6-0. C'est le score qu'affichait le marquoir de l'Etihad Stadium de Manchester City, le 10 février dernier. Une raclée que Chelsea n'est pas près d'oublier. La saison avait pourtant bien commencé pour les Blues, qui n'ont subi leur première défaite en Premier League que lors de la 13e journée (3-1 à Tottenham).

Les Spurs ont payé l'addition en demi-finale de la Coupe de la Ligue : l'équipe de Mauricio Pochettino a été éliminée aux tirs au but, perdant ainsi une nouvelle chance de décrocher un trophée. Le premier de la saison sera attribué dimanche, au terme de la finale opposant Chelsea à Manchester City.

Pour arriver en finale, les Citizens ont eu un parcours relativement facile. Leur adversaire le plus coriace fut Fulham, candidat au maintien en Premier League. Pour le reste, les troupes de Pep Guardiola n'ont rencontré que des formations de divisions inférieures. En demi-finale, ils ont ainsi enfilé les buts à Burton Albion (D3): 9-0 et 0-1. Chelsea a dû faire face à des adversaires plus difficiles. Il a éliminé successivement Liverpool, Derby County (entraîné par l'ex-joueur de Chelsea Frank Lampard), Bournemouth et Tottenham.

Alors qu'avec des managers comme José Mourinho, Roberto Di Matteo et Antonio Conte, les Blues avaient la réputation de pratiquer un football négatif, il en va différemment avec Maurizio Sarri. L'ex-banquier a pour mission de faire de Chelsea un club spectaculaire. Il a fait de son compatriote Jorginho la plaque tournante, déplaçant N'Golo Kante sur le flanc droit. Cela n'a guère plu aux fans qui, maintenant que l'équipe ne tourne plus, le font remarquer. Cette saison, Chelsea s'est déjà incliné 2-0 à Arsenal et 4-0 à Bornemouth. Sa qualification pour la Ligue des Champions est en danger.

City, par contre, se porte de mieux en mieux. Il lutte pour le titre et peut encore remporter la Ligue des Champions. La seule chose qui peut lui coûter cher, c'est l'absence d'un véritable arrière gauche. Les médians Fabian Delph et Oleksandr Zinchenko, reconvertis à ce poste, n'ont pas donné satisfaction tandis que Benjamin Mendy passe plus de temps sur Instagram que sur le terrain. Le défenseur central Aymeric Laporte doit combler cette lacune et il ne se débrouille pas mal mais n'a pas le niveau d'Eric Abidal, Dani Alves ou Philipp Lahm, des arrières latéraux comme Guardiola les aime.

La finale aura bien entendu un accent belge puisque Eden Hazard affrontera Kevin De Bruyne et Vincent Kompany. Quel que soit le vainqueur, un Diable Rouge soulèvera donc l'EFL Cup.

Yassine Taouil et Steve Van Herpe