Battue 5-0 par l'Angleterre lors de sa première rencontre de qualifications pour l'Euro, la Tchéquie n'a aligné que le seul Patrick Schick en pointe. Quant au Brésil, il a beaucoup compté sur les percussions de Coutinho, qui bougeait beaucoup tout comme Richarlison. Comme on voyait rarement un attaquant servi dans la surface adverse, les Brésiliens ont eu un mal fou à mettre en danger leur adversaire. De l'autre côté, Lukasz Masopust a foncé à droite et le ballon a été dévié dans les pieds de David Pavelka, qui a claqué une demi-volée du gauche (37e, 1-0).

La seconde période a bien débuté pour le Brésil: sur une mauvaise remise de la tête de Gebre Selassie, Firmino a remporté son face à face avec Jiri Pavlenka (49e, 1-1). Après ce cadeau, la Seleçao a joué plus haut et avec plus d'agressivité. Au fil du temps, l'équipe brésilienne se faisait plus menaçante mais la montée au jeu (72e) de Gabriel Jesus a tout changé. Le joueur de Manchester City a signé un doublé (83e, 90e).

Le minimum pour l'Argentine, sans Messi

Le Maroc a dominé le début de rencontre notamment grâce aux coups francs de Mbark Boussoufa. Mais la défense argentine n'a pas eu de problème à se dégager sur les tentatives de l'ex-Anderlechtois. Le gardien marocain Yassine Bono n'a pas eu plus de mal sur une reprise instantanée du gauche de Paulo Dybala non-cadrée (21e) que sur une frappe de Guido Rodriguez (26e). Jusqu'au repos, on a surtout noté un nombre important de fautes (28), qui ont valu trois cartes jaunes aux Lions de l'Atlas et une aux Argentins. Par contre, les deux équipes n'ont cadré qu'un seul tir sans réel danger pour le gardien adverse.

A la reprise, l'Argentine a tenté de montrer un tout autre visage mais le jeu a été haché par un nouvel attroupement après une faute argentine. Le coach sud-américain, Lionel Scaloni, a alors apporté son premier changement en lançant l'ex-Anderlechtois Matias Suarez à la place de Lautaro Martinez (56e). Alors que le Maroc semblait prendre le dessus, Angel Correa a échappé à Achraf Hakimi et a donné la victoire à l'Albiceleste d'une frappe croisée du droit (85e, 0-1).