Si l'on reparle des arbitres, c'est qu'on parle un peu moins de coronavirus: après son succès 2-1 dimanche soir à Saint-Sébastien, l'équipe de Zinédine Zidane a repris la première place de Liga à son rival le FC Barcelone, mais sa victoire a été critiquée dans la presse en raison de décisions arbitrales controversées.

A la 48e minute du match, un penalty a été sifflé en faveur du Real Madrid après que Diego Llorente a légèrement accroché Vinicius dans la surface, permettant à Sergio Ramos d'ouvrir le score. A la 68e, Adnan Januzaj a égalisé pour les Basques, mais son but a été refusé pour une position de hors-jeu discutable. Et à la 70e, Karim Benzema a contrôlé le ballon de l'épaule avant de marquer le but de la victoire.

Pour chacune de ces décisions, l'arbitre de la rencontre, Xavier Estrada Fernandez, a fait appel à son assistant vidéo pour valider ses choix.

"Il y a toujours quelque chose"

"Leaders du VAR", a titré à sa Une le journal sportif catalan Sport lundi, évoquant un "scandale à Anoeta". Et le quotidien a insisté ce mardi, assurant que les joueurs du Barça, "indignés par les coups de pouces des arbitres", vont "faire face au Real Madrid et au VAR", et en étayant son propos avec un article sur les "5 erreurs arbitrales qui ont favorisé le Real depuis la reprise".

"Le Barça fâché, le Real exaspéré", a titré ce mardi Marca, le journal le plus vendu du pays, se référant à "l'indignation au sujet des décisions arbitrales" qui affectent le nouveau leader, et à la "plainte formelle déposée au sujet des horaires" des prochains matches de Liga par les Merengues.

"J'ai mon opinion, mais je ne vais pas rentrer là-dedans", a néanmoins balayé l'entraîneur français du Real Zinédine Zidane, mardi en conférence de presse. "Un jour ce sont les horaires des matches, le lendemain ce sont les arbitres... Il y a toujours quelque chose. Moi, je fais mon travail, et c'est déjà assez compliqué comme ça."

"Une punition ?"

Dans un pays où des débats enflammés autour des décisions arbitrales animent chaque journée de championnat, retrouver ce genre de polémiques sans fin a presque un côté raffraîchissant après trois mois d'interruption du football pour cause de pandémie.

D'autant qu'un autre dossier poursuit aussi le club merengue: Rodrigo, l'attaquant international espagnol du Valence CF, s'était déjà vu refuser un but face au Real Madrid la semaine dernière (3-0) après une situation de hors-jeu similaire à celle du but annulé à Januzaj, dimanche soir.

Par malheur pour lui, l'attaquant a eu un second but invalidé contre Osasuna dimanche (3e), pour quelques millimètres.

"Le VAR, je crois qu'au lieu de 'Video Assistant Referee', cela signifie plutôt 'Vamos a Anularselo a Rodrigo'" (On va annuler le but de Rodrigo), a réagi le joueur avec humour sur Instagram, lundi.

"Une punition?", s'est interrogé à sa Une le quotidien sportif valencien Super Deporte ce mardi, en précisant : "Le Valence CF se refuse de penser à mal, mais les images du VAR alimentent les suspicions".

Dans une Espagne toujours aussi passionnée de foot, les spéculations ne devraient pas s'estomper lors de la réception de Majorque au stade Di Stefano ce mercredi (20h00 GMT) pour les Madrilènes, qui espèrent conforter leur première place face au 18e du classement de Liga.

Si l'on reparle des arbitres, c'est qu'on parle un peu moins de coronavirus: après son succès 2-1 dimanche soir à Saint-Sébastien, l'équipe de Zinédine Zidane a repris la première place de Liga à son rival le FC Barcelone, mais sa victoire a été critiquée dans la presse en raison de décisions arbitrales controversées.A la 48e minute du match, un penalty a été sifflé en faveur du Real Madrid après que Diego Llorente a légèrement accroché Vinicius dans la surface, permettant à Sergio Ramos d'ouvrir le score. A la 68e, Adnan Januzaj a égalisé pour les Basques, mais son but a été refusé pour une position de hors-jeu discutable. Et à la 70e, Karim Benzema a contrôlé le ballon de l'épaule avant de marquer le but de la victoire.Pour chacune de ces décisions, l'arbitre de la rencontre, Xavier Estrada Fernandez, a fait appel à son assistant vidéo pour valider ses choix."Leaders du VAR", a titré à sa Une le journal sportif catalan Sport lundi, évoquant un "scandale à Anoeta". Et le quotidien a insisté ce mardi, assurant que les joueurs du Barça, "indignés par les coups de pouces des arbitres", vont "faire face au Real Madrid et au VAR", et en étayant son propos avec un article sur les "5 erreurs arbitrales qui ont favorisé le Real depuis la reprise"."Le Barça fâché, le Real exaspéré", a titré ce mardi Marca, le journal le plus vendu du pays, se référant à "l'indignation au sujet des décisions arbitrales" qui affectent le nouveau leader, et à la "plainte formelle déposée au sujet des horaires" des prochains matches de Liga par les Merengues."J'ai mon opinion, mais je ne vais pas rentrer là-dedans", a néanmoins balayé l'entraîneur français du Real Zinédine Zidane, mardi en conférence de presse. "Un jour ce sont les horaires des matches, le lendemain ce sont les arbitres... Il y a toujours quelque chose. Moi, je fais mon travail, et c'est déjà assez compliqué comme ça."Dans un pays où des débats enflammés autour des décisions arbitrales animent chaque journée de championnat, retrouver ce genre de polémiques sans fin a presque un côté raffraîchissant après trois mois d'interruption du football pour cause de pandémie.D'autant qu'un autre dossier poursuit aussi le club merengue: Rodrigo, l'attaquant international espagnol du Valence CF, s'était déjà vu refuser un but face au Real Madrid la semaine dernière (3-0) après une situation de hors-jeu similaire à celle du but annulé à Januzaj, dimanche soir.Par malheur pour lui, l'attaquant a eu un second but invalidé contre Osasuna dimanche (3e), pour quelques millimètres."Le VAR, je crois qu'au lieu de 'Video Assistant Referee', cela signifie plutôt 'Vamos a Anularselo a Rodrigo'" (On va annuler le but de Rodrigo), a réagi le joueur avec humour sur Instagram, lundi."Une punition?", s'est interrogé à sa Une le quotidien sportif valencien Super Deporte ce mardi, en précisant : "Le Valence CF se refuse de penser à mal, mais les images du VAR alimentent les suspicions".Dans une Espagne toujours aussi passionnée de foot, les spéculations ne devraient pas s'estomper lors de la réception de Majorque au stade Di Stefano ce mercredi (20h00 GMT) pour les Madrilènes, qui espèrent conforter leur première place face au 18e du classement de Liga.