"Il y a beaucoup trop de matches. Nous vivons des temps compliqués et personne ne se soucie de la santé des joueurs. Il y a beaucoup de blessures. Cela n'a aucun sens de créer plus de compétitions, car encore plus de joueurs seront blessés. Je ne sais pas avec qui les matchs seront joués."
...

"Il y a beaucoup trop de matches. Nous vivons des temps compliqués et personne ne se soucie de la santé des joueurs. Il y a beaucoup de blessures. Cela n'a aucun sens de créer plus de compétitions, car encore plus de joueurs seront blessés. Je ne sais pas avec qui les matchs seront joués."Ces mots sont ceux de Luka Modric. À la veille de l'affrontement contre l'Inter, le Croate de 35 ans du Real Madrid ne cachait pas sa colère face au calendrier surchargé. Son équipe en paie le prix fort : contre les Italiens, le Real doit se passer de Karim Benzema, Federico Valverde, Luka Jovic et Sergio Ramos, tous blessés. L'absence de Ramos, 34 ans, constitue une grosse perte : sur les sept derniers matches de Ligue des champions que le Real a terminés sans Ramos, il en a perdu six. "Nous savons à quel point Sergio est important et quel genre de joueur il est. Nous devons faire mentir cette statistique", a déclaré Zinédine Zidane lors de la conférence de presse d'avant-match.Zidane ne peut pas non plus compter sur Eder Militao, le premier remplaçant dans l'axe défensif. Le Brésilien, testé positif au coronavirus, n'a de toute façon jamais laissé une excellente impression au Real. Zidane va donc vraisemblablement opter pour un duo Nacho-Raphaël Varane. Une paire qui s'est bien débrouillée en championnat face à Villarreal (1-1).Mais le Real sans Ramos, n'est pas vraiment le Real. Transfermarkt estime sa valeur à quatorze millions d'euros, mais son importance dans l'équipe est inestimable. En plus d'en être le leader incontesté, il inscrit régulièrement l'un ou l'autre but.La saison dernière, il a marqué onze buts en Liga, dont six après la pause imposée par le coronavirus. Le parcours presque parfait livré par le Real à partir de la mi-juin, qui lui a permis d'être champion, est en grande partie dû à Ramos. Il a inscrit un but décisif à trois reprises. Son but de la tête lors du match aller contre l'Inter, au début du mois, a également été extrêmement important : il a permis au Real de mener 2-0 dans une partie qui s'est terminée sur le score de 3-2. Il s'agissait de son centième but pour les Merengues : 55 de la tête, 21 depuis le point de penalty, deux sur coup franc et 22 des pieds.En équipe nationale, il est le meilleur buteur actuel avec 23 pions et sa salle des trophées est bien garrnie : une Coupe du monde, deux Championnats d'Europe des nations, quatre Ligue des Champions et cinq Ligas. Pas étonnant dès lors que les lecteurs de France Football le considèrent comme le meilleur défenseur de tous les temps, au détriment de joueurs comme Franz Beckenbauer ou Franco Baresi.Le contrat de Sergio Ramos avec le Real Madrid expire le 30 juin 2021 et le joueur aimerait le voir prolongé de deux ans. Après tout, il y a encore un certain nombre de records qu'il peut s'adjuger, comme le plus grand nombre de matches sous le maillot du Real. Un record qui est toujours la propriété de Raúl avec 741 rencontres, tandis que Ramos en est à 660.Mais le défenseur aimerait également bénéficier d'une augmentation. Et c'est une autre paire de manches. Le Real Madrid travaille actuellement sur une rénovation très coûteuse du Stade Bernabéu (500 millions d'euros) et il n'a pas été épargné par la crise due au Covid. Le club madrilène a ainsi l'intention de demander à tous les joueurs de laisser tomber 15 à 20% de leur salaire cette saison.René Ramos, qui représente son frère Sergio, ne veut rien dire des négociations contractuelles aux médias espagnols : "Je ne parle pas de ça. C'est une question entre nous et le club." Sergio lui-même reste également discret.Dans tous les cas, la situation devra être réglée avant la fin de cette année, car à partir du 1er janvier, Ramos pourra officiellement entamer des négociations avec d'autres clubs.