Marc Degryse
Opinion

20/11/18 à 10:51 - Mise à jour à 21/11/18 à 08:59

"Les Diables ont perdu pas mal de crédibilité en Suisse"

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, la prestation de Vincent Kompany contre la Suisse est inquiétante.

"Les Diables ont perdu pas mal de crédibilité en Suisse"

Vincent Kompany à l'issue de la défaite à Lucerne. © BELGA

Le match de dimanche en Suisse est sans conteste le plus mauvais match de l'ère Roberto Martinez. C'est même totalement incompréhensible ce qui s'est produit alors qu'on menait tranquillement 0-2 après 20 minutes. Aujourd'hui encore, je n'explique pas cette absence totale de réaction alors que l'on avait tout en mains pour terminer l'année en beauté. C'est inconcevable de laisser tomber les armes de cette manière. Pendant les 20 dernières minutes de la première période, on s'est fait marcher dessus, sans aucune réaction, sans aucune volonté de garder un résultat.

Le choix de titulariser un Nacer Chadli, hors-forme, s'est avéré être une erreur, mais mes inquiétudes concernent davantage la défense. On savait Dedryck Boyata souvent limite dans ses interventions, cette fois il est passé à côté de son sujet. Mais c'est surtout la prestation de Vincent Kompany qui m'inquiète. Avec une telle prestation, je comprends mieux pourquoi Pep Guardiola ne compte plus sur ses services. Absence de leadership, dépassé dans les duels, incapable de lire le jeu, manque de rythme, lors d'un match de niveau international, ça fait beaucoup, et ça saute directement aux yeux.

Partager

" L'avenir passe-t-il par Kompany ? J'en doute... "

Et on peut légitiment se poser des questions pour la suite car comment pourrait-il retrouver du rythme s'il ne joue pas en club. L'avenir passe-t-il par Kompany ? J'en doute, d'autant que la Russie devait être son dernier grand tournoi avec les Diables. La belle demi-finale à la Coupe du monde, l'accueil des supporters, l'ont sûrement convaincu de poursuivre l'aventure en sélection. Mais depuis, le soufflet et l'enthousiasme sont fameusement retombés. Axel Witsel a aussi peut-être proposé sa plus mauvaise prestation en sélection alors que quatre jours plus tôt, pour sa centième face à l'Islande, j'avais déclaré qu'il était difficile de pointer dix mauvais matches de sa part en sélection. Cette fois, il était totalement absent.

On s'est fait bouffer dans l'entrejeu et, en défense, chaque centre devenait dangereux. Qu'un attaquant comme Haris Seferovic, qui ne fait pourtant pas partie de l'élite mondiale des numéros 9, plante aussi facilement un triplé à l'un des meilleurs gardiens au monde, c'est également incompréhensible. Même quand tu es dans un mauvais jour, tu dois être capable de faire front, quitte à prendre trois buts, perdre la rencontre, mais te qualifier au final. Roberto Martinez est resté totalement apathique devant ce fiasco. Ne faire rentrer que Michy Batshuayi à l'heure de jeu et Divock Origi dans les arrêts de jeu alors qu'il faut planter deux buts et que la rencontre est pliée, ça témoigne d'un fameux manque de réaction. Et les nombreuses absences pour ce duel n'autorisent aucune excuse quand on mène 0-2 après 17 minutes.

Certes, la qualité a diminué par rapport au noyau présent au Mondial mais les Diables se devaient de respecter leur statut et disputer ce final four de la Nations League. Après avoir brillé en Russie, cette claque en Suisse nous a a fait perdre pas mal de crédibilité aux yeux du foot international. On a véritablement vécu une soirée noire à Lucerne. Toutefois, l'année 2018 restera une très belle année pour notre football, mais elle s'est clôturée sur une très mauvaise note.

Nos partenaires