La Ligue espagnole de football professionnel (LaLiga) a dévoilé mercredi les plafonds salariaux des clubs professionnels pour la saison 2021-2022, un classement mené par le Real Madrid, qui voit sa limite grimper à 739 millions d'euros, tandis que celle du FC Barcelone s'effondre à 97 millions d'euros.

Actualisé plusieurs fois chaque saison, le plafond salarial est le montant que les clubs n'ont pas le droit de dépasser avec leur masse salariale, sous peine de devoir payer des pénalités financières. Il est calculé selon la différence entre les revenus (publicité, vente de joueurs, contrats de sponsoring, revenus des droits TV, abonnements, billetterie, primes de compétitions, etc.) et les coûts structurels (salaires des employés non sportifs, coûts d'exploitation, achats de joueurs, etc).

Le club catalan, déjà lourdement endetté, voit son plafond salarial chuter à 97 millions d'euros, contre 382 millions d'euros en janvier, selon les chiffres de l'organe qui gère le football professionnel en Espagne. Le Real Madrid en revanche, qui a fini la saison passée dans le vert malgré le manque à gagner de 300 millions d'euros généré par la pandémie, bénéficie d'une hausse remarquable de son plafond.

Alors qu'il était de 468 millions d'euros la saison passée, le plafond du club merengue a bondi cette saison à 739 millions d'euros. C'est de très loin le plafond le plus haut de toute la Liga, devant le Séville FC (200 millions d'euros) et l'Atlético Madrid (171 millions d'euros).

Le Barça, pour sa part, n'a que le 7e plafond d'Espagne. Des chiffres qui donnent une idée de l'abîme qui sépare désormais les deux meilleurs ennemis sur le plan comptable: le plafond du Real Madrid est supérieur de 642 millions d'euros à celui du Barça.

Une autre conclusion frappante est la descente aux enfers du Valence CF: lui aussi enlisé dans de lourds problèmes économiques, le club valencien voit son plafond salarial chuter de 72 millions d'euros par rapport à la saison dernière. Il passe de 103 millions d'euros à 30 millions d'euros, soit le plafond salarial le plus bas de toute la Liga, derrière des clubs modestes comme Cadix, Alavés, Elche, Levante ou le Rayo Vallecano.

La Ligue espagnole de football professionnel (LaLiga) a dévoilé mercredi les plafonds salariaux des clubs professionnels pour la saison 2021-2022, un classement mené par le Real Madrid, qui voit sa limite grimper à 739 millions d'euros, tandis que celle du FC Barcelone s'effondre à 97 millions d'euros. Actualisé plusieurs fois chaque saison, le plafond salarial est le montant que les clubs n'ont pas le droit de dépasser avec leur masse salariale, sous peine de devoir payer des pénalités financières. Il est calculé selon la différence entre les revenus (publicité, vente de joueurs, contrats de sponsoring, revenus des droits TV, abonnements, billetterie, primes de compétitions, etc.) et les coûts structurels (salaires des employés non sportifs, coûts d'exploitation, achats de joueurs, etc). Le club catalan, déjà lourdement endetté, voit son plafond salarial chuter à 97 millions d'euros, contre 382 millions d'euros en janvier, selon les chiffres de l'organe qui gère le football professionnel en Espagne. Le Real Madrid en revanche, qui a fini la saison passée dans le vert malgré le manque à gagner de 300 millions d'euros généré par la pandémie, bénéficie d'une hausse remarquable de son plafond. Alors qu'il était de 468 millions d'euros la saison passée, le plafond du club merengue a bondi cette saison à 739 millions d'euros. C'est de très loin le plafond le plus haut de toute la Liga, devant le Séville FC (200 millions d'euros) et l'Atlético Madrid (171 millions d'euros). Le Barça, pour sa part, n'a que le 7e plafond d'Espagne. Des chiffres qui donnent une idée de l'abîme qui sépare désormais les deux meilleurs ennemis sur le plan comptable: le plafond du Real Madrid est supérieur de 642 millions d'euros à celui du Barça. Une autre conclusion frappante est la descente aux enfers du Valence CF: lui aussi enlisé dans de lourds problèmes économiques, le club valencien voit son plafond salarial chuter de 72 millions d'euros par rapport à la saison dernière. Il passe de 103 millions d'euros à 30 millions d'euros, soit le plafond salarial le plus bas de toute la Liga, derrière des clubs modestes comme Cadix, Alavés, Elche, Levante ou le Rayo Vallecano.