"Mais cela veut également dire qu'il y a trois chances sur quatre qu'une autre équipe soit championne ! Le football réserve beaucoup de surprises, et notre modèle le sait", souligne Victor Kristof, chercheur au sein du laboratoire INDY (Information and Netword Dynamics), cité dans un communiqué jeudi.

Selon cette outil, basé sur l'intelligence artificielle, qui utilise les résultats des matchs des équipes nationales depuis le début du XXe siècle (kickoff.ai), la Belgique dispose de 68% de chance de vaincre le Panama contre 10 à son adversaire (22% match nul); 61% contre 14% à la Tunisie (25% match nul) et seulement 26% face aux 45% de l'Angleterre (29% match nul).

L'étude de l'université de Gand, en association avec celles de Dortmund et Munich, désignait mercredi l'Espagne comme la favorite.

"Mais cela veut également dire qu'il y a trois chances sur quatre qu'une autre équipe soit championne ! Le football réserve beaucoup de surprises, et notre modèle le sait", souligne Victor Kristof, chercheur au sein du laboratoire INDY (Information and Netword Dynamics), cité dans un communiqué jeudi. Selon cette outil, basé sur l'intelligence artificielle, qui utilise les résultats des matchs des équipes nationales depuis le début du XXe siècle (kickoff.ai), la Belgique dispose de 68% de chance de vaincre le Panama contre 10 à son adversaire (22% match nul); 61% contre 14% à la Tunisie (25% match nul) et seulement 26% face aux 45% de l'Angleterre (29% match nul). L'étude de l'université de Gand, en association avec celles de Dortmund et Munich, désignait mercredi l'Espagne comme la favorite.