Les responsables de la Premier League espèrent un retour de la compétition en juin et plusieurs clubs ont ouvert leurs terrains d'entrainement à leurs joueurs cette semaine tout en travaillant sur le "Projet redémarrage".

"Le responsable de la commission médicale de la Fifa a dit (mardi) que le football ne devrait pas reprendre avant septembre. Je pense qu'il n'y aurait pas de football durant des mois si la décision n'était pas économique", a déclaré Neville à Sky Sports.

"Les gens évaluent désormais le risque", a-t-il estimé. "Combien de personnes doivent mourir en jouant au football en Premier League avant que ce soit acceptable ? Un ? Un joueur ? Un membre de l'encadrement en soins intensifs? Quel risque peut-on prendre ? La discussion est purement économique."

L'ancien international s'inquiète particulièrement pour la santé des joueurs dans les conditions médicales actuelles. Pour lui, "si la santé prime", s'est-on posé les questions suivantes: "Combien de joueurs souffrent d'asthme? Combien ont du diabète?".

Il se demande si tout cela "a été pris en compte" par les décideurs et ceux-ci sont-ils prêts "à mettre ces gens en danger".

La Premier League, qui envisage une reprise des entrainements mi-mai, doit discuter de son plan lors d'une réunion vendredi avec toutes les parties prenantes.

"Il y a une perte économique énorme. Et cela trouble l'esprit des gens en termes de risque qu'ils sont prêts à prendre", considère Neville, admettant toutefois que la volonté de jouer est plus forte pour les joueurs de niveaux inférieurs "afin d'assurer leur existence".

Les responsables de la Premier League espèrent un retour de la compétition en juin et plusieurs clubs ont ouvert leurs terrains d'entrainement à leurs joueurs cette semaine tout en travaillant sur le "Projet redémarrage"."Le responsable de la commission médicale de la Fifa a dit (mardi) que le football ne devrait pas reprendre avant septembre. Je pense qu'il n'y aurait pas de football durant des mois si la décision n'était pas économique", a déclaré Neville à Sky Sports."Les gens évaluent désormais le risque", a-t-il estimé. "Combien de personnes doivent mourir en jouant au football en Premier League avant que ce soit acceptable ? Un ? Un joueur ? Un membre de l'encadrement en soins intensifs? Quel risque peut-on prendre ? La discussion est purement économique."L'ancien international s'inquiète particulièrement pour la santé des joueurs dans les conditions médicales actuelles. Pour lui, "si la santé prime", s'est-on posé les questions suivantes: "Combien de joueurs souffrent d'asthme? Combien ont du diabète?".Il se demande si tout cela "a été pris en compte" par les décideurs et ceux-ci sont-ils prêts "à mettre ces gens en danger".La Premier League, qui envisage une reprise des entrainements mi-mai, doit discuter de son plan lors d'une réunion vendredi avec toutes les parties prenantes."Il y a une perte économique énorme. Et cela trouble l'esprit des gens en termes de risque qu'ils sont prêts à prendre", considère Neville, admettant toutefois que la volonté de jouer est plus forte pour les joueurs de niveaux inférieurs "afin d'assurer leur existence".