NOS RAISINS

Jorge Teixeira (32) : " Avez-vous déjà goûté le vinho verde portugais, notre vin blanc ? Ça en vaut la peine. Il est délicieux, surtout avec du poisson. Le poisson portugais me manque beaucoup. Quand je reviens chez moi, c'est la première chose que je mange : une dorade fraîche avec juste un peu de sel et une salade. Mon vin préféré est le rouge d'Alentejo, au sud-est du Portugal. On fait du vin au nord aussi. Petit, je participais même à la cueillette. Nous y allions chaque fois que nous étions en visite à Cumeeira, dont est originaire mon père. C'est proche de Vila Real, à quatre heures de route de Lisbonne.

© Getty Images/iStockphoto

Toute la famille se rendait à vélo au vindim, la plantation de raisins. En chemin, nous entonnions des chansons portugaises traditionnelles. Je ne les connaissais pas mais je m'amusais car j'étais en compagnie de mes cousins et cousines. Nous portions tous un énorme panier dans le dos et quand il était plein, nous le déchargions dans le camion. Une fois celui-ci rempli, il amenait la cargaison à l' adega, où on produisait le vin.

Je conserve de beaux souvenirs de ces vacances dans le nord, où la nourriture est délicieuse. Si vous êtes dans les environs, vous devez goûter l' arroz de cabidela, un lapin cuit dans son sang et servi avec du riz. C'est sensationnel ! ( Rires)

NOS PORCS

Ma mère est issue de Casais de Santa Helena, non loin de Caldas da Rainha. C'est un peu plus près de Lisbonne. On élevait beaucoup d'animaux dans son village. Poules, canards, porcs et lapins. Mes grands-parents avaient généralement deux cochons. Ils en vendaient un et mon oncle abattait l'autre quand il était assez gras. Nous organisions alors un grand barbecue pour toute la famille. La viande était toujours si goûteuse... Les Portugais aiment manger. La pâtisserie aussi est excellente car elle est remplie de crème et de sucre. Les tartes des pâtisseries belges ont surtout l'air bonnes mais au Portugal, elles le sont vraiment.

NOTRE RUE

J'ai grandi à Catujal, avec ma soeur et nos parents. Catujal est une entité de la commune de Loures, non loin de Lisbonne. Nous étions entourés de nombreuses personnes issues des anciennes colonies du Portugal, comme l'Angola et le Mozambique. La vie était agréable à Catujal. Nous jouions souvent au football en rue. Nous fabriquions des goals avec des tas de pierres. Mais la rue était en pente, donc tout le monde convoitait le but du dessus. Nous jouions tard le soir. Parfois, ma mère devait me traîner à la maison à dix heures du soir.

NOTRE HÉROS

Cristiano Ronaldo est le meilleur footballeur portugais de tous les temps. J'ai joué avec lui au Sporting Lisbonne. j'avais douze ans et lui 14. Je me rappelle son premier jour. Il a commencé à dribbler et nous nous sommes demandé : "Mais qui est ce garçon ? " Nous avons immédiatement compris qu'il irait loin, d'autant qu'il travaillait d'arrache-pied. Cristiano aimait plaisanter mais jamais quand il fallait travailler. Il s'astreignait à des séances supplémentaires avant, pendant et après l'entraînement. Il effectuait alors des exercices avec des poids autour des chevilles, de sorte que quand il en était débarrassé, il se sentait léger. Cristiano vivait à l'académie et parfois, quand tout était fermé, il se glissait au fitness pour s'entraîner, jusqu'à ce qu'on le prenne sur le fait. Mais comme tout le monde avait remarqué qu'il était un grand en devenir, on a rapidement travaillé individuellement avec lui. En quelques années, son corps a énormément changé.

Où SORTIR

Lisbonne est parfaite pour un city-trip de trois jours. Il faut voir le quartier de Bairro Alto. Ses rues sont en pente. C'est là que la soirée commence pour les habitants de Lisbonne, quand ils sortent. Les ruelles regorgent de bars. On peut acheter un litre de caipirinha pour cinq euros. On va alors boire dehors avec ses copains. Il y a tellement de monde le jeudi, le vendredi et le samedi qu'aucune auto ne peut passer. Les bars ferment à deux heures et les gens vont alors dans les discothèques. "

Origine

PORTUGAL

- Où on cuit les lapins dans leur sang.

