses. Son sens du placement et sa régularité ont fait de lui un des éléments essentiels du système mis en place par Bordalas. Sous contrat avec Getafe jusqu'en juin 2023, Djené Dakoman avait été au centre des convoitises de plusieurs grands clubs européens comme Arsenal et Tottenham lors du mercato hivernal.

Par Quentin Mahoudeau (st.)

Cela fait deux saisons maintenant que le club de la ville de Getafe, située à quelques kilomètres seulement de Madrid et de l'immense Real, joue les trouble-fêtes parmi les grandes écuries espagnoles. Avant que la planète football ne cesse de tourner à cause du coronavirus, le club de Getafe se classait cinquième de Liga, avec 46 points, devançant même l'Atlético de Madrid d'un point et se situant à seulement une unité de la troisième place, occupée par le FC Séville. Selon le scénario le plus probable, le championnat espagnol ne reprendra pas, comme pratiquement l'ensemble du foot européen, et laissera encore Getafe sur sa faim dans sa course à la Ligue des champions.La saison dernière, déjà, Getafe avait tenté d'accrocher les places qualificatives pour jouer la plus prestigieuse des coupes européennes, mais avait finalement dû se contenter de l'Europa League. Une compétition dans laquelle le club de José Bordalas a d'ailleurs brillé cette saison, se qualifiant pour les huitièmes de finale après avoir éliminé l'Ajax Amsterdam. Le match qui devait se jouer le 19 mars dernier contre l'Inter a cependant été reporté en raison de la crise du coronavirus.Cette évolution rapide du niveau de jeu de Getafe tient d'abord du fait qu'un onze solide a été mis en place et que sous les injonctions du technicien Bordalas, la formule fonctionne. Dans un système classique en 4-4-2, qui ne réinvente rien, chaque joueur trouve son compte. La ligne défensive, composée des coriaces Djene et Etxeita et des vivaces Suarez et Nyom sur les côtés, est toujours placée intentionnellement très haut par Bordalas, de manière à prendre les attaquants adverses au piège du hors-jeu. Au milieu de terrain, Maksimovic et Arambarri font la loi, en récupérant un nombre incalculable de ballons et en coupant les lignes de passe. Les deux milieux centraux sont bien épaulés par Cucurella, prêté par le FC Barcelone et meilleur passeur décisif du club (cinq assists), à gauche, et par le rapide nigérian Etebo à droite. Sur le front de l'attaque, Molina, le vétéran du club, à l'aube de ses 38 printemps, veille au grain aux côtés d'Angel Rodriguez, meilleur buteur du club avec dix réalisations.Pourquoi on kiffe : José "Pepe" Bordalas, le guerrierIl y a quatre ans, Pepe Bordalas reprenait un club de Getafe à bout de souffle... et à deux doigts d'une relégation en troisième division. En 2020, le voici cinquième de la première division espagnole et en huitième de finale d'Europa League. Cet exploit a notamment été rendu possible grâce à l'abnégation et la rigueur tactique que José "Pepe" Bordalas impose à ses joueurs.Dans un schéma tactique classique en 4-4-2, le technicien de 56 ans conçoit les choses de la plus simple des manières : un style de jeu sobre et une efficacité redoutable. Dans le championnat espagnol, Getafe marque peu : 37 buts marqués en 27 matchs joués, ce qui en fait seulement la huitième attaque du championnat cette saison. Mais le club concède également très peu de buts : 25 pions encaissés, ce qui en fait par la même occasion la quatrième meilleure défense du championnat.En résumé, avec Bordalas, que certains comparent avec le tacticien portugais José Mourinho, ne vous attendez pas à de l'extravagant, mais à de l'efficacité poussée à son paroxysme.Le joueur-frisson : Djené Dakonam, l'intraitable TogolaisC'est certain, il est toujours plus facile de se rendre compte de l'efficacité d'un attaquant que d'un défenseur. Pourtant, Djené Dakonam, défenseur central de 28 ans, fait presque exception. Arrivé à Getafe en juillet 2017 après une saison passée à Saint-Trond, le Togolais comptabilise déjà 95 titularisations en Liga et fait l'unanimité dans le championnat espagnol.Un temps capitaine de Getafe au début de l'année 2020, le défenseur central fait preuve d'une rigueur défensive assez impressionnante. Malgré son physique plutôt léger pour un arrière central (72kg pour 1,78m), le Togolais n'a aucun mal à bouger les attaquants adverses. Son sens du placement et sa régularité ont fait de lui un des éléments essentiels du système mis en place par Bordalas. Sous contrat avec Getafe jusqu'en juin 2023, Djené Dakoman avait été au centre des convoitises de plusieurs grands clubs européens comme Arsenal et Tottenham lors du mercato hivernal.Par Quentin Mahoudeau (st.)