Après 27 journées, l'équipe du serial-buteur Robert Lewandowski se déplace dans la Ruhr avec quatre points d'avance sur sa rivale, guidée par le prodige Erling Haaland. Un succès du Bayern dans ce choc à huis clos lui en donnerait sept. A six journées de la fin, la messe serait dite!

L'entraîneur munichois Hansi Flick veut néanmoins prévenir toute faute de déconcentration dans le sprint final: "Après ce match il en restera encore six, soit dix-huit points. Quel que soit le résultat, rien ne sera encore décidé", tempère-t-il.

Si en revanche le Borussia triomphe, devant son "Mur Jaune" vidé et transformé en mur gris, silencieux comme du béton, un seul point séparera les combattants. "Si nous voulons rester en course pour le titre, nous devons gagner. C'est très simple, mais ce sera difficile", admet le directeur sportif du BVB Michael Zorc.

Le calendrier de fin de saison ne sera pas favorable aux Bavarois, qui devront encore affronter Leverkusen et Mönchengladbach, deux équipes au coude à coude pour une qualification pour la Ligue des champions. Dortmund ne rencontrera dans le même temps qu'un seul adversaire du top-5: Leipzig lors de l'avant-dernière journée.

Hommage aux morts

Ce "Klassiker" sera le premier de l'histoire jamais disputé sans public. Dix jours après le retour sur les terrains allemands sous haute surveillance sanitaire, tout semble se passer pour le mieux, mais pas question de relâcher la vigilance: les mesures draconiennes sont plus que jamais d'actualité.

Comme le week-end passé, le match sera précédé d'une minute de silence en hommage aux morts de la pandémie. Histoire de ne pas oublier que la reprise du football est un pari encore loin d'être gagné.

C'est à la télévision, avec ou sans enregistrements de chants de spectateurs (certaines chaînes en ajoutent de manière artificielle) que les fans de foot d'Allemagne et d'ailleurs suivront ce choc au sommet.

Et la forme est là: les deux équipes ont visiblement très bien géré la longue pause, conservant la belle dynamique qui était la leur au moment de la suspension du championnat mi-mars.

Dortmund vient de marquer six buts sans en encaisser un depuis la reprise le 16 mai. Le Bayern a lui aussi gagné ses deux rencontres (sept buts pour, deux contre), et a atteint la barre des 80 buts après 27 journées seulement: un record absolu en presque six décennies de Bundesliga!

Meilleurs buteurs, meilleurs passeurs

L'euphorie des deux clubs est incarnée par leurs attaquants, qui marchent sur l'eau depuis des mois.

A Munich, Lewandowski a fait trembler les filets 27 fois déjà (en 25 matches disputés), tandis qu'à Dortmund, le prodige norvégien Haaland (19 ans) a fait mouche dix fois en dix matches depuis son arrivée en janvier en provenance du RB Salzbourg.

Il seront servis mardi par les deux meilleurs passeurs du championnat, Jadon Sancho (Dortmund) et Thomas Müller (Munich), tous deux auteurs de 17 offrandes cette saison.

Dortmund, comme souvent, peine à se défaire de sa culture d'humilité et d'un certain sentiment d'infériorité face à Munich.

"Nous devons croire en nous et montrer notre confiance, a martelé le directeur sportif Zorc lundi. Le Bayern aura plus de possession de balle que nous, et nous devrons supporter les phases où ils domineront. Mais nous devons être conscients de nos propres qualités offensives. Nous pouvons marquer et les battre."

Côté Bavarois, l'assurance tranquille et la culture de la gagne imprègnent en permanence le discours: "Nous voulons ramener le trophée à sa vraie place, à Munich", a lancé Thomas Müller. "Nous allons montrer que même sans spectateurs, nous pouvons mettre de la passion. Pour nous c'est une semaine décisive: nous avons clairement comme but de remporter les trois matches pour faire un grand pas vers le titre."

Le premier pas a été fait samedi (5-2) contre Francfort, et le troisième est prévu samedi 30 à domicile contre le relégable Düsseldorf. Entretemps, la planète foot espère regoûter à la saveur unique des grandes affiches...

Après 27 journées, l'équipe du serial-buteur Robert Lewandowski se déplace dans la Ruhr avec quatre points d'avance sur sa rivale, guidée par le prodige Erling Haaland. Un succès du Bayern dans ce choc à huis clos lui en donnerait sept. A six journées de la fin, la messe serait dite! L'entraîneur munichois Hansi Flick veut néanmoins prévenir toute faute de déconcentration dans le sprint final: "Après ce match il en restera encore six, soit dix-huit points. Quel que soit le résultat, rien ne sera encore décidé", tempère-t-il.Si en revanche le Borussia triomphe, devant son "Mur Jaune" vidé et transformé en mur gris, silencieux comme du béton, un seul point séparera les combattants. "Si nous voulons rester en course pour le titre, nous devons gagner. C'est très simple, mais ce sera difficile", admet le directeur sportif du BVB Michael Zorc. Le calendrier de fin de saison ne sera pas favorable aux Bavarois, qui devront encore affronter Leverkusen et Mönchengladbach, deux équipes au coude à coude pour une qualification pour la Ligue des champions. Dortmund ne rencontrera dans le même temps qu'un seul adversaire du top-5: Leipzig lors de l'avant-dernière journée.Hommage aux mortsCe "Klassiker" sera le premier de l'histoire jamais disputé sans public. Dix jours après le retour sur les terrains allemands sous haute surveillance sanitaire, tout semble se passer pour le mieux, mais pas question de relâcher la vigilance: les mesures draconiennes sont plus que jamais d'actualité.Comme le week-end passé, le match sera précédé d'une minute de silence en hommage aux morts de la pandémie. Histoire de ne pas oublier que la reprise du football est un pari encore loin d'être gagné.C'est à la télévision, avec ou sans enregistrements de chants de spectateurs (certaines chaînes en ajoutent de manière artificielle) que les fans de foot d'Allemagne et d'ailleurs suivront ce choc au sommet.Et la forme est là: les deux équipes ont visiblement très bien géré la longue pause, conservant la belle dynamique qui était la leur au moment de la suspension du championnat mi-mars. Dortmund vient de marquer six buts sans en encaisser un depuis la reprise le 16 mai. Le Bayern a lui aussi gagné ses deux rencontres (sept buts pour, deux contre), et a atteint la barre des 80 buts après 27 journées seulement: un record absolu en presque six décennies de Bundesliga!Meilleurs buteurs, meilleurs passeursL'euphorie des deux clubs est incarnée par leurs attaquants, qui marchent sur l'eau depuis des mois. A Munich, Lewandowski a fait trembler les filets 27 fois déjà (en 25 matches disputés), tandis qu'à Dortmund, le prodige norvégien Haaland (19 ans) a fait mouche dix fois en dix matches depuis son arrivée en janvier en provenance du RB Salzbourg.Il seront servis mardi par les deux meilleurs passeurs du championnat, Jadon Sancho (Dortmund) et Thomas Müller (Munich), tous deux auteurs de 17 offrandes cette saison.Dortmund, comme souvent, peine à se défaire de sa culture d'humilité et d'un certain sentiment d'infériorité face à Munich."Nous devons croire en nous et montrer notre confiance, a martelé le directeur sportif Zorc lundi. Le Bayern aura plus de possession de balle que nous, et nous devrons supporter les phases où ils domineront. Mais nous devons être conscients de nos propres qualités offensives. Nous pouvons marquer et les battre."Côté Bavarois, l'assurance tranquille et la culture de la gagne imprègnent en permanence le discours: "Nous voulons ramener le trophée à sa vraie place, à Munich", a lancé Thomas Müller. "Nous allons montrer que même sans spectateurs, nous pouvons mettre de la passion. Pour nous c'est une semaine décisive: nous avons clairement comme but de remporter les trois matches pour faire un grand pas vers le titre."Le premier pas a été fait samedi (5-2) contre Francfort, et le troisième est prévu samedi 30 à domicile contre le relégable Düsseldorf. Entretemps, la planète foot espère regoûter à la saveur unique des grandes affiches...