- Où les tartes du pâtissier n'ont pas seulement l'air bonnes.

- Où on paie cinq euros pour un litre de caipirinha.

Jorge Teixeira (32) : " Avez-vous déjà goûté le vinho verde portugais, notre vin blanc ? Ça en vaut la peine. Il est délicieux, surtout avec du poisson. Le poisson portugais me manque beaucoup. Quand je reviens chez moi, c'est la première chose que je mange : une dorade fraîche avec juste un peu de sel et une salade. Mon vin préféré est le rouge d'Alentejo, au sud-est du Portugal. On fait du vin au nord aussi. Petit, je participais même à la cueillette. Nous y allions chaque fois que nous étions en visite à Cumeeira, dont est originaire mon père. C'est proche de Vila Real, à quatre heures de route de Lisbonne. Toute la famille se rendait à vélo au vindim, la plantation de raisins. En chemin, nous entonnions des chansons portugaises traditionnelles. Je ne les connaissais pas mais je m'amusais car j'étais en compagnie de mes cousins et cousines. Nous portions tous un énorme panier dans le dos et quand il était plein, nous le déchargions dans le camion. Une fois celui-ci rempli, il amenait la cargaison à l' adega, où on produisait le vin. Je conserve de beaux souvenirs de ces vacances dans le nord, où la nourriture est délicieuse. Si vous êtes dans les environs, vous devez goûter l' arroz de cabidela, un lapin cuit dans son sang et servi avec du riz. C'est sensationnel ! ( Rires) Ma mère est issue de Casais de Santa Helena, non loin de Caldas da Rainha. C'est un peu plus près de Lisbonne. On élevait beaucoup d'animaux dans son village. Poules, canards, porcs et lapins. Mes grands-parents avaient généralement deux cochons. Ils en vendaient un et mon oncle abattait l'autre quand il était assez gras. Nous organisions alors un grand barbecue pour toute la famille. La viande était toujours si goûteuse... Les Portugais aiment manger. La pâtisserie aussi est excellente car elle est remplie de crème et de sucre. Les tartes des pâtisseries belges ont surtout l'air bonnes mais au Portugal, elles le sont vraiment. J'ai grandi à Catujal, avec ma soeur et nos parents. Catujal est une entité de la commune de Loures, non loin de Lisbonne. Nous étions entourés de nombreuses personnes issues des anciennes colonies du Portugal, comme l'Angola et le Mozambique. La vie était agréable à Catujal. Nous jouions souvent au football en rue. Nous fabriquions des goals avec des tas de pierres. Mais la rue était en pente, donc tout le monde convoitait le but du dessus. Nous jouions tard le soir. Parfois, ma mère devait me traîner à la maison à dix heures du soir. Cristiano Ronaldo est le meilleur footballeur portugais de tous les temps. J'ai joué avec lui au Sporting Lisbonne. j'avais douze ans et lui 14. Je me rappelle son premier jour. Il a commencé à dribbler et nous nous sommes demandé : "Mais qui est ce garçon ? " Nous avons immédiatement compris qu'il irait loin, d'autant qu'il travaillait d'arrache-pied. Cristiano aimait plaisanter mais jamais quand il fallait travailler. Il s'astreignait à des séances supplémentaires avant, pendant et après l'entraînement. Il effectuait alors des exercices avec des poids autour des chevilles, de sorte que quand il en était débarrassé, il se sentait léger. Cristiano vivait à l'académie et parfois, quand tout était fermé, il se glissait au fitness pour s'entraîner, jusqu'à ce qu'on le prenne sur le fait. Mais comme tout le monde avait remarqué qu'il était un grand en devenir, on a rapidement travaillé individuellement avec lui. En quelques années, son corps a énormément changé. Lisbonne est parfaite pour un city-trip de trois jours. Il faut voir le quartier de Bairro Alto. Ses rues sont en pente. C'est là que la soirée commence pour les habitants de Lisbonne, quand ils sortent. Les ruelles regorgent de bars. On peut acheter un litre de caipirinha pour cinq euros. On va alors boire dehors avec ses copains. Il y a tellement de monde le jeudi, le vendredi et le samedi qu'aucune auto ne peut passer. Les bars ferment à deux heures et les gens vont alors dans les discothèques. "