Le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne a rejeté la demande la fédération russe de football de suspendre la décision de l'UEFA, l'Union européenne de football, de la suspendre des compétitions internationales, a communiqué le TAS mardi.

Le TAS explique avoir rejeté la demande de Russe de suspendre la décision de l'UEFA durant le temps de la procédure. L'Union européenne a exclu l'équipe nationale et les clubs russes des compétitions européennes en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les équipes russes demeurent donc exclues des compétitions européennes jusqu'à ce que le recours de la Russie soit tranché sur le fond. La juridiction sportive a promis une décision "d'ici la fin de la semaine" sur le même recours russe contre les sanctions prises par la FIFA, la fédération internationale de football. Concrètement, le Spartak Moscou reste banni de l'Europa League et la sélection féminine écartée de l'Euro cet été en Angleterre, sauf décision finale dans l'intervalle. Sur le fond, "la procédure d'arbitrage du TAS se poursuit. Les parties ne se sont pas mises d'accord sur une procédure accélérée et une audience n'a pas encore été fixée", précise la juridiction basée à Lausanne, sans livrer les motifs de sa décision.

Le 28 février, dans un communiqué commun, l'UEFA et la FIFA avaient décidé d'exclure les équipes russes des compétitions internationales. Pour le foot russe, la sanction la plus retentissante demeure son exclusion par la FIFA de la course au Mondial au Qatar (21 novembre-18 décembre), privant par avance la Sbornaïa des barrages qu'elle devait disputer fin mars.

Pour l'heure, la FIFA a directement qualifié la Pologne, qui aurait dû rencontrer la Russie, pour la finale des barrages face au vainqueur de la confrontation opposant la Suède à la République tchèque. .

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne a rejeté la demande la fédération russe de football de suspendre la décision de l'UEFA, l'Union européenne de football, de la suspendre des compétitions internationales, a communiqué le TAS mardi. Le TAS explique avoir rejeté la demande de Russe de suspendre la décision de l'UEFA durant le temps de la procédure. L'Union européenne a exclu l'équipe nationale et les clubs russes des compétitions européennes en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les équipes russes demeurent donc exclues des compétitions européennes jusqu'à ce que le recours de la Russie soit tranché sur le fond. La juridiction sportive a promis une décision "d'ici la fin de la semaine" sur le même recours russe contre les sanctions prises par la FIFA, la fédération internationale de football. Concrètement, le Spartak Moscou reste banni de l'Europa League et la sélection féminine écartée de l'Euro cet été en Angleterre, sauf décision finale dans l'intervalle. Sur le fond, "la procédure d'arbitrage du TAS se poursuit. Les parties ne se sont pas mises d'accord sur une procédure accélérée et une audience n'a pas encore été fixée", précise la juridiction basée à Lausanne, sans livrer les motifs de sa décision. Le 28 février, dans un communiqué commun, l'UEFA et la FIFA avaient décidé d'exclure les équipes russes des compétitions internationales. Pour le foot russe, la sanction la plus retentissante demeure son exclusion par la FIFA de la course au Mondial au Qatar (21 novembre-18 décembre), privant par avance la Sbornaïa des barrages qu'elle devait disputer fin mars. Pour l'heure, la FIFA a directement qualifié la Pologne, qui aurait dû rencontrer la Russie, pour la finale des barrages face au vainqueur de la confrontation opposant la Suède à la République tchèque. .