Désignée par le sort comme étant l'équipe visitée, Leipzig a tenté de le confirmer sur le terrain en positionnant sa défense sur la ligne médiane. Julian Nagelsmann, qui ne peut plus compter sur Timo Werner parti à Chelsea, a aligné Yussuf Poulsen seul en pointe, soutenu par Olmo et Christopher Nkunku. Par contre, Diego Simeone a opté pour un duo d'attaque composé par Marcos Llorente et Diego Costa. Les Allemands ont tourné autour de la surface madrilène mais c'est leur gardien, Peter Gulacsi, qui a sorti le premier ballon dangereux, un tir de Carrasco (13e). A partir de ce moment, les Colchoneros ont inversé la tendance notamment grâce aux infiltrations de Carrasco, qui ont débouché un superbe duel avec Lukas Klostermann (33e). Par la suite, les Allemands ont enchaîné les vagues d'attaques et l'Atletico s'en est sorti difficilement.

A la reprise, la pression a été mise directement sur la défense madrilène, qui a peiné d'entrée à se dégager de la tête. Ce qu'elle n'a pu faire sur un centre de Marcel Sabitzer dans l'axe pour Olmo. Le joueur Espagnol de Leipzig a placé le ballon de la tête hors de portée de Jan Oblak (50e, 1-0). Pour contrer la supériorité technique allemande, Simeone a alors fait un choix offensif en sortant Hector Herrera pour Joao Felix (59e). Une bonne intuition car l'attaquant portugais a égalisé sur un penalty que l'arbitre a sifflé pour une faute commise sur lui par Klostermann (71e, 1-1). L'égalisation a donné des ailes aux Colchoneros, qui ont élevé le rythme de leurs échanges. Pressé, Leipzig a eu du mal à trouver des solutions et a souffert en défense notamment sur une série de corners forcés par l'Atletico. Mais le match n'avait pas complètement tourné car sur une passe lumineuse d'Angelino, Adams a vu sa frappe déviée par Stefan Savic dans le but d'Oblak (88e, 2-1).

Désignée par le sort comme étant l'équipe visitée, Leipzig a tenté de le confirmer sur le terrain en positionnant sa défense sur la ligne médiane. Julian Nagelsmann, qui ne peut plus compter sur Timo Werner parti à Chelsea, a aligné Yussuf Poulsen seul en pointe, soutenu par Olmo et Christopher Nkunku. Par contre, Diego Simeone a opté pour un duo d'attaque composé par Marcos Llorente et Diego Costa. Les Allemands ont tourné autour de la surface madrilène mais c'est leur gardien, Peter Gulacsi, qui a sorti le premier ballon dangereux, un tir de Carrasco (13e). A partir de ce moment, les Colchoneros ont inversé la tendance notamment grâce aux infiltrations de Carrasco, qui ont débouché un superbe duel avec Lukas Klostermann (33e). Par la suite, les Allemands ont enchaîné les vagues d'attaques et l'Atletico s'en est sorti difficilement. A la reprise, la pression a été mise directement sur la défense madrilène, qui a peiné d'entrée à se dégager de la tête. Ce qu'elle n'a pu faire sur un centre de Marcel Sabitzer dans l'axe pour Olmo. Le joueur Espagnol de Leipzig a placé le ballon de la tête hors de portée de Jan Oblak (50e, 1-0). Pour contrer la supériorité technique allemande, Simeone a alors fait un choix offensif en sortant Hector Herrera pour Joao Felix (59e). Une bonne intuition car l'attaquant portugais a égalisé sur un penalty que l'arbitre a sifflé pour une faute commise sur lui par Klostermann (71e, 1-1). L'égalisation a donné des ailes aux Colchoneros, qui ont élevé le rythme de leurs échanges. Pressé, Leipzig a eu du mal à trouver des solutions et a souffert en défense notamment sur une série de corners forcés par l'Atletico. Mais le match n'avait pas complètement tourné car sur une passe lumineuse d'Angelino, Adams a vu sa frappe déviée par Stefan Savic dans le but d'Oblak (88e, 2-1).