Déjà dominée par l'Argentine (1-2) au premier match, la Bosnie n'a aucun point et ne peut plus rejoindre ni l'Albiceleste (6 points), ni le Nigeria (4 points). Le but nigérian a été inscrit par l'ex-Louviérois Peter Odemwingie à la 29-ème minute. Les Super Eagles tenteront de valider leur place en 1/8-ème de finale mercredi contre l'Argentine, déjà qualifiée après sa victoire (1-0) contre l'Iran. Un nul leur suffira.

La Bosnie de Safet Susic, qui jouait sa première Coupe du monde, mais déjà dehors avant même le troisième et dernier match de poule contre l'Iran le 25 juin à Salvador de Bahia, aura au moins deux très gros regrets après cette douloureuse défaite aux conséquences gravissimes.

En premier lieu ce but parfaitement valable d'Edin Dzeko, injustement annulé pour hors-jeu par l'arbitre néo-zélandais Peter O'Leary à la 21-ème minute. Le redoutable attaquant de Manchester City, bien servi par Zvjezdan Misimovic, n'avait laissé aucune chance à Vincent Enyeama.

Qui sait ce qui aurait pu se passer sans cette erreur ? Au lieu de 1-0, ce fut en tout cas 0-1 huit minutes plus tard, lorsqu'Odemwingie, libre de tout marquage au premier poteau sur un centre en retrait de l'excellent Emmanuel Emenike (Fenerbahce), ajusta un autre ancien Loup, à la même époque que lui qui plus est (2005), Asmir Begovic (Stoke City), d'un tir croisé du droit.

L'autre grand regret, c'est cette égalisation manquée par la faute du poteau droit, sur lequel Enyeama réussit à dévier le ballon de la jambe dans les arrêts de jeu, après un tir en pivot du gauche de Dzeko, suite à une lumineuse ouverture de Miralem Pjanic.

Pour la suite de la compétition, les Nigérians pourraient bien croiser la route de la France, pas encore qualifiée elle non plus, en huitièmes de finale le 30 juin à Brasilia.

On notera que le coach nigerian Stephen Keshi (ex-Lokeren, Anderlecht et RWDM) a mis au point un repli défensif assez intéressant, qui permet de défendre à six en cas de situation chaude. Un dispositif qui a permis de tenir le siège organisé par les Bosniens...

Déjà dominée par l'Argentine (1-2) au premier match, la Bosnie n'a aucun point et ne peut plus rejoindre ni l'Albiceleste (6 points), ni le Nigeria (4 points). Le but nigérian a été inscrit par l'ex-Louviérois Peter Odemwingie à la 29-ème minute. Les Super Eagles tenteront de valider leur place en 1/8-ème de finale mercredi contre l'Argentine, déjà qualifiée après sa victoire (1-0) contre l'Iran. Un nul leur suffira. La Bosnie de Safet Susic, qui jouait sa première Coupe du monde, mais déjà dehors avant même le troisième et dernier match de poule contre l'Iran le 25 juin à Salvador de Bahia, aura au moins deux très gros regrets après cette douloureuse défaite aux conséquences gravissimes. En premier lieu ce but parfaitement valable d'Edin Dzeko, injustement annulé pour hors-jeu par l'arbitre néo-zélandais Peter O'Leary à la 21-ème minute. Le redoutable attaquant de Manchester City, bien servi par Zvjezdan Misimovic, n'avait laissé aucune chance à Vincent Enyeama. Qui sait ce qui aurait pu se passer sans cette erreur ? Au lieu de 1-0, ce fut en tout cas 0-1 huit minutes plus tard, lorsqu'Odemwingie, libre de tout marquage au premier poteau sur un centre en retrait de l'excellent Emmanuel Emenike (Fenerbahce), ajusta un autre ancien Loup, à la même époque que lui qui plus est (2005), Asmir Begovic (Stoke City), d'un tir croisé du droit. L'autre grand regret, c'est cette égalisation manquée par la faute du poteau droit, sur lequel Enyeama réussit à dévier le ballon de la jambe dans les arrêts de jeu, après un tir en pivot du gauche de Dzeko, suite à une lumineuse ouverture de Miralem Pjanic. Pour la suite de la compétition, les Nigérians pourraient bien croiser la route de la France, pas encore qualifiée elle non plus, en huitièmes de finale le 30 juin à Brasilia. On notera que le coach nigerian Stephen Keshi (ex-Lokeren, Anderlecht et RWDM) a mis au point un repli défensif assez intéressant, qui permet de défendre à six en cas de situation chaude. Un dispositif qui a permis de tenir le siège organisé par les Bosniens...