Sa carrière, ses titres, ses performances, et puis cette classe omniprésente sur comme en dehors du terrain. On parle là de l'un des meilleurs gardiens de l'histoire du football. Le mythique portier de la Juventus, Gianluigi Buffon, serait pourtant sur le point de quitter le Piémont (encore une fois), selon plusieurs médias italiens. À 43 ans, on pense tous qu'il va certainement faire ses adieux au monde du football. Lui qui a dépassé Paolo Maldini dans le nombre d'apparitions en Serie A, peut à présent contempler tout son chemin parcouru depuis maintenant près de deux décennies. Débutée en 1995, du côté de Parme, sa carrière est quasi parfaite. Transféré ensuite à la Juve en 2001, faisant de lui le gardien le plus cher de l'histoire pendant plus de 10 ans, il connaitra les meilleurs et les pires moments de l'histoire de la Vieille Dame. Entre cette domination sans précédent dans le championnat italien, et cette fameuse descente en Serie B, Gigi fera acte de loyauté envers le club turinois. Preuve de sa classe mondiale.

Dans cette immense carrière, Buffon raflera une multitude de trophées. Qu'ils soient collectifs, ou même individuels, il marque un peu plus de son empreinte chaque année. Mais 2006 restera certainement comme une année référence pour lui. Malgré le scandale du Calciopoli, qui rétrogradera la Juve en Serie B, Buffon est à ce moment-là, considéré comme le meilleur gardien du monde. Et pour confirmer cela, quoi de mieux que la Coupe du monde en Allemagne. Gigi réalise une compétition de haute volée et emmène la Squadra Azzura sur le toit du monde. Pour couronner le tout, il finira deuxième du Ballon d'Or cette année-là, devançant Thierry Henry et derrière le lauréat, son compatriote Fabio Cannavaro.

Cette obsession de C1

Malheureusement, à l'heure actuelle, tous ces titres et ces éloges à son égard ne lui suffisent pas. Durant toutes ces années, un seul trophée lui échappe. La Ligue des Champions. Pourtant, ce n'est pas faute pour lui d'avoir souvent été à deux doigts d'y arriver. Trois fois pour être exacte. Trois fois, il atteindra la finale sans soulever la coupe aux grandes oreilles à la fin. En 2003, défaite face à l'AC Milan. En 2015, battu par le FC Barcelone. Enfin, en 2017, détruit par le Real Madrid. Parlerait-on alors de malchance ? En tout cas, Gigi en fait une obsession. Quitte à ternir son image, celle du joueur fidèle et loyal, il est prêt à tout pour remporter la C1. En 2018, déjà, il faisait ses adieux au Juventus Stadium. Quand la plupart pensaient un moment, qu'il allait boucler la boucle en vivant les dernières heures de sa carrière à Parme, son club formateur, il prend tout le monde à contre-pied et s'engage au PSG. Un choix qui étonne, mais pour lui, l'objectif de Ligue des Champions est au-dessus de tout. Mais son unique saison hors de l'Italie ne restera certainement pas dans les anales du football. Après être revenu au bercail, Buffon remet donc le sujet sur la table. Alors, entre comportement de passionné, de compétiteur pour certains, et comportement irrationnel pour d'autres, on espère tous qu'il fera le meilleur. Histoire de ne garder que les meilleurs souvenirs de cet immense joueur.

Vincent Attardo (st.)

Sa carrière, ses titres, ses performances, et puis cette classe omniprésente sur comme en dehors du terrain. On parle là de l'un des meilleurs gardiens de l'histoire du football. Le mythique portier de la Juventus, Gianluigi Buffon, serait pourtant sur le point de quitter le Piémont (encore une fois), selon plusieurs médias italiens. À 43 ans, on pense tous qu'il va certainement faire ses adieux au monde du football. Lui qui a dépassé Paolo Maldini dans le nombre d'apparitions en Serie A, peut à présent contempler tout son chemin parcouru depuis maintenant près de deux décennies. Débutée en 1995, du côté de Parme, sa carrière est quasi parfaite. Transféré ensuite à la Juve en 2001, faisant de lui le gardien le plus cher de l'histoire pendant plus de 10 ans, il connaitra les meilleurs et les pires moments de l'histoire de la Vieille Dame. Entre cette domination sans précédent dans le championnat italien, et cette fameuse descente en Serie B, Gigi fera acte de loyauté envers le club turinois. Preuve de sa classe mondiale. Dans cette immense carrière, Buffon raflera une multitude de trophées. Qu'ils soient collectifs, ou même individuels, il marque un peu plus de son empreinte chaque année. Mais 2006 restera certainement comme une année référence pour lui. Malgré le scandale du Calciopoli, qui rétrogradera la Juve en Serie B, Buffon est à ce moment-là, considéré comme le meilleur gardien du monde. Et pour confirmer cela, quoi de mieux que la Coupe du monde en Allemagne. Gigi réalise une compétition de haute volée et emmène la Squadra Azzura sur le toit du monde. Pour couronner le tout, il finira deuxième du Ballon d'Or cette année-là, devançant Thierry Henry et derrière le lauréat, son compatriote Fabio Cannavaro. Malheureusement, à l'heure actuelle, tous ces titres et ces éloges à son égard ne lui suffisent pas. Durant toutes ces années, un seul trophée lui échappe. La Ligue des Champions. Pourtant, ce n'est pas faute pour lui d'avoir souvent été à deux doigts d'y arriver. Trois fois pour être exacte. Trois fois, il atteindra la finale sans soulever la coupe aux grandes oreilles à la fin. En 2003, défaite face à l'AC Milan. En 2015, battu par le FC Barcelone. Enfin, en 2017, détruit par le Real Madrid. Parlerait-on alors de malchance ? En tout cas, Gigi en fait une obsession. Quitte à ternir son image, celle du joueur fidèle et loyal, il est prêt à tout pour remporter la C1. En 2018, déjà, il faisait ses adieux au Juventus Stadium. Quand la plupart pensaient un moment, qu'il allait boucler la boucle en vivant les dernières heures de sa carrière à Parme, son club formateur, il prend tout le monde à contre-pied et s'engage au PSG. Un choix qui étonne, mais pour lui, l'objectif de Ligue des Champions est au-dessus de tout. Mais son unique saison hors de l'Italie ne restera certainement pas dans les anales du football. Après être revenu au bercail, Buffon remet donc le sujet sur la table. Alors, entre comportement de passionné, de compétiteur pour certains, et comportement irrationnel pour d'autres, on espère tous qu'il fera le meilleur. Histoire de ne garder que les meilleurs souvenirs de cet immense joueur. Vincent Attardo (st.)