Les Bleus se qualifieront en phase finale (5-9 juin au Portugal) en cas de victoire des Allemands, déjà hors course et relégués en deuxième division. Un match nul ou un succès des Néerlandais à Gelsenkirchen les priverait en revanche du précieux Final Four.

Les Pays-Bas ont leurs sort entre leurs mains

Ce scénario relègue au second plan l'amical que les hommes de Didier Deschamps disputent mardi (21H00) contre l'Uruguay au Stade de France, leur dernier match de l'année."Bien sûr qu'on est impatients" de connaître le résultat d'Allemagne-Pays-Bas, a reconnu l'attaquant Kylian Mbappé. "Malgré ce qu'on a montré, on a quand même envie d'y aller!", a-t-il souri, dans une allusion à la piteuse prestation française à Rotterdam vendredi soir (2-0).

Trois sélections sont d'ores et déjà qualifiées: le Portugal, l'Angleterre et la Suisse, qui a renversé la Belgique dans un match complètement fou (5-2) dimanche. Le tirage au sort des demi-finales aura lieu le 3 décembre, pour une phase finale organisée du 5 au 9 juin au Portugal, à Porto et Guimaraes.

Même si la Ligue des nations est un nouveau tournoi à l'importance relative, les Bleus en avaient clairement fait une priorité. "On a envie de gagner, de tout rafler sur notre passage", disait par exemple Blaise Matuidi.Les champions du monde sont donc tombés de haut après leur sèche défaite aux Pays-Bas, alors qu'un nul aurait pu leur assurer la qualification.

"Ça ne dépend plus de nous"

"C'est un non-match, on s'est complètement loupés, alors que ce n'était pas le moment", a regretté Mbappé. "A part Hugo (Lloris) qui a fait une remarquable performance, il n'y a aucun joueur qu'on peut sortir du lot. La prestation était inquiétante.""Nos insuffisances ont été criantes", avait convenu Didier Deschamps après la rencontre. "Notre objectif, vous le savez, c'était d'assurer cette première place, ça n'a pas été le cas. Ça ne dépend plus de nous. On verra ce qu'il se passe lundi soir, mais je tiens à féliciter cette équipe des Pays-Bas qui a livré un très grand match.

Les Oranjes veulent confirmer

"Sur le papier, la jeune et talentueuse équipe néerlandaise, portée par son attaquant Memphis Depay, semble armée pour obtenir un résultat en Allemagne, en plein doute après un Mondial complètement raté. Les Oranje avaient d'ailleurs giflé la Mannschaft à l'aller (3-0).Mais le sélectionneur néerlandais Ronald Koeman s'est montré prudent, égratignant au passage le style défensif de l'équipe de France.

"Je pense que le match contre l'Allemagne sera plus difficile que celui contre la France pour nous, parce que la France est une équipe qui attend, alors que l'Allemagne est une équipe qui attaque, nous devons être prêts à cela", a expliqué le technicien.La presse française commence à évoquer la gestion toujours délicate de l'après-Coupe du monde et la nécessité pour Didier Deschamps de faire évoluer son effectif dans les mois qui viennent.

Finir 2018 sur une bonne note

Les Bleus veulent en tout cas montrer un tout autre visage mardi en amical contre l'Uruguay de Luis Suarez et Edinson Cavani. "C'est notre dernière sortie en 2018 et on ne peut pas se permettre de boucler une si belle année avec un résultat négatif", souligne Mbappé.

Les Bleus se qualifieront en phase finale (5-9 juin au Portugal) en cas de victoire des Allemands, déjà hors course et relégués en deuxième division. Un match nul ou un succès des Néerlandais à Gelsenkirchen les priverait en revanche du précieux Final Four.Ce scénario relègue au second plan l'amical que les hommes de Didier Deschamps disputent mardi (21H00) contre l'Uruguay au Stade de France, leur dernier match de l'année."Bien sûr qu'on est impatients" de connaître le résultat d'Allemagne-Pays-Bas, a reconnu l'attaquant Kylian Mbappé. "Malgré ce qu'on a montré, on a quand même envie d'y aller!", a-t-il souri, dans une allusion à la piteuse prestation française à Rotterdam vendredi soir (2-0).Trois sélections sont d'ores et déjà qualifiées: le Portugal, l'Angleterre et la Suisse, qui a renversé la Belgique dans un match complètement fou (5-2) dimanche. Le tirage au sort des demi-finales aura lieu le 3 décembre, pour une phase finale organisée du 5 au 9 juin au Portugal, à Porto et Guimaraes.Même si la Ligue des nations est un nouveau tournoi à l'importance relative, les Bleus en avaient clairement fait une priorité. "On a envie de gagner, de tout rafler sur notre passage", disait par exemple Blaise Matuidi.Les champions du monde sont donc tombés de haut après leur sèche défaite aux Pays-Bas, alors qu'un nul aurait pu leur assurer la qualification."Ça ne dépend plus de nous""C'est un non-match, on s'est complètement loupés, alors que ce n'était pas le moment", a regretté Mbappé. "A part Hugo (Lloris) qui a fait une remarquable performance, il n'y a aucun joueur qu'on peut sortir du lot. La prestation était inquiétante.""Nos insuffisances ont été criantes", avait convenu Didier Deschamps après la rencontre. "Notre objectif, vous le savez, c'était d'assurer cette première place, ça n'a pas été le cas. Ça ne dépend plus de nous. On verra ce qu'il se passe lundi soir, mais je tiens à féliciter cette équipe des Pays-Bas qui a livré un très grand match."Sur le papier, la jeune et talentueuse équipe néerlandaise, portée par son attaquant Memphis Depay, semble armée pour obtenir un résultat en Allemagne, en plein doute après un Mondial complètement raté. Les Oranje avaient d'ailleurs giflé la Mannschaft à l'aller (3-0).Mais le sélectionneur néerlandais Ronald Koeman s'est montré prudent, égratignant au passage le style défensif de l'équipe de France. "Je pense que le match contre l'Allemagne sera plus difficile que celui contre la France pour nous, parce que la France est une équipe qui attend, alors que l'Allemagne est une équipe qui attaque, nous devons être prêts à cela", a expliqué le technicien.La presse française commence à évoquer la gestion toujours délicate de l'après-Coupe du monde et la nécessité pour Didier Deschamps de faire évoluer son effectif dans les mois qui viennent.Les Bleus veulent en tout cas montrer un tout autre visage mardi en amical contre l'Uruguay de Luis Suarez et Edinson Cavani. "C'est notre dernière sortie en 2018 et on ne peut pas se permettre de boucler une si belle année avec un résultat négatif", souligne Mbappé.