En août 2011, Steven Defour quittait le Standard pour Porto. Il pouvait aussi signer au Lokomotiv Moscou et à Udinese. "Mais j'y aurais moins gagné qu'à Moscou et j'aurais d'abord été loué à Grenade." Sven Kums ne va pas atterrir à Grenade. Le 23 mai dernier, la famille Pozzo a vendu le club espagnol pour 37 millions d'euros à la société chinoise de marketing Desports, par l'entremise de l'agent Pere Guardiola, le frère de Pep.

Les Pozzo ont racheté Grenade, au bord de la faillite, en 2009, après avoir tenté de reprendre l'Espanyol. La famille italienne, qui possède une résidence en Catalogne, a conduit le club de D3 en Liga en l'espace de deux ans, grâce à douze joueurs loués à Udinese. Un an plus tard, les Pozzo achetaient Watford, pensionnaire de D2 anglaise monté en Premier League en 2015. Grâce aux immenses rentrées TV, Watford a un budget deux fois plus élevé que celui d'Udinese.

Le club du Frioul est le berceau de la famille. Giampiero Pozzo a acheté le club de sa ville natale en 1986. Après une décennie de troubles et trois relégations, le club est devenu un pensionnaire stable de l'élite. Pozzo se flatte de n'avoir jamais payé un joueur ni une facture avec un seul jour de retard, une exception dans le football italien. Le club est en Serie A depuis 1995-1996 et depuis 2004-2005, il est un des rares clubs de la Botte à présenter un bulletin financier positif chaque année.

Depuis que Gino, le fils de Giampaolo, a intégré le club, en 1993, Udine a deux chevaux de bataille: le scouting et les contacts internationaux. Au début du siècle, il avait déjà cinq scouts en Amérique du Sud, cinq en Afrique et cinq en Suisse. En 2014, il a investi 23 millions dans le scouting alors que la masse salariale était de 32 millions. Le résultat? Un gain de 32 millions.

La devise des Pozzo est simple: acheter très tôt des talents étrangers pour les revendre dix fois plus cher. La famille a ainsi recruté gratuitement Juan Cuadrado à Medellin pour le revendre trois ans plus tard à la Fiorentina pour 23 millions. Alexis Sanchez, maintenant à Arsenal, a coûté 3 millions mais a été vendu pour 27 à Barcelone.

Pour l'heure, Udinese, qui a échappé de justesse à la relégation en mai dernier, reste le club où se retrouvent les meilleurs joueurs de l'empire Pozzo. En mars, on a inauguré la Dacia-Arena, le premier stade sponsorisé d'Italie, le deuxième privé, après celui de la Juventus. Les places assises non couvertes et la piste d'athlétisme ont fait place à une arène footballistique neuve, équipée de loges, de restaurants et d'une salle de bowling.

La Dacia-Arena est le nouveau temple de Sven Kums, que Watford loue à Udinese après l'échec de son transfert à Naples, le médian central Mirko Valdifiori ayant prolongé son séjour alors qu'en mai, il paraissait sur le départ. Avant, Mogi Bayat avait déjà présenté Cyril Théréau à Udinese, où il entretient de bons contacts avec Gino Pozzo.

Par Geert Foutré

En août 2011, Steven Defour quittait le Standard pour Porto. Il pouvait aussi signer au Lokomotiv Moscou et à Udinese. "Mais j'y aurais moins gagné qu'à Moscou et j'aurais d'abord été loué à Grenade." Sven Kums ne va pas atterrir à Grenade. Le 23 mai dernier, la famille Pozzo a vendu le club espagnol pour 37 millions d'euros à la société chinoise de marketing Desports, par l'entremise de l'agent Pere Guardiola, le frère de Pep.Les Pozzo ont racheté Grenade, au bord de la faillite, en 2009, après avoir tenté de reprendre l'Espanyol. La famille italienne, qui possède une résidence en Catalogne, a conduit le club de D3 en Liga en l'espace de deux ans, grâce à douze joueurs loués à Udinese. Un an plus tard, les Pozzo achetaient Watford, pensionnaire de D2 anglaise monté en Premier League en 2015. Grâce aux immenses rentrées TV, Watford a un budget deux fois plus élevé que celui d'Udinese. Le club du Frioul est le berceau de la famille. Giampiero Pozzo a acheté le club de sa ville natale en 1986. Après une décennie de troubles et trois relégations, le club est devenu un pensionnaire stable de l'élite. Pozzo se flatte de n'avoir jamais payé un joueur ni une facture avec un seul jour de retard, une exception dans le football italien. Le club est en Serie A depuis 1995-1996 et depuis 2004-2005, il est un des rares clubs de la Botte à présenter un bulletin financier positif chaque année. Depuis que Gino, le fils de Giampaolo, a intégré le club, en 1993, Udine a deux chevaux de bataille: le scouting et les contacts internationaux. Au début du siècle, il avait déjà cinq scouts en Amérique du Sud, cinq en Afrique et cinq en Suisse. En 2014, il a investi 23 millions dans le scouting alors que la masse salariale était de 32 millions. Le résultat? Un gain de 32 millions. La devise des Pozzo est simple: acheter très tôt des talents étrangers pour les revendre dix fois plus cher. La famille a ainsi recruté gratuitement Juan Cuadrado à Medellin pour le revendre trois ans plus tard à la Fiorentina pour 23 millions. Alexis Sanchez, maintenant à Arsenal, a coûté 3 millions mais a été vendu pour 27 à Barcelone.Pour l'heure, Udinese, qui a échappé de justesse à la relégation en mai dernier, reste le club où se retrouvent les meilleurs joueurs de l'empire Pozzo. En mars, on a inauguré la Dacia-Arena, le premier stade sponsorisé d'Italie, le deuxième privé, après celui de la Juventus. Les places assises non couvertes et la piste d'athlétisme ont fait place à une arène footballistique neuve, équipée de loges, de restaurants et d'une salle de bowling.La Dacia-Arena est le nouveau temple de Sven Kums, que Watford loue à Udinese après l'échec de son transfert à Naples, le médian central Mirko Valdifiori ayant prolongé son séjour alors qu'en mai, il paraissait sur le départ. Avant, Mogi Bayat avait déjà présenté Cyril Théréau à Udinese, où il entretient de bons contacts avec Gino Pozzo.Par Geert Foutré