"J'aurais préféré jouer l'Italie en troisième et dernier match du groupe, mais c'est comme ça", a commenté le sélectionneur fédéral jeudi à l'issue de la séance d'entraînement des Diables à Le Haillan, à Bordeaux. "Ce n'est pas un tirage évident et nous devons composer avec cela. Ce ne sera pas le match crucial ni décisif. Il restera encore deux rencontres ensuite" (contre l'Eire le 18 juin et la Suède le 22).

Marc Wilmots reconnaît cependant qu'un bon départ dans un grand tournoi est toujours important. "Si tu perds, cela te mets beaucoup plus de stress pour les deux matches qui suivent. Si tu gagnes, cela te donne une belle bouffée d'oxygène. Regarde notre Mondial au Brésil. Nous gagnons 2-1 contre l'Algérie, cela nous a mis plus à l'aire pour la suite. Il est logique de vouloir gagner. Mais produire un bon football, ou un football champagne ne m'intéresse pas. Je veux juste gagner et rejoindre le tour suivant".

Marc Wilmots a déjà confié qu'il savait comment aborder l'Italie. "Je n'ai aucun doute, mais je ne vais pas vous mettre mon équipe là sur la table. Même les joueurs ne sont pas encore au courant. Je leur dirai quand j'estimerai que ce sera le bon moment."

"J'aurais préféré jouer l'Italie en troisième et dernier match du groupe, mais c'est comme ça", a commenté le sélectionneur fédéral jeudi à l'issue de la séance d'entraînement des Diables à Le Haillan, à Bordeaux. "Ce n'est pas un tirage évident et nous devons composer avec cela. Ce ne sera pas le match crucial ni décisif. Il restera encore deux rencontres ensuite" (contre l'Eire le 18 juin et la Suède le 22). Marc Wilmots reconnaît cependant qu'un bon départ dans un grand tournoi est toujours important. "Si tu perds, cela te mets beaucoup plus de stress pour les deux matches qui suivent. Si tu gagnes, cela te donne une belle bouffée d'oxygène. Regarde notre Mondial au Brésil. Nous gagnons 2-1 contre l'Algérie, cela nous a mis plus à l'aire pour la suite. Il est logique de vouloir gagner. Mais produire un bon football, ou un football champagne ne m'intéresse pas. Je veux juste gagner et rejoindre le tour suivant". Marc Wilmots a déjà confié qu'il savait comment aborder l'Italie. "Je n'ai aucun doute, mais je ne vais pas vous mettre mon équipe là sur la table. Même les joueurs ne sont pas encore au courant. Je leur dirai quand j'estimerai que ce sera le bon moment."