1. Messi reste au Barça

C'est l'option qu'il espérait absolument éviter, mais elle semble de plus en plus probable, comme l'a reconnu jeudi à contre coeur Jorge Messi, son père et agent

Devant les caméras de la chaîne de télévision espagnole Cuatro, Messi senior a lâché un timide "oui" à la question d'une journaliste qui lui a demandé s'il "étudiait la possibilité que Messi reste et qu'il s'en aille libre l'an prochain".

Messi a pourtant tout fait pour faire plier le Barça: il a boycotté dimanche dernier le premier rendez-vous donné aux joueurs après les courtes vacances pour des tests PCR de détection du coronavirus et avait séché ensuite la reprise de l'entraînement.

Le président Josep Maria Bartomeu, qui a mis sa démission dans la balance, martèle depuis le début du litige qu'il ne négociera avec le clan Messi qu'autour d'une prolongation, pas d'un transfert.

Mardi dernier, dès la réception du courrier des avocats de Messi les informant de son souhait de rompre son contrat, les dirigeants lui avaient répondu par cette même voie pour lui rappeler qu'il avait encore un an de contrat à honorer, jusqu'au 30 juin 2021, avant de pouvoir partir libre.

2. Messi s'en va en payant sa clause de libération

La "Pulga" (puce en espagnol) a un moyen simple pour partir avant le terme de son contrat: il lui "suffit" d'activer et de régler lui-même sa clause de libération astronomique, fixée à 700 millions d'euros par le Barça, somme qu'aucun club au monde ne peut aujourd'hui raisonnablement payer.

Une telle somme exploserait le record du transfert le plus onéreux de l'histoire, celui de Neymar qui avait quitté le Barça pour le PSG en 2017 pour 222 M EUR. Sauf que la valeur de Messi (33 ans, contre 25 ans pour Neymar au moment de son transfert) est aujourd'hui estimée à environ 110 M EUR.

Il peut aussi négocier avec la direction du Barça une baisse drastique de sa clause de libération, comme l'avait fait Cristiano Ronaldo en 2018 pour son départ du Real Madrid vers la Juventus Turin contre 105 M EUR.

Et même si le Barça, qui refuse aujourd'hui de négocier un départ, acceptait, il faudrait sans doute que Messi aide son nouveau club à régler l'addition, comme l'avait fait Neymar en 2017.

Car même avec une clause aux alentours de son prix réel sur le marché (110 M EUR), il serait difficile pour les clubs les plus riches d'Europe, Manchester City et Paris SG en tête, d'avancer un tel montant, en plus du salaire de l'Argentin, le plus élevé dans le monde du foot, aux alentours de 100 M EUR bruts annuels, bonus compris.

3. Messi s'en va sans payer, le litige continue dans les tribunaux

La dernière option de Messi pour quitter le Barça, la plus conflictuelle, serait d'invoquer un article du règlement de la Fifa sur les transferts qui lui permet d'obtenir une rupture sans juste cause.

Si Messi rejoint un autre club, le Barça portera sans doute l'affaire devant les tribunaux.

Selon la presse espagnole, dans ce cas, le FC Barcelone pourrait donc demander à être indemnisé à hauteur des 700 M EUR de la clause de libération du N.10 argentin.

Si le Barça sort gagnant de cette affaire qui durera plusieurs mois dans les tribunaux, Messi et son nouveau club devront indemniser le club blaugrana à hauteur des préjudices estimés par le juge, somme qui dépendra de diverses variables (durée du contrat, salaire, poids du joueur dans les finances du club...).

Son nouvel employeur pourrait également risquer une sanction de la part de la Fifa pour avoir négocié avec le joueur au-delà du délai autorisé de six mois avant la fin du contrat.

1. Messi reste au BarçaC'est l'option qu'il espérait absolument éviter, mais elle semble de plus en plus probable, comme l'a reconnu jeudi à contre coeur Jorge Messi, son père et agentDevant les caméras de la chaîne de télévision espagnole Cuatro, Messi senior a lâché un timide "oui" à la question d'une journaliste qui lui a demandé s'il "étudiait la possibilité que Messi reste et qu'il s'en aille libre l'an prochain".Messi a pourtant tout fait pour faire plier le Barça: il a boycotté dimanche dernier le premier rendez-vous donné aux joueurs après les courtes vacances pour des tests PCR de détection du coronavirus et avait séché ensuite la reprise de l'entraînement. Le président Josep Maria Bartomeu, qui a mis sa démission dans la balance, martèle depuis le début du litige qu'il ne négociera avec le clan Messi qu'autour d'une prolongation, pas d'un transfert.Mardi dernier, dès la réception du courrier des avocats de Messi les informant de son souhait de rompre son contrat, les dirigeants lui avaient répondu par cette même voie pour lui rappeler qu'il avait encore un an de contrat à honorer, jusqu'au 30 juin 2021, avant de pouvoir partir libre.2. Messi s'en va en payant sa clause de libérationLa "Pulga" (puce en espagnol) a un moyen simple pour partir avant le terme de son contrat: il lui "suffit" d'activer et de régler lui-même sa clause de libération astronomique, fixée à 700 millions d'euros par le Barça, somme qu'aucun club au monde ne peut aujourd'hui raisonnablement payer.Une telle somme exploserait le record du transfert le plus onéreux de l'histoire, celui de Neymar qui avait quitté le Barça pour le PSG en 2017 pour 222 M EUR. Sauf que la valeur de Messi (33 ans, contre 25 ans pour Neymar au moment de son transfert) est aujourd'hui estimée à environ 110 M EUR.Il peut aussi négocier avec la direction du Barça une baisse drastique de sa clause de libération, comme l'avait fait Cristiano Ronaldo en 2018 pour son départ du Real Madrid vers la Juventus Turin contre 105 M EUR.Et même si le Barça, qui refuse aujourd'hui de négocier un départ, acceptait, il faudrait sans doute que Messi aide son nouveau club à régler l'addition, comme l'avait fait Neymar en 2017. Car même avec une clause aux alentours de son prix réel sur le marché (110 M EUR), il serait difficile pour les clubs les plus riches d'Europe, Manchester City et Paris SG en tête, d'avancer un tel montant, en plus du salaire de l'Argentin, le plus élevé dans le monde du foot, aux alentours de 100 M EUR bruts annuels, bonus compris.3. Messi s'en va sans payer, le litige continue dans les tribunauxLa dernière option de Messi pour quitter le Barça, la plus conflictuelle, serait d'invoquer un article du règlement de la Fifa sur les transferts qui lui permet d'obtenir une rupture sans juste cause.Si Messi rejoint un autre club, le Barça portera sans doute l'affaire devant les tribunaux.Selon la presse espagnole, dans ce cas, le FC Barcelone pourrait donc demander à être indemnisé à hauteur des 700 M EUR de la clause de libération du N.10 argentin.Si le Barça sort gagnant de cette affaire qui durera plusieurs mois dans les tribunaux, Messi et son nouveau club devront indemniser le club blaugrana à hauteur des préjudices estimés par le juge, somme qui dépendra de diverses variables (durée du contrat, salaire, poids du joueur dans les finances du club...).Son nouvel employeur pourrait également risquer une sanction de la part de la Fifa pour avoir négocié avec le joueur au-delà du délai autorisé de six mois avant la fin du contrat.