"Il est fort possible qu'il y ait deux clubs espagnols en finale de la Ligue des champions. Pour moi, l'Espagne, aujourd'hui, a vraiment un championnat à deux vitesses. Il y a deux équipes et puis tout le reste... En Allemagne, c'est un peu pareil. Le Bayern a vingt points d'avance à la moitié du championnat. Sur ces bases, il est très difficile de tirer des conclusions sur la force de la Premier League", a-t-il déclaré à la chaîne sportive française.

" En Angleterre, c'est très serré. La force de la Première League fait que vous pouvez perdre absolument n'importe où. Parfois, on se demande même si ce n'est pas au détriment de la Ligue des champions. Quand vous jouez le samedi et que vous jouez la Ligue des champions le mardi, vous ne considérez même pas la Ligue des champions. Parce que le match du samedi en championnat est tellement difficile que vous êtes obligé tout le temps d'aligner l'équipe qui a le plus de chances de gagner", a ajouté le manager des Gunners.

En bref, si Espagnols et Allemands font bonne figure sur la scène européenne, cela serait tout simplement dû à la faiblesse de leur championnat.

"Il est fort possible qu'il y ait deux clubs espagnols en finale de la Ligue des champions. Pour moi, l'Espagne, aujourd'hui, a vraiment un championnat à deux vitesses. Il y a deux équipes et puis tout le reste... En Allemagne, c'est un peu pareil. Le Bayern a vingt points d'avance à la moitié du championnat. Sur ces bases, il est très difficile de tirer des conclusions sur la force de la Premier League", a-t-il déclaré à la chaîne sportive française. " En Angleterre, c'est très serré. La force de la Première League fait que vous pouvez perdre absolument n'importe où. Parfois, on se demande même si ce n'est pas au détriment de la Ligue des champions. Quand vous jouez le samedi et que vous jouez la Ligue des champions le mardi, vous ne considérez même pas la Ligue des champions. Parce que le match du samedi en championnat est tellement difficile que vous êtes obligé tout le temps d'aligner l'équipe qui a le plus de chances de gagner", a ajouté le manager des Gunners. En bref, si Espagnols et Allemands font bonne figure sur la scène européenne, cela serait tout simplement dû à la faiblesse de leur championnat